Mena News, Global Views

L’ambassadeur du Niger à Alger convoqué au ministère des Affaires étrangères

ALGER – L’ambassadeur de la République du Niger à Alger, M. Aminou Malam Manzo, a été convoqué, jeudi, au siège du ministère des Affaires étrangères (MAE) où il a été reçu par la Directrice générale Afrique, Mme Selma Malika Haddadi, indique samedi un communiqué du MAE.

Mf

Cette rencontre « a porté essentiellement sur la coopération entre les deux pays en matière de rapatriement des ressortissants nigériens séjournant de manière irrégulière sur le territoire algérien », précise la même source, relevant que « ‘cette coopération a fait l’objet de la part des autorités nigériennes de certains jugements que la partie algérienne estime sans fondements ».

« Il a été rappelé à l’ambassadeur de la République du Niger l’existence d’un cadre bilatéral dédié à cette problématique. De même, il lui a été indiqué que ce cadre doit demeurer le lieu privilégié de discussion et de traitement de toutes les données et de tous les développements

Par la même occasion, « il a été réitéré à l’attention de l’ambassadeur de la République du Niger le ferme attachement de l’Algérie aux règles essentielles de bon voisinage et sa volonté de poursuivre la coordination avec le Niger sur cette question

concernant les flux migratoires et sur toute autre question, dans le respect mutuel et sur la base des valeurs de coopération, de confiance et de solidarité », conclut le communiqué.

Pourquoi la junte militaire à Niamey a-t-elle aboli la loi criminalisant la traite des migrants?

Depuis plus d’une décennie la traite de migrants et les déplacements forcés des populations est devenue une véritable arme de guerre des puissances mondiales qui se disputent des intérêts dans différents coins de la planète. Les législations nationales et internationales interdisent formellement ce trafic qui cache tant d’autres activités qu’exerce les réseaux criminels transfrontaliers parfois avec la complicité de certains acteurs géopolitique.

La 27 novembre 21023 et la junte militaire avait abrogé, la loi 2015-36, qui criminalise depuis huit ans le trafic de migrants dans le au Niger suscitant un grand étonnement dans les milieux des organisations humanitaires et surtout les pays voisins, Algérie, Libye.

C’est une décision va totalement changer la donne au Niger et dans la région et ravivent les réseaux de trafic des humains. Lundi 27 novembre.

Adoptée le 26 mai 2015, la mesure interdisait le « trafic illicite de migrants », soit le fait « d’assurer, afin d’en tirer directement ou indirectement un avantage financier ou un autre avantage matériel, l’entrée illégale – au Niger – d’une personne qui n’est ni un ressortissant ni un résident permanent ». Les personnes soupçonnées de participer à ce trafic étaient passibles de peine d’emprisonnement allant de cinq à dix ans, et d’amendes de un à cinq millions de francs CFA (entre 1 500 et 7 600 euros).

Il y a huit ans, la loi 2015-36 avait mis un terme à une organisation bien structurée : les migrants, originaires pour la plupart d’Afrique de l’Ouest, pénétraient au Niger via ses frontières sud pour rallier Agadez, dans le centre du pays. « Jadis, la gare centrale, d’où partaient les convois pour rejoindre Dirkou et la Libye, était […] le cœur battant de la cité. Chaque lundi, plusieurs dizaines de véhicules, parfois près de 200, s’ébranlaient vers le désert, transportant bétail et passagers, raconte Le Monde Diplomatique. Escortés par l’armée jusqu’à la frontière libyenne, les convois étaient synonymes, pour ceux qui s’y glissaient, de grandes espérances, et, pour les habitants d’Agadez, de bouffée d’oxygène ».

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci