- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Sahara Occidental: Après sa tournée au Maghreb, l’émissaire de l’ONU rencontre A. Belkins à Washington

Après sa tournée, en janvier dernier au Maroc, Algérie, Mauritanie, camps de Tindouf et en Espagne, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental est attendu ce jeudi soir aux département de l’Etat aux affaires étrangères. Dimistura devra faire le point avec le chef de la diplomatie américaine A. Blenkin sur les résultats da sa tournée dans la région, après avoir remis son rapport au Secrétaire General de l’Onu, M. Antonio Guterres
Author

Par: A. Zakaria


L’émissaire des Nation Unis pour le conflit entre le Maroc et le Polisario, Staffan de Mistura rencontrera Antony Blinken à Washington. La rencontre devra durer au moins une heure, a indiqué le Département d’Etat. Les deux hommes n’ont semble-t-il pas l’intention d’organiser un point de presse à l’issu de leur rencontre.

La mission de Dimistura s’est déroulé dans un le contexte de guerre entre les forces armée du Polisario et l’armée marocaine, suite à la rupture du cessez-le-feu, violé par le Maroc (…) depuis le 13 novembre 2020″.

Le diplomate italo-suédois, nommé en octobre 2021 comme envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, s’était rendu, le 12 et 13 janvier en cours, au Maroc où il s’est entretenu avec des responsables du pays, dont le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Le samedi 15 janvier, au camp des réfugiés Sahraoui de Tindouf, au sud-ouest algérien, où il est resté deux jours, DE Mistura s’est également entretenu avec plusieurs le Président de la République Sahraoui, Ibrahim Ghali ainsi que plusieurs responsables du Front Polisario. Ces derniers ont expliquer au repressentant de l’ONU que la seule alternative à la guerre pour l’indépendance reste l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui » .

L’avant dernière étape de cette visite l’a conduit à Nouakchott, en Mauritanie où il rencontré les responsables locaux, avant de s’envoler vers l’espagne.

Pour sa par le chef du département de l’Etat Anthony Blinken est bien au fait du dossier puisque lui également avait effectué une visite dans la région et avait