Mena News, Global Views

Conseil de Sécurité: la Palestine membre à part entière, la nouvelle bataille de l’Algérie

ALGER – Après des efforts incessants et un profond travail diplomatique sur toutes les scènes internationales, continentales ou régionales, c’est en tant que membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies que l’Algérie aura encore une fois ce lundi la lourde responsabilité de porter haut la voix du peuple palestinien lors de discussions pour l’adhésion de la Palestine en tant que membre à part entière à l’ONU.

Après ces efforts reconnus par l’écrasante majorité des pays en faveur de l’adoption de la résolution exigeant un cessez-le-feu immédiat à Ghaza, le 24 mars dernier, l’Algérie, sans relâche, s’engage dans une nouvelle bataille

En effet, les quinze membres du Conseil de sécurité tiendront lundi des consultations à huis clos suivies d’une séance publique, pour discuter de la demande de l’Etat de Palestine transmise par le Secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité le 3 avril, pour un nouvel examen de sa demande d’adhésion déposée à l’ONU le 23 septembre 2011.

Sans présager des résultats de ces discussions, l’accord ou pas de la qualité de membre à part entière de la Palestine à l’ONU est déjà une réussite en ce sens qu’elle remet au centre des débats internationaux la question palestinienne, condition indispensable pour mettre à nu et ensuite briser une injustice internationale qui dure depuis plus de soixante-dix ans.

Consciente de l’importance de cette adhésion, l’Algérie n’a cessé durant de longues années de tenter de mobiliser tous les Etats épris de liberté et de justice pour que la Palestine accède à ce statut international.

Alger, par la voix de son président, M. Abdelmadjid Tebboune, poussait de toutes ses forces une diplomatie internationale amorphe qui avait relégué cette question sacrée non seulement pour les arabes et les musulmans, mais pour tous ceux qui sont épris des valeurs humaines et humanistes à se mobiliser pour ce moment important.

Pour rappel, c’est à Alger, les 1er et 2 novembre 2022, lors du sommet de la Ligue arabe, fragilisée à l’époque par la vague de normalisation des relations de certains de ses membres avec l’entité sioniste, que cette ligue a été recentrée sur la question palestinienne.

Lors de son allocution prononcée à la 78e assemblée générale de l’ONU tenue en septembre dernier, le Président Tebboune avait réitéré son appel à la tenue d’une Assemblée générale extraordinaire pour octroyer à la Palestine la qualité de membre à part entière de l’AG de l’ONU. Moins de six mois plus tard, le président de la République avait exprimé sa conviction quant à l’obtention par l’Etat de Palestine de la qualité de membre permanent de l’Organisation onusienne.

« L’Algérie lutte depuis quatre ans sans relâche pour l’établissement d’un Etat palestinien indépendant », a déclaré le président de la République lors de son entrevue périodique avec les représentants des médias nationaux, ajoutant: « nous avons rassemblé la diaspora palestinienne et mobilisé la Ligue arabe, et aujourd’hui il y a un véritable espoir » pour que l’Etat de Palestine obtienne la qualité de membre permanent des Nations Unies, soulignant que certains pays européens appelaient déjà à l’établissement d’un Etat palestinien et se sont dits prêts à reconnaître l’Etat palestinien.

« La bataille que l’Algérie mène actuellement indique qu’il est grand temps que la Palestine devienne membre à part entière des Nations Unies, même si elle est occupée », a soutenu le président de la République, ajoutant: « la Palestine sera membre des Nations Unies et nous ne quitterons pas le champ de bataille jusqu’à la réalisation de cet objectif ». « C’est le principe de l’Algérie, indépendamment de ce que disent les autres, et grâce à notre crédibilité, la Palestine obtiendra la qualité de membre permanent, après être devenue un membre observateur », a encore ajouté le président de la

Dans une lettre adressée au secrétaire général le 23 septembre 2011, le président palestinien Mahmoud Abbas avait officiellement présenté la demande d’adhésion de la Palestine à l’ONU. La lettre contenait une déclaration dans un instrument formel indiquant que « l’Etat de Palestine est une nation éprise de paix et qu’il accepte les obligations contenues dans la Charte des Nations Unies et s’engage solennellement à les remplir ».

Le 5 septembre 2012, la Ligue des Etats arabes a approuvé cet effort en tant qu’approche alternative à la candidature de l’Etat de Palestine à l’adhésion à part entière à l’ONU en 2011.

Le 29 novembre 2012, l’Assemblée générale a adopté la résolution 67/19, dans laquelle elle accorde à la Palestine le statut d’Etat observateur non membre des Nations unies.

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci