- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Le cris d’un Ukrainien | « Ce que je sais de cette guerre… »

Les media, qui présente généralement les événements tragiques d’Ukraine de manière unilatérale et biaisée, et dont les reportages sont fragmentés par rapport au contexte, nous ont ainsi détournés de la tragédie de tout le TiersMonde, appauvri par l’épidémie, et de la destruction continue de la forêt amazonienne, qui aura de grandes répercussions sur la planète, y compris des milliers d’autres victimes inconnues. Tout le monde regarde des émissions de télévision intéressantes sur la guerre en Ukraine, avec l’ennemi incontesté, les victimes blanches, les Européens de seconde classe aux yeux bleus, avec lesquels tout le monde est soudainement solidaire.
MF

Par | Oleg Yasinsky / Traduit par Maghrebfacts


En parlant de la tragédie qui se déroule en Ukraine ces jours-ci, nous ne pouvons échapper aux nombreuses questions épineuses qui se sont multipliées depuis la nuit du 24 février, lorsque les regards ne se sont pas démentis. Ces événements, que le monde entier avait maintes fois prédits, n’étaient pas seulement surprenants ; Au contraire, cela a paralysé l’esprit de beaucoup. 

Pourquoi la Russie – qui a essayé toutes ces années de résister autant que possible aux pressions militaires, économiques et médiatiques occidentales, et qui a gagné la sympathie et la compréhension de beaucoup d’entre nous, quelles que soient nos attitudes personnelles envers le président Poutine – a décidé d’envahir l’Ukraine, accomplissant ainsi toutes les prédictions des agences de renseignement américaines et britanniques qui ne l’ont fait guère.

Avons-nous des doutes sur sa fausseté ? Cela semblait impossible, pas même d’un point de vue moral ; Mais du point de vue de l’utilité ; Cet événement aurait été – et semble avoir été – un cadeau à toutes les forces qui sont les plus fervents soutien des régimes réactionnaires et du militarisme dans le monde, et de réaliser leur plan. 

Dès les premières heures de la guerre, les médias, les gouvernements et les autorités d’Europe et d’Amérique – qui avaient créé et participé à des dizaines de guerres criminelles dans l’histoire moderne – ont soudainement lancé une campagne mondiale sans précédent contre la Russie, atteignant même Tchaïkovski, Tourgueniev, la vodka, ballet, drapeau, étoiles olympiques et tout ce qui touche à ce pays. Les médias occidentaux dépeignent la Russie dans l’esprit du public, dans tous les pays et peuples, comme le plus grand monstre de la planète, et ils le font efficacement et rapidement, dépouillant son peuple de son histoire, de sa culture, de son passé et de son présent, de son humanité. D’alleurs cette obsession date bien avant.

L’on retient la non reconnaissance de vaccin russe (Spoutnik V), qui a prouvé son efficacité bien méritée, puis peu de temps après, les scandales de dopage qui ont touché les athlètes russes aux Jeux olympiques s’est propagée et a révélé – clairement – le double standard des accusés et le contrôle de la presse jaune.

Il n’y a presque personne en Russie et dans le monde entier qui se soit réjoui de la nouvelle de l’invasion de l’Ukraine ; Au contraire, les voix de la contestation s’élèvent, appelant à l’arrêt immédiat de l’opération militaire. Mais lorsque ces voix émanent de peuples et d’États qui ont organisé et consenti aux bombardements et au pillage de la Yougoslavie, de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Libye, du Yémen et d’autres pays à des dizaines de milliers de kilomètres, nous sommes en droit de remettre en question la sincérité de cette colère. 
Author

Toute guerre est un acte de barbarie, mais jusqu’à présent, toutes les guerres récentes de l’Occident ont été aussi barbares que les opérations militaires russes en Ukraine. Je ne fais aucune excuse à personne; J’appelle plutôt à essayer d’analyser ce qui se passe avec la transparence, plutôt que de brandir les slogans habituels. Des sources ukrainiennes et occidentales ont diffusé de nombreuses fausses nouvelles dans le but de diaboliser la Russie. Les médias d’État russes se livrent également à une mauvaise propagande, en commençant par appeler cette véritable guerre une « opération spéciale » – comme on l’appelle en Russie. 

Depuis l’époque de la guerre de l’OTAN en Yougoslavie, on se souvient de l’imprécision des « missiles intelligents  » qui sont censés « identifier avec précision des cibles militaires », mais qui frappent plutôt des cibles aléatoires. La Russie ment sur les pertes civiles, tandis que l’Occident a raison sur leur existence, mais c’est le cas, multipliant leur nombre par dizaines et des centaines de fois. L’un des plus grands défis pour le journalisme honnête (ou ce qu’il en reste) est de trouver des sources objectives de non-propagande, et de ne pas établir de comparaisons de victimes dans des guerres particulières qui offensent ceux qui souffrent aujourd’hui.

Quelles que soient les véritables raisons de la décision de lancer l’opération, force est de constater qu’elle ne se déroule pas « comme prévu », comme l’ont affirmé à plusieurs reprises les autorités russes ; L’armée russe et les forces armées des républiques du Donbass ont rencontré non seulement une résistance sérieuse de la part d’unités ukrainiennes régulières ; mais aussi avec la large participation volontaire des civils à la défense militaire du pays. 

Selon de nombreux rapports de terrain, même dans la partie orientale de l’Ukraine, qui est actuellement le théâtre d’actions militaires, et qui était hier la plus amicale de la Russie, nous ne voyons pas de soutien à l’armée russe parmi les citoyens ; Au contraire, nous voyons de nombreuses manifestations quotidiennes contre l’invasion dans les grandes villes occupées par la Russie. 

Contrairement à la propagande russe, la grande majorité des Ukrainiens ne considèrent pas l’armée russe comme un « libérateur du pays des nationalistes ». Il est raisonnable de supposer que la décision d’intervenir militairement, ou du moins de cette manière, a été prise sur la base des calculs et des perceptions erronées des dirigeants russes sur l’orientation de la société ukrainienne et la capacité de combat de l’armée ukrainienne. 

Sans aucun doute, plus de lumière sera faite sur ce sujet important avec le temps, mais il semble que l’une des principales choses non prises en compte est que l’armée ukrainienne, après avoir rendu la Crimée en 2014 sans tirer un seul coup de feu, a déjà été détournée par l’OTAN au fil des ans, ces huit sont devenus une force prête au combat, le pays était approvisionné en énormes quantités d’armes modernes et l’armée ukrainienne était entraînée par les meilleurs formateurs de l’OTAN. 
Author

La puissante propagande anti-russe de tous les principaux médias ukrainiens ne peut être ignorée, avec une censure stricte de toute autre opinion ; En conséquence, il a pu présenter la Russie à une grande partie de la population, en particulier aux jeunes qui n’ont pas vécu l’Union soviétique, comme un pays voisin agresseur, « qui déteste l’Ukraine et cherche à détruire il », ce dont les agents occidentaux ont besoin, ainsi que ceux qui contrôle le pouvoir à Kiev

Cela est évident dans la propagande officielle actuelle de l’Ukraine, qui décrit les forces russes comme « occupantes » et « fascistes », même s’il est clair que l’occupation de l’Ukraine ne relève pas des objectifs de la Russie, et parler de « fascisme » russe en est un. démagogie cent pour cent fragile, mais nous voyons que la partie la plus importante du peuple ukrainien est vraiment en colère – loin de la propagande – à propos de l’invasion et des bombardements russes, et est déterminée à défendre son pays. 

Le motif de l’entrée de l’armée russe en Ukraine n’est pas assez clair, car en dehors de l’idée générale de « déraciner le nazisme » dans ce pays voisin, leur tâche n’est pas psychologiquement simple ; Car ils doivent se battre dans un environnement presque semblable à celui de la Russie, dans une bataille non seulement contre les brigades nationalistes et nazies (elles existent aussi !) mais aussi contre les forces de l’armée régulière, qui font leur devoir pour défendre leur patrie. – et les nombreuses milices de volontaires, et cela à la lumière de l’hostilité ouverte à leur égard de la part des personnes porteuses de la langue et de la culture russes comme elles.

En même temps, l’Occident est prêt à continuer à injecter des armes, de l’argent et des promesses à l’Ukraine pour que cette guerre usante contre la Russie dure le plus longtemps possible, et ces deux peuples proches qui étaient hier frères se divisent de plus en plus chaque jour qui passe. Il y a quelques jours, le gouvernement ukrainien a annoncé que 16 000 « volontaires » étrangers étaient prêts à entrer en guerre aux côtés de l’Ukraine, dont des centaines sont déjà arrivés dans le pays. 

En réponse, la Russie a annoncé hier la présence d’un nombre similaire de « volontaires du Moyen-Orient souhaitant soutenir la Russie ». La réalisation de ces plans serait le pire scénario possible. La raison d’être de l’arrivée de mercenaires étrangers est claire ; Alors que si les deux parties ne parviennent pas à un accord dans les prochains jours, il ne leur restera que l’option militaire.

Pour obtenir le succès militaire dans les terres densément peuplées et les grandes villes – dont la capture rapide détermine la victoire ou la défaite – nécessite une guerre beaucoup plus dure, avec des pertes massives en vies humaines (comme en Irak, en Afghanistan ou en Syrie), ce qui n’est pas le cas. et les forces militaires ukrainiennes ont la capacité psychologique de le mettre en œuvre, et voici qu’entrent dans la guerre des mercenaires qui n’ont aucun frein moral. Dans ce cas, l’Ukraine peut s’attendre à un scénario similaire à celui de la Syrie. Mais il y a quelques espoirs d’éviter cela, incarnés dans les rapports des deux derniers jours ; Les autorités russes et ukrainiennes parlent de progrès dans les pourparlers de paix, et qu’une rencontre entre Poutine et Zelensky pour signer un cessez-le-feu est probable dans les prochains jours. 

Pour répondre à la question : pourquoi la plupart des Ukrainiens, y compris la partie russophone du pays, ont-ils soutenu le gouvernement corrompu et impopulaire il y a seulement trois semaines, voyant en Russie l’ennemi principal et non en elle ? Il faut tenir compte de plusieurs facteurs : la propagande nationaliste et anti-russe n’a pas commencé dans le pays après le coup d’État de 2014 ; Plutôt, depuis la fin des années quatre-vingt du siècle dernier, depuis les premières années de la Perestroïka. A cette époque, non seulement en Ukraine, mais dans tout l’espace postsoviétique, l’intense charge idéologique du peuple a commencé, qui a semé des conflits nationaux, des sentiments anticommunistes intenses et le mépris de sa propre histoire que les nouveaux idéologues du gouvernement furent bientôt réécrits. 

Afin d’assujettir le territoire du pays qui venait de s’effondrer spontanément à l’Occident, un nouveau programme idéologique a été élaboré sur la base des « valeurs humaines générales » « européennes » qui étaient par essence une justification du capitalisme, assimilant Hitler à Staline et communisme avec le fascisme dans le nouvel ordre du jour. Il n’y avait pas de place pour l’humanité, ni même pour une vision critique sérieuse de l’histoire, dans cet environnement de propagande. L’anticommunisme général en Ukraine s’est toujours accompagné de la russophobie, qui a largement façonné les opinions et les valeurs des générations actuelles d’hommes au pouvoir. 

L’intense incertitude idéologique du gouvernement de Poutine, malgré les succès économiques et administratifs notables de son gouvernement, n’a pas réussi à créer un projet social idéologiquement attractif, tant en Russie qu’en Ukraine. La pensée sociale du gouvernement russe s’est arrêtée au niveau des idées étatistes conservatrices au début du siècle dernier, tandis que ses tentatives, de temps en temps, de devenir une véritable partie du monde occidental se sont heurtées à chaque fois à l’incompréhension et à mépris ouvert de la part de l’Occident. La Russie de Poutine a suivi la voie du capitalisme, tout en préservant relativement certaines des réalisations sociales de l’Union soviétique, tout en se concentrant idéologiquement sur des positions conservatrices plus à droite dans la société. Le discours idéologique qui en a résulté n’aurait pas pu devenir persuasif ou attractif pour les nouvelles générations dans ce monde globalisé. 

En outre, la méthode professionnelle de manipulation de la propagande occidentale, sur laquelle repose le travail des principaux médias du monde, est bien plus efficace que la propagande de l’État russe, qui suit principalement des techniques politiques soviétiques dépassées, à la différence que le L’Union soviétique était Il a un projet humanitaire merveilleusement innovant pour une nouvelle société, tandis que la Russie actuelle a un mélange paradoxal de nostalgie historique de l’Empire tsariste, de fierté des réalisations soviétiques et de rejet de son idéologie. Dans ce cas étrange, il est très difficile de gagner des guerres de l’information.

Parler de l’avenir aujourd’hui est plus difficile que jamais. Nous voyons un monde divisé par une lutte égoïste entre les intérêts des forces d’hier et les intérêts des forces d’hier. L’invasion russe de l’Ukraine est une victoire majeure pour tout l’Occident, et les sociétés transnationales et le capital spéculatif qui gouvernent l’économie mondiale, dont les représentants portent aujourd’hui des masques de casques bleus sur leurs visages souriants, et rêvent d’affaiblir et de détruire la Russie en tant qu’acteur politique mondial. et entité historique. Et en Ukraine, qu’ils ont transformée en échiquier de conflit géopolitique, il y a une guerre visant à l’épuisement de la Russie, tandis que le peuple ukrainien trompé qui fait preuve d’un héroïsme et d’un patriotisme sincères est transformé en otage de cette éradication collective de l’essence de notre l’histoire.

Aujourd’hui, Russes et Ukrainiens s’accusent mutuellement de fascisme, mais le véritable fascisme est représenté par ceux qui, consciemment et délibérément, pendant toutes ces années et décennies, ont fomenté cette guerre, brandissant aujourd’hui les bannières de la russophobie mondiale et appelant à la déshumanisation de tout ce qui touche à la Russie. . Les États-Unis et la GrandeBretagne, qui n’ont manqué aucune des guerres coloniales, ni dans l’histoire ancienne ni dans l’histoire nouvelle, dans des pays dont les frontières sont à des milliers de kilomètres, et dont les armées ont détruit des villes et des pays, et dont la culture a transformé leur racisme et leur mépris pour d’autres civilisations dans une approche naturelle dans les relations entre les nations, sont aujourd’hui accusées. La culture et l’histoire russes sont déficientes, et la Russie est devenue aux yeux de la population générale du monde le plus grand agresseur de l’histoire humaine. Je sais que je me répète, mais il me semble que c’est très important de confirmer cette idée.

La presse, qui présente généralement les événements tragiques d’Ukraine de manière unilatérale et biaisée, et dont les reportages sont fragmentés par rapport au contexte, nous a ainsi détournés de la tragédie de tout le TiersMonde, appauvri par l’épidémie, et de la destruction continue de la forêt amazonienne, qui aura de grandes répercussions sur la planète, y compris des milliers d’autres victimes inconnues. Tout le monde regarde des émissions de télévision intéressantes sur la guerre en Ukraine, avec l’ennemi de droite et incontesté, les victimes blanches, les Européens de seconde classe aux yeux bleus, avec lesquels tout le monde est soudainement solidaire.

Non seulement les programmes télévisés populaires sur la guerre en Ukraine diront au téléspectateur que cette guerre, quelle qu’en soit la fin, ne rendra pas seulement l’Union soviétique impossible à restaurer ; mais aussi à l’abolition du communisme dans le monde. Cela a déjà commencé. Pas un seul média démocratique dans le monde – parmi ceux qui se sont tus toutes ces années sur les assassinats quotidiens de leaders sociaux en Colombie – ne parle aujourd’hui des chasses aux sorcières qui ont lieu en Ukraine ; Le service de sécurité ukrainien a déjà kidnappé des dizaines de personnes ; pour avoir critiqué le gouvernement, pour avoir sympathisé plus tôt avec la Russie ou pour les avoir qualifiés de peu fiables par un voisin. Peut-être qu’ils ne sont plus des scores maintenant ; Même des centaines. Leur enlèvement, meurtre et torture ne sont pas des nouvelles importantes pour la presse ; Parce que les seules nouvelles nécessaires concernent les missiles russes.

Une fois, après la mort d’Hugo Chávez, Fidel Castro a dit : Pour comprendre qui est Chávez; Voyez qui le pleure. Aujourd’hui, comprendre qui est le principal bénéficiaire de la guerre fratricide entre la Russie et l’Ukraine ; Nous devons éteindre la télévision, regarder le comportement des bourses mondiales, faire attention aux principaux fournisseurs d’armes à l’Ukraine et comparer ces informations avec les noms des politiciens qui appellent – à tue-tête – à des sanctions contre la Russie .

Quant aux peuples frères de Russie et d’Ukraine, ils auraient sûrement – en dehors de Biden, Johnson, Poutine, Zelensky et leurs sbires – la sagesse de tourner cette terrible page de l’histoire ; à l’ombre de laquelle se déroulent les combats, depuis un peu plus de trente ans, alors que leur histoire commune, avec leurs rêves, leurs victoires et leurs défaites toujours partagés, remonte à plusieurs siècles. 

L’intérêt particulier des centres de puissance mondiale aujourd’hui sur les territoires des pays de l’ex-Union soviétique n’est pas seulement économique ; mais aussi géopolitique ; Ces terres portent la mémoire et le noyau de la première tentative de l’histoire humaine de construire une société non capitaliste. Je crois qu’aujourd’hui, à la lumière de la crise mondiale du paradigme néolibéral, nous approchons d’un point suivi soit d’une destruction nucléaire totale de nous en tant qu’humains inintelligents, soit d’une nouvelle réaction inattendue qui ouvrira la voie à un nouvel avenir qui mettra fin à l’âge d’introduction dans lequel nous vivons. Je n’exclus pas qu’une telle réaction soit venue des terres qui composaient l’ex-Union soviétique. Je comprends à quel point cela semble fou aujourd’hui, mais la perspective d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine semblait folle il y a quelques jours à peine. C’est une période de grande agitation et de surprises. Le système fait tout ce qui est en son pouvoir pour nous déshumaniser, mais ça ne marchera pas. Non à la guerre.

Source | Centre d’études arabo-eurasiennes

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img