- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Macron reçoit un rapport sur le rôle de son pays dans le massacre du Rwanda

Le président rwandais Paul Kagame a annoncé aujourd’hui, mercredi, que son pays était sur le point de publier un rapport soulignant la responsabilité de la France dans le génocide au Rwanda contre l’ethnie tutsie en 1994.


Lors des cérémonies commémoratives organisées dans la capitale rwandaise, Kigali, marquant le 27e anniversaire du génocide des Tutsi aux mains de l’ethnie hutue, Kagame a exhorté les autres pays à ne pas garder le silence sur ce crime et à remettre les instigateurs qui se cachent dans les pays. d’Europe et d’Amérique.

Le président du Rwanda, lors de son discours en anglais, s’est référé au rapport d’historiens français qui pendant deux ans ont étudié les documents secrets et est parvenu à la conclusion que le président français, François Mitterrand (1981-1995) et ses proches collaborateurs savaient que les Hutus planifiaient un génocide contre les Tutsis, mais ils ont malgré tout continué à soutenir les Hutus, car il y voyaient un intérêt géopolitique de la France.

« Ce rapport permettra aux dirigeants français de mieux comprendre ce qui s’est exactement passé, et nous sommes ravis de cette avancée », a déclaré Kagame, lors de son discours, qui a duré près d’une heure, notant que le Rwanda publiera dans la troisième semaine d’avril, les résultats d’une étude que les historiens ont menée en parallèle avec leurs confrères français, les conclusions sont les mêmes.

Le président rwandais a noté l’importance de reconnaître le fait que le génocide a eu lieu dans son pays en 1994, exprimant sa surprise que la légalité d’appeler ces événements par leur vrai nom soit toujours un sujet de débat 27 ans après qu’ils se soient produits.



En 1994, des personnes non identifiées au Rwanda ont abattu un avion de passagers transportant le chef de l’État, Juvénal Habyarimana, et le président de la République voisine du Burundi, Cyprian Ntaryamira. Les extrémistes de l’ethnie hutu ont utilisé l’assassinat des deux présidents comme excuse pour prendre le pouvoir au Rwanda et déclencher le génocide contre le petit groupe ethnique des Tutsis et des politiciens hutus modérés. Et tué pendant la période d’avril à juin 1994, environ 800 000 personnes, pour la plupart des Tutsis, en plus des Hutus modérés et de plusieurs autres groupes.

Depuis 2015, la France n’est plus représentée diplomatiquement dans la capitale rwandaise, Kigali, malgré l’ouverture du président Paul Kagame à la réconciliation et à l’oubli du passé, tandis que de nombreux partis français ont défendu l’innocence de la France et dénoncé son implication dans des événements qui se sont écoulés depuis de nombreuses années.


Le rapport demandé par Macron pourrait être une raison pour le rétablissement des relations entre les deux pays et la fonte des glaces entre eux, notamment à la lumière de l’intention du président français de dévoiler le passé français dans certaines batailles comme la guerre d’Algérie et la guerre d’Algérie. massacre au Rwanda. Macron avait demandé la préparation de ce rapport à un groupe d’historiens dirigé par Vincent Duclert, spécialiste du sujet.

« Nous nous devons de regarder tout notre passé, sans nous mordre nous-mêmes », a déclaré Macron dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique en novembre dernier, ajoutant qu’il avait l’intention de se rendre au Rwanda en 2021.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img