Mena News, Global Views

Salvador: Manifestations contre la privatisation de l’eau

Par : Saïd OURABAH

Les rues de San Salvador, capitale du Salvador, ont été ce 20 mars, le théâtre de plusieurs manifestations, à l’appel des syndicats et de diverses associations, pour protester contre la privatisation de l’eau en délibération à l’assemblée législative.

Des émeutes ont éclaté suite à l’intervention des forces de l’ordre. Devant l’ampleur des protestations, le Président de l’assemblée Norman Quijano, a suspendu les travaux.

Les protestations, contre les injonctions de la banque mondiale pour la privatisation de la gestion des eaux, remontent à Juillet 2017. Elles ont été réprimées avec violence par la police. Le gouvernement a alors voté une loi, contre le terrorisme qualifiée de copie conforme du « Patriot-Act » aux Etats Unis, pour incriminer les meneurs de ces manifestations.

Les jeunes se sont élevés pour dénoncer le bradage de leurs richesses naturelles au profit des grandes firmes internationales

Faut-il rappeler que la banque mondiale n’est pas à sa première tentative de privatisation des ressources en eau en Amérique latine. Le cas le plus connu est celui en Cochabamba en Bolivie en 2000. L’institution financière de Bretton Woods, a conditionné sa disposition à octroyer des emprunts par la privatisation des services publics. La gestion de l’eau a été ainsi concédée à la multinationale américaine Bechtel, conduisant à une augmentation de 200% du prix de cette ressource. La population, par la mobilisation massive, a forcé la compagnie à abandonner et le système de distribution d’eau est revenu de nouveau sous le contrôle public.

 

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci