Mena News, Global Views

Les plans subversifs du mouvement islamiste « Rachad » : le Terrorisme low-cost et les plateformes de la guerre cognitive

Si les algériens ont pu socialement et politiquement réduire les capacités de nuisance du mouvement islamiste Rachad et ses acolytes, les intentions de leurs sponsors de détruire les régimes républicains arabes, notamment l’Algérie, demeurent intacts. La télévision Algérienne a diffusé ce vendredi un documentaire chargé de témoignages qui dressent la carte d’une nébuleuse terroriste transfrontalière qui agit à la solde de certains services secrets étrangers. Voici les détails …

Mf

Un documentaire diffusé par la Télévision algérienne, vendredi soir, a dévoilé les plans subversifs du mouvement terroriste « Rachad » et ses liens directs avec les organisations terroristes internationales et les services de renseignement de pays étrangers hostiles dans le but de déstabiliser l’Algérie et d’y semer le chaos.

Intitulé « Rachad…le terrorisme et les masques de l’assassinat de la conscience », le documentaire révèle, preuves et témoignages vivants à l’appui, les sombres desseins pour lesquels ce mouvement terroriste a été créé, en 2007, sur les ruines du parti dissous du Front islamique du salut (FIS).

Ainsi, depuis la victoire chèrement payée par algériens contre le terrorisme dans les années 90 et les suites miraculeuses du mouvement civile Hirak qui a donné naissance à une Algérie nouvelle, ce mouvement, dont la plupart de ses meneurs prêchent à partir de l’étranger, tente comme à chaque fois de revenir à la charge pour inciter à la désobéissance civile et au désordre qui ouvre des autoroutes « humanitaires militarisés », droit vers les richesses et les acquis du pays.

Comme à l’accoutumé et à chaque fois que l’Algérie marque une percée sur la scène continentale et internationale, les mêmes voix reviennent à la charge, usant des mêmes procédés et aidés par les mêmes plateformes chargées de mener la guerre cognitive contre toute entité qui se bat pour la souveraineté de ses choix

Parmi ses principaux fondateurs, on retrouve d’anciens militants du parti dissous comme Abbas Aroua et Mourad Dhina, impliqué, en tant qu’émir de la « serriya des moudjahidine à l’étranger« , dans des opérations de trafic d’armes au profit des groupes terroristes, activant en Algérie à partir de 1993, et dont le nom est cité dans plusieurs affaires de soutien logistique aux groupes terroristes.

La politique de la « main tendue » décidées par le président algérien Abdelmadjid Tebboune a finalement porté ses fruits, puisque des dissidents du « Rachad » ont délié leurs langues pour mettre en garde les algériens du danger des plans subversifs menés par ce mouvement Terroriste et dans lequel ils ont, chacun son parcours, été embarqué.

Ces dissidents ont révélé que les slogans qui ont fortement émergé lors du Hirak populaire en Algérie, en 2019, en faveur de la démocratie et de la légitimité cachaient en fait de sombres desseins malveillants d’un groupe de mercenaires à la tête du mouvement.

« Ces mercenaires cherchaient à accéder à des postes et à la richesse en se vengeant de l’Etat algérien ». Pour ce faire, ils récoltaient des fonds en répandant leurs faux slogans visant à diviser les Algériens, à attiser la haine entre eux et à démembrer le pays », a révèlé le dénommé Seddik Daadi, qui était le garde du corps des anciens chefs du parti dissous Abassi Madani et Ali Belhadj.

Le dénommée Abderrezak Sakhri a, quant à lui, expliqué que passé en maîtres dans l’art de manipuler les perceptions, les dirigeants du mouvement « se targuent de nationalisme et de pacifisme, alors qu’en réalité ils incitent à la violence, travestissent les faits et diffusent des informations fallacieuses ». Sakhri a désigné le terroriste Larbi Zitout comme personnage incarnant cette exemple.

Larbi Zitout qui active depuis Londres, a selon Sakhri, incité ses trolls à infiltrer le Hirak populaire pour y scander des slogans hostiles aux institutions de l’Etat en se concentrant sur la seule qui tenait encore debout à savoir l’institution de l’Armée nationale populaire (ANP). D’autres étaient chargés de créer des foyers de violence et brûler des drapeaux étrangers pour faire le buzz médiatique afin de reproduire les scénarios du sinistre « printemps arabe » où l’on appelait à l’intervention étrangère, si ce n’est la conscience des algériens qui ont donné une leçon de pacifisme.  

Le témoignage du dissident Yahia Makhiouba, le terroriste Larbi Zitout  » est notoirement connu pour ses liens avec des organisations terroristes internationales et des services de renseignement de pays hostiles à l’Algérie ».

La plupart des informations qu’il évoque dans ses vidéos proviennent du programme d’espionnage sioniste « Pegasus », et « il continue de diffuser, à partir du quartier londonien huppé où il réside, des « Fake News » montées de toute pièce sur l’Algérie », a-t-il dit.

Le mouvement terroriste utilise plusieurs pages sur les réseaux sociaux et son bras médiatique, la chaîne « Al Magharibia», pour distiller son poison, semer la  « fitna » et la discorde et rallier de nouveaux sympathisants qu’il enrôle dans ses plans subversifs en exploitant leur situation sociale et financières.

Selon Habib Achi, ancien juge d’instruction ayant traité avec les membres du mouvement « Rachad », rentré au pays récemment, « le mouvement tente d’appâter et de dévoyer les jeunes pour servir ses mauvais desseins ».

Il a expliqué comment après avoir échangé avec ses membres, il a compris qu’ils « s’opposent à l’Etat algérien et non au pouvoir en place ».

Le mouvement a tenté d’établir des contacts avec le mouvement terroriste « MAK » en raison de la convergence de leurs objectifs subversifs malgré des principes divergents, a-t-il affirmé.

Le documentaire a, par ailleurs, révélé les multiples sources de financement sur lesquelles le mouvement s’appuie pour exécuter ses plans. Il s’agit principalement de fonds reçus directement de pays hostiles à l’Algérie, comme le régime du Makhzen, ainsi que des revenus des réseaux sociaux et des transferts via PayPal.

Le documentaire est revenu sur la sulfureuse escroquerie et le vol dont ont été victimes des membres de la communauté algérienne à l’étranger, tombés dans le piège de « Rachad ». Les dons auxquels appelait le mouvement, en prétendant qu’ils étaient destinés à soutenir ce qu’il appelait les « détenus d’opinion », ont été détournés au profit des dirigeants du mouvement, dont Larbi Zitout, qui possède plusieurs biens immobiliers et locaux commerciaux en Grande-Bretagne, et Amir Boukhors (DZ), qui possède plusieurs biens immobiliers à Paris (France).

Le documentaire montre que grâce à la conscience du peuple algérien, à sa cohésion avec son armée et à sa confiance dans les institutions de l’Etat, les plans des traîtres et des mercenaires ont été déjoués, et que grâce à la politique de la main tendue lancée par l’Etat algérien, ceux qui étaient dévoyés sont revenus dans le droit chemin, après avoir pris conscience de leur erreur et compris que leur avenir se trouvait dans le giron de leur patrie et non auprès des chancelleries étrangères.

Dans le documentaire, les dissidents du mouvement terroriste « Rachad » ont lancé un appel aux Algériens qui ont été dévoyés à retourner dans leur pays, assurant que les instructions du président de la République, dans le cadre de la main tendue « se sont concrétisées sur le terrain, l’Algérie accueillant ses enfants dévoyés qui n’ont pas de sang sur les mains ».

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci