Mena News, Global Views

BAD: la réforme de l’architecture financière mondiale, thème central des assemblées 2024 prévues au Kenya

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a choisi cette année le thème de « la réforme de l’architecture financière mondiale » pour ses assemblées annuelles prévues du 27 au 31 mai prochain à Nairobi (Kenya), en vue d’interpeller les institutions internationales sur les besoins en financement du continent qui affiche des ambitions en matière de développement économique, a affirmé mercredi le secrétaire général de la BAD, Vincent Nmehielle.  

Rédaction | Aps


S’exprimant lors d’une visioconférence depuis le siège de la banque à Abidjan (Côte d’Ivoire), M. Nmehielle a assuré que le thème central choisi pour la 59e assemblée annuelle du Conseil des gouverneurs de la BAD et la 50e assemblée annuelle du Conseil des gouverneurs du Fonds africain de développement, à savoir « la transformation de l’Afrique et la réforme de l’architecture financière mondiale », a été défini sur la base du constat que la transformation économique du continent reste incomplète en dépit de la croissance pérenne enregistré au cours de ces 20 dernières années ».

Le thème de « la réforme de l’architecture financière mondiale » sera le principal sujet de débats et de réflexion de ces assemblées et va réunir des experts mondiaux de la finance qui vont focaliser sur la question comment financer la transformation en Afrique dans un système mondial en pleine mutation, a-t-il souligné lors de cette conférence animée en compagnie de l’économiste en chef et vice-président chargé de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances, Kevin Urama.

Dans ce contexte, le SG de la BAD a fait observer que « l’Afrique n’a jamais reçu les capitaux nécessaires à son développement économique », précisant que « depuis l’année 1944, marquant la création des institutions de Brettons Woods (FMI et Banque mondiale), la finance du développement a été structurée et déployée sans accorder de faveurs au continent africain ».

« C’est pourquoi, il est nécessaire entamer des réformes pour permettre à l’Afrique de se reconstruire et de rattraper le retard accusé à cause de la colonisation », a-t-il plaidé, en estimant que « les capitaux internationaux devraient aller en Afrique où se trouve une forte demande plus que celle exprimée par les pays développés ».

SG de la BAD | Vincent Nmehielle.

Pour sa part, M. Urama a relevé que le continent africain qui dispose de potentialités et de ressources naturelles « a rarement accès aux fonds de financements » et fait face à des « défis en matière de gouvernance et d’utilisation des ressources disponibles ».

« Malgré les différents chocs qui ont bousculé le continent, les économies africaines continuent de rebondir et de croître chaque année. Selon nos prévisions, le continent devrait enregistrer une croissance de 4% en 2024, supérieure à la moyenne mondiale et dont 10 pays africains vont connaitre la croissance la plus rapide au monde », a fait remarquer l’économiste en chef de la BAD.

Dans ce sillage, M. Urma a annoncé l’élaboration d’une étude par la BAD en collaboration avec l’Union africaine (UA) afin de déterminer les principaux facteurs qui permettront de réaliser une croissance de 7 à 8 % du PIB africain dans les 40 ans prochaines années, et ce, pour pouvoir éradiquer la pauvreté et stimuler la transformation économique du continent.

M. Urma

Au cours de cette conférence de presse, les deux responsables de la BAD ont dévoilé le programme des assemblées annuelles qui devront réunir environ 4.000 délégués et participants représentant les 81 pays membres (54 pays africains et 27 pays non régionaux) au sein du centre de conférence international Kenyatta de Nairobi, au Kenya.

Ces assemblées comprennent des réunions des organes subsidiaires de la banque, à savoir le Conseil des gouverneurs, le bureau et le comité des directeurs qui se tiendront à huis clos, avec à l’ordre du jour l’élection du président du Groupe de la BAD et l’examen d’autres points statutaires.

Des événements parallèles ouverts à tous les participants, y compris les représentants des médias, sont également prévus lors de ces assemblées et seront dédiés à la réflexion sur l’engagement du Groupe de la Banque quant à l’accomplissement de sa mission de développement du continent africain et son rôle pour accélérer la transformation économique des pays africains.

Il est prévu, dans ce cadre, la présentation du rapport annuel de la banque sur les perspectives économiques en Afrique en 2024 et des activités coïncidant avec la célébration du 60ème anniversaire de création de la BAD.

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci