- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

SANCTIONS DE L’OTAN ET PÉNURIE MONDIALE IMMINENTE DE DIESEL

Une pénurie mondiale de diesel, qu’elle soit temporaire ou à long terme, est donc un événement catastrophique. Les marchandises ne peuvent pas être déplacées des ports à conteneurs vers les destinations finales. Sans diesel, les camions ne peuvent pas livrer de nourriture aux supermarchés, ni quoi que ce soit d’autre. Toute la chaîne d’approvisionnement s’effondre. Et il n’est pas possible d’utiliser de l’essence dans un moteur diesel sans le ruiner pour de bon.
MF

Par | F.William Engdahl | Traduit Par A. Zakarya


En plein crise inflationniste, les chefs d’État de l’OTAN et les grands médias répètent le mantra selon lequel les prix élevés de l’énergie sont le résultat direct de l’action militaire Russe en Ukraine. La réalité est que la responsabilité incombe aux sanctions occidentales.

Ces sanctions, y compris la suppression de l’accès interbancaire SWIFT pour les grandes banques russes et certaines des sanctions les plus sévères jamais imposées, ont peu d’effet sur les actions militaires en Ukraine. Ce que beaucoup oublient, c’est le fait que [ces sanctions] ont un impact croissant sur les économies occidentales, en particulier celles de l’UE et des États-Unis. Un examen plus approfondi de l’état des approvisionnements mondiaux en diesel est alarmant. Mais les planificateurs occidentaux de sanctions contre le Trésor américain et l’UE savent ce qu’ils font. Et c’est de mauvais augure pour l’économie mondiale.

Alors que la plupart d’entre nous pensent rarement que le diesel est autre chose qu’un polluant, en réalité [ce carburant] est aussi essentiel à l’ensemble de l’économie mondiale que peu d’autres ressources énergétiques. Le directeur général de « Fuels Europe« , qui fait partie de l’Association européenne des raffineurs de pétrole, a récemment déclaré : «  … il existe un lien clair entre le diesel et le PIB, car presque tout ce qui entre et sort d’une usine le fait en utilisant le diesel. »

À la fin de la première semaine d’action militaire russe en Ukraine, sans sanctions spécifiques sur les exportations russes de diesel, le prix du diesel en Europe était déjà à son plus haut niveau depuis 30 ans. Cela n’avait rien à voir avec la guerre. Cela était dû aux blocages mondiaux draconiens qui ont commencé en mars 2020 en raison de Covid et au désinvestissement simultané de Wall Street et des sociétés financières mondiales dans les sociétés pétrolières et gazières, le soi-disant programme vert ou ESG. En même temps que débutaient les actions des troupes russes en Ukraine, deux des plus grandes compagnies pétrolières du monde, BP et Shell, toutes deux britanniques, avaient suspendu les livraisons de diesel à l’Allemagne, se justifiant par la crainte de pénuries d’approvisionnement. Avant la guerre en Ukraine La Russie a fourni environ 60 à 70 % de tout le diesel automobile de l’UE.

En 2020, la Russie était le deuxième exportateur mondial de diesel derrière les États-Unis, avec plus d’un million de barils par jour. La majeure partie, environ 70 %, était destinée à l’UE et à la Turquie. La France était le plus gros importateur, suivie de l’Allemagne et du RoyaumeUni. En France, environ 76 % de l’ensemble des véhicules routiers – voitures et camions – roulent au gazole. La demande de diesel dans l’UE est beaucoup plus élevée qu’aux États-Unis, car [en Europe] la plupart des voitures utilisent du diesel, qui est moins cher et plus efficace.

Au cours de la première semaine d’avril, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a fièrement annoncé de nouvelles sanctions contre les importations d’énergie en provenance de Russie, qui commenceront par une interdiction du charbon. L’UE est le plus grand importateur de charbon russe. Pétrole et gaz, [von der Leyen] a dit, ils suivront plus tard. Cette décision stupide ne fera qu’augmenter les coûts de l’énergie, déjà à des niveaux record pour la majeure partie de l’UE, car elle fera monter en flèche les prix du pétrole et du gaz.

Au début de la crise ukrainienne, les stocks mondiaux de diesel étaient déjà au plus bas depuis 2008, les blocages provoqués par le Covid ayant considérablement endommagé l’équilibre entre l’offre et la demande de production de pétrole et de gaz. Désormais, tout est prêt pour une crise du diesel sans précédent. Les conséquences pour l’économie mondiale seront incroyables.

Le diesel, moteur du commerce mondial

Les moteurs diesel sont beaucoup plus efficaces que les moteurs conventionnels. Ils sont basés sur le principe de compression développé en 1897 par Rudolf Diesel. En raison de son rendement plus élevé et de son kilométrage / litre plus élevé, le diesel alimente presque tous les moteurs de véhicules de transport. Il alimente également la plupart des équipements agricoles, des tracteurs aux machines de récolte. Il est largement utilisé dans l’UE, dont près de 50 % pour l’automobile, car [le moteur diesel] est beaucoup plus efficace que le moteur à essence. Il est utilisé dans la plupart des machines minières lourdes, telles que les chenilles de terrassement. Il est utilisé dans les équipements de construction. Les moteurs diesel ont remplacé les moteurs à vapeur sur tous les chemins de fer non électrifiés du monde, en particulier les trains de marchandises.

Une pénurie mondiale de diesel, qu’elle soit temporaire ou à long terme, est donc un événement catastrophique. Les marchandises ne peuvent pas être déplacées des ports à conteneurs vers les destinations finales. Sans diesel, les camions ne peuvent pas livrer de nourriture aux supermarchés, ni quoi que ce soit d’autre. Toute la chaîne d’approvisionnement s’effondre. Et il n’est pas possible d’utiliser de l’essence dans un moteur diesel sans le ruiner pour de bon.

