Mena News, Global Views

A propos de dérives

PAR AHMED HALFAOUI

Parallèlement à la clarté des intentions des « démocrates », la situation dans le pays n’en finit pas de mettre en évidence la confusion qui règne dans certains mouvements labélisés révolutionnaires, avec cette conséquence que l’on ne distingue presque pas leurs positions de celles des USA ou de leur vassaux de L’U.E et de celles des couches embourgeoisées locales, partisanes du néolibéralisme.


Les analyses à l’emporte-pièce, faites des instantanés que le téléspectateur le moins futé de France 24 pourrait produire, sont étalées sur la place publique, comme contribution à la « révolution », quand on s’attend à plus de circonspection et plus de rigueur de milieux qui se réclament d’une extraction théorique infiniment plus sourcilleuses sur les processus qui affectent les formations sociales.

La raison voudrait que la révolution sociale doit être fondamentalement considérée comme une chose sérieuse, censée produire un stade supérieur de développement politique de la société en mouvement. C’est la raison d’être affichée de la militance marxiste révolutionnaire.

A contre courant de ce principe s’était déjà affirmé le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), qui avait inventé le concept « unité d’action » entre « révolutionnaires » et « OTAN » en Libye, avait récidivé pour la Syrie où il s’est évertué, cette fois-ci, à minorer l’hystérie des puissances occidentales et l’implication ostentatoire des monarchies arabes et de la Turquie dans le recrutement de « révolutionnaires » que les médias de l’OTAN sont chargés d’imposer à l’opinion. Dont acte pour la perspicacité marxiste. Ahmed Halfaoui

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci