- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Comment le conflit en Ukraine pourrait influencer l’approvisionnement alimentaire de l’Afrique?

Le blé et les autres céréales sont de retour au cœur de la géopolitique après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les deux pays jouent un rôle majeur sur le marché agricole mondial. Les dirigeants africains doivent faire attention.  Les pays africains ont importé des produits agricoles d’une valeur de 4 milliards de dollars de Russie en 2020 . Environ 90 % de cette quantité était du blé et 6 % de l’huile de tournesol. Les principaux pays importateurs étaient l’Égypte, qui représentait près de la moitié des importations, suivie du Soudan, du Nigéria, de la Tanzanie, de l’Algérie, du Kenya et de l’Afrique du Sud.
MF

Traduit de l’anglais par | Maghrebfacts


Il existe d’importants échanges agricoles entre les pays du continent et la Russie et l’Ukraine. Les pays africains ont importé des produits agricoles d’une valeur de 4 milliards de dollars de Russie en 2020 . Environ 90 % de cette quantité était du blé et 6 % de l’huile de tournesol. Les principaux pays importateurs étaient l’Égypte, qui représentait près de la moitié des importations, suivie du Soudan, du Nigéria, de la Tanzanie, de l’Algérie, du Kenya et de l’Afrique du Sud.

De même, l’Ukraine a exporté pour 2,9 milliards de dollars de produits agricoles vers le continent africain en 2020. Environ 48 % de ces exportations étaient du blé, 31 % du maïs et le reste comprenait de l’huile de tournesol, de l’orge et du soja.

La Russie et l’Ukraine sont des acteurs importants sur le marché mondial des matières premières. La Russie produit environ 10 % du blé mondial tandis que l’Ukraine en produit 4 % . Ensemble, cela représente presque la taille de la production totale de blé de l’Union européenne. Le blé est destiné à la consommation intérieure et aux marchés d’exportation. Ensemble, les deux pays représentent un quart des exportations mondiales de blé. En 2020 , la Russie représentait 18% et l’Ukraine 8%.

Les deux pays sont également des acteurs notables dans le maïs, responsables d’une production combinée de maïs de 4 %. Cependant, la contribution de l’Ukraine et de la Russie est encore plus importante dans les exportations, représentant 14 % des exportations mondiales de maïs en 2020 . Les deux pays figurent également parmi les principaux producteurs et exportateurs d’huile de tournesol . En 2020, les exportations ukrainiennes d’huile de tournesol représentaient 40 % des exportations mondiales, la Russie représentant 18 % des exportations mondiales d’huile de tournesol.

L’action militaire de la Russie a semé la panique chez certains analystes. La crainte est que l’intensification des conflits puisse perturber le commerce avec des conséquences importantes pour la stabilité alimentaire mondiale.

Je partage ces inquiétudes, notamment les conséquences des fortes hausses du prix mondial des céréales et des oléagineux. Ils figurent parmi les principaux moteurs de la hausse mondiale des prix alimentaires depuis 2020. Cela s’explique principalement par les conditions météorologiques sèches en Amérique du Sud et en Indonésie, qui ont entraîné de mauvaises récoltes combinées à une demande croissante en Chine et en Inde.

La perturbation des échanges, en raison de l’invasion, dans l’importante région productrice de la mer Noire ajouterait à la hausse des prix mondiaux des produits agricoles – avec des répercussions potentielles sur les prix mondiaux des denrées alimentaires. Une hausse des prix des matières premières était déjà évidente quelques jours seulement après le début du conflit.

C’est une préoccupation pour le continent africain, importateur net de blé et d’huile de tournesol. En plus de cela, on s’inquiète de la sécheresse dans certaines régions du continent. L’interruption des expéditions de produits de base ajouterait aux inquiétudes générales concernant l’inflation des prix alimentaires dans une région qui est importatrice de blé .

À quoi s’attendre?


L’ampleur de la hausse potentielle des prix mondiaux des céréales et des oléagineux dépendra de l’ampleur de la perturbation et de la durée pendant laquelle le commerce sera affecté.

Pour l’instant, cela peut être considéré comme un risque à la hausse pour les prix mondiaux des matières premières agricoles, qui sont déjà élevés. En janvier 2022, l’ Indice FAO des prix des produits alimentaires était en moyenne de 136 points, en hausse de 1 % par rapport à décembre 2021, son plus haut niveau depuis avril 2011.

Les huiles végétales et les produits laitiers ont principalement soutenu les hausses.

Dans les jours qui ont précédé la décision de la Russie, il y a eu une flambée des prix internationaux d’un certain nombre de produits de base. Ceux-ci comprenaient le maïs (21%), le blé (35%), le soja (20%) et l’huile de tournesol (11%) par rapport à la période correspondante il y a un an. Ceci est remarquable car les prix de 2021 étaient déjà élevés .

Du point de vue de l’agriculture africaine, l’impact de la guerre se fera sentir à court terme à travers le canal mondial des prix des produits agricoles.

Une hausse des prix sera bénéfique pour les agriculteurs. Pour les producteurs de céréales et d’oléagineux, la flambée des prix représente une opportunité de gains financiers. Cela sera particulièrement bienvenu compte tenu de la hausse des coûts des engrais qui a mis à rude épreuve les finances des agriculteurs.

Le conflit russo-ukrainien survient également à un moment où la sécheresse en Amérique du Sud et la demande croissante de céréales et d’oléagineux en Inde et en Chine ont exercé une pression sur les prix.

Mais la hausse des prix des matières premières est une mauvaise nouvelle pour les consommateurs qui ont déjà connu des hausses des prix alimentaires au cours des deux dernières années.

Le conflit russo-ukrainien signifie que la pression sur les prix va persister. Les deux pays sont les principaux contributeurs à l’approvisionnement mondial en céréales. L’impact sur les prix des évolutions affectant leur production ne peut être sous-estimé.

Certains pays du continent, comme l’Afrique du Sud, profitent de l’exportation de fruits vers la Russie. En 2020, la Russie représentait 7 % des exportations d’agrumes de l’Afrique du Sud en valeur. Et il représentait 12 % des exportations de pommes et de poires de l’Afrique du Sud la même année – le deuxième marché du pays.

Mais du point de vue de l’Afrique, les importations agricoles de la Russie et de l’Ukraine en provenance du continent sont marginales – s’élevant en moyenne à seulement 1,6 milliard de dollars américains au cours des trois dernières années. Les produits dominants sont les fruits, le tabac, le café et les boissons dans les deux pays.

Effets d’entraînement

Chaque acteur agricole garde un œil sur les développements dans la région de la mer Noire. L’impact se fera sentir dans d’autres régions, comme le Moyen-Orient et l’Asie, qui importent également un volume important de céréales et d’oléagineux d’Ukraine et de Russie. Eux aussi seront directement touchés par la perturbation des échanges.

Il y a encore beaucoup de choses que l’on ignore sur les défis géopolitiques qui nous attendent. Mais pour les pays africains, il y a des raisons de s’inquiéter compte tenu de leur dépendance vis-à-vis des importations de céréales. À court terme, les pays verront probablement l’impact par une flambée des prix, plutôt que par une véritable pénurie de produits de base. D’autres pays exportateurs de blé, comme le Canada, l’Australie et les États-Unis, devraient profiter de toute augmentation potentielle à court terme de la demande.

En fin de compte, l’objectif devrait être de désamorcer le conflit. La Russie et l’Ukraine sont profondément ancrées dans les marchés agricoles et alimentaires mondiaux. Cela passe non seulement par les approvisionnements mais aussi par les intrants agricoles tels que le pétrole et les engrais .

Source | The Conversation

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img