Jusqu’au blocus mondial mal conçu de l’industrie et des transports qui a commencé en mars 2020, l’offre et la demande de carburant diesel étaient bien équilibrées. Les fermetures soudaines avaient cependant fait chuter la demande de diesel pour le camionnage, les voitures, la construction et même l’agriculture. Les raffineries non rentables avaient été fermées. La capacité de production avait diminué. Maintenant, alors que la production mondiale revient à un semblant de normalité pré-covid, les réserves de diesel dans le monde sont dangereusement basses, en particulier dans l’UE, qui est le plus grand consommateur mondial de diesel, mais aussi aux États-Unis.

Rationnement ?

Au début de cette année, les stocks mondiaux de diesel étaient déjà dangereusement bas, ce qui avait fait monter en flèche les prix. En février 2022, avant que les effets de la guerre en Ukraine ne se fassent sentir, le diesel américain et les stocks connexes étaient inférieurs de 21 % à la moyenne saisonnière pré-covid. Dans l’UE, les stocks étaient de 8 %, soit 35 millions de barils, inférieurs au niveau moyen pré-covid. À Singapour, les stocks des hubs asiatiques étaient inférieurs de 32 % à la normale. Pris ensemble, les stocks de diesel des trois régions étaient dangereusement bas, quelque 110 millions de barils de moins qu’à la même période l’an dernier.

Entre janvier 2021 et janvier 2022, les prix du diesel dans l’UE ont presque doublé, et ce avant les sanctions contre la Russie. Les raisons étaient différentes, mais la principale était la flambée du prix du pétrole brut et les interruptions d’approvisionnement dues au gel mondial des stocks et à la reprise subséquente des flux commerciaux mondiaux.

Pour aggraver le problème, le gouvernement central chinois a imposé début mars une interdiction de ses exportations de diesel pour « garantir la sécurité énergétique », en conjonction avec des sanctions occidentales contre la Russie. Ajoutez à cela la récente interdiction par l’administration Biden d’importer tout le pétrole et le gaz russes, qui en 2021 comprenaient environ 20 % de toutes les exportations de pétrole lourd russe. En même temps, l’UE, dans sa sagesse toujours idéologique,

Le 4 avril, le prix moyen du litre de gazole en Allemagne était de 2,10 euros. Le 27 décembre 2021, il était de 1,50, soit une augmentation de 40 % en quelques semaines. Suite aux sanctions sans précédent des États-Unis et de l’UE contre la Russie pour la campagne militaire en Ukraine qui a débuté le 24 février, de plus en plus de compagnies pétrolières occidentales refusent de traiter avec du pétrole brut ou du diesel russe par crainte de représailles. Cette situation est vouée à s’aggraver, du moins tant que les combats en Ukraine se poursuivront.

Le directeur général de « Vitol », basée à Rotterdam, la plus grande société indépendante de négoce d’énergie au monde, a averti le 27 mars que le rationnement mondial du diesel serait de plus en plus improbable dans les mois à venir. Il a noté : « L’Europe importe environ la moitié de son diesel de Russie et environ la moitié du Moyen-Orient. Cette pénurie systémique de diesel existe. »

Le 7 avril, David MC Williams, un éminent économiste irlandais, ancien de la National Bank of Ireland, a lancé un cri d’alarme. « Non seulement le pétrole monte, mais le diesel monte aussi et il y a une réelle menace de pénurie de diesel en Europe au cours des deux à trois prochaines semaines, ou peut-être plus tôt… Nous importons une quantité importante de notre diesel. Il existe deux raffineries au Royaume-Uni où il est d’abord traité. Ces raffineries n’ont actuellement pas de pétrole brut. Donc, on gère pratiquement l’économie au jour le jour, heure par heure ». Il a ajouté : « Nous n’avons pas seulement une crise pétrolière, nous avons une crise énergétique comme nous n’en avons pas vu depuis 50 ans. » À son avis.

La situation aux États-Unis n’est pas meilleure. Pour des raisons politiques, l’ampleur de la crise du diesel aurait été minimisée par l’administration Biden et l’UE. Aux États-Unis, l’inflation est déjà au plus haut depuis 40 ans. Les effets de la crise mondiale du diesel, actuellement en cours de développement, auront, à moins d’un revirement brutal, un impact dramatique sur toutes les formes de transport, camions et voitures, agriculture, exploitation minière, etc. Ce sera une catastrophe pour une économie mondiale déjà en crise.

Pourtant, des gouvernements, comme la coalition allemande « Ampel » (feux de signalisation), avec leur programme fou de « zéro carbone » et leurs plans d’élimination progressive du pétrole, du charbon et du gaz, ou la clique Biden, voient dans l’explosion des prix de l’énergie un autre prétexte pour abandonner hydrocarbures, comme le pétrole, et passer à des énergies alternatives peu fiables et coûteuses, comme l’éolien et le solaire. Certes, l’économie industrielle mondiale interconnectée n’est pas comme le jeu de lego. C’est très complexe et finement réglé, et bien que cette harmonisation soit systématiquement détruite, toutes les preuves montrent que c’est intentionnel. Bienvenue dans l’agenda eugéniste du Davos Great Reset.

F.William Engdahl

Source : journal-neo.org

Lien : https://journal-neo.org/2022/04/11/nato-sanctions-and-the-coming-global-diesel-fuel-disaster/

11.04.2022

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img