- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Vienne | Américains et Iraniens, enfin parvenus à un accord

Après sept cycles de négociations, l’accord est « prêt« , a affirmé le site russe Sputnik citant des sources au sein de la communauté d’affaires iranienne proches de l’Agence internationale de l’Energie atomique. L’accord serait même « paraphé » et ses détails restent pour l’heure confidentiels, mais celui-ci consisterait en un document principal complété de trois annexes portant sur le nucléaire, les sanctions et le calendrier. Si ses détails qui restent à prendre avec prudence, s’avèrent vrais, ce serait un succès historique pour la diplomatie iranienne dont l’intransigeance a fini par payer.
Author

Maghrebfacts | Source: Sputnik


Un an après la reprise des négociations indirectes entre Washington et Téhéran pour un retour à l’accord sur le nucléaire iranien, les deux diplomaties seraient finalement parvenues à une entente sur l’essentiel.

Depuis plusieurs semaines, l’idée d’une potentielle avancée décisive à Vienne se fait de plus en plus pressante. Ainsi, la diplomatie américaine expliquait le 8 février qu’un accord était « en vue« . Le lendemain, une autre source diplomatique haut placée à Washington indiquait que même si « rien avec l’Iran n’est jamais une ligne droite« , les négociations arrivaient « à un moment décisif. Nous sommes véritablement dans la toute dernière ligne droite« .

Même son de cloche côté russe: l’ambassadeur Mikhail Ulyanov, négociateur en chef de la Russie à Vienne, affirmait le 8 janvier que les négociations viennoises sur le nucléaire iranien en étaient à leur étape « finale« . Et ce dernier d’ajouter que « le document final est rédigé« . « nous devons encore résoudre un certain nombre de problèmes, y compris des problèmes plutôt fondamentaux« , précisait-il toutefois.

Trouver le bon calendrier d’annonce est ainsi primordial pour ces deux acteurs. Pour l’Iran notamment, parvenir à un accord et une levée consécutive des sanctions serait une bouffée d’air frais. L’actuel gouvernement fait l’objet de critiques de la part de sa population en raison de la situation économique difficile du pays.

Ainsi, les sources contactées par Sputnik tablent-elles sur l’annonce d’une signature avant le 20 mars, jour de la fête de Norouz, le Nouvel An iranien ou persan .À ces questions de calendrier s’ajoutent des demandes de garanties iraniennes sur le respect du traité.

Les Iraniens veulent être sûrs que l’arrivée en 2025 à la Maison-Blanche d’une nouvelle administration, potentiellement hostile à l’accord, ne les mettra pas de nouveau en danger, comme l’avait fait Donald Trump en se retirant unilatéralement du précédent en 2018.Autant d’obstacles qui faisaient dire ce 10 février au ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qu’il « reste encore beaucoup à faire avant que l’accord sur le nucléaire iranien puisse être relancé« . Prudent, le chef de la diplomatie russe sait qu’un document qui n’est pas signé n’a pas plus de valeur qu’une promesse.

Pour rappel, les grandes puissances ont entamé mardi le neuvième cycle de négociations nucléaires avec l’Iran, ainsi que des pourparlers indirects avec les États-Unis, sur la reprise de l’accord nucléaire dont Washington s’est retiré en mai 2018 suite au coup de tête de l’ancien président Donald Trump.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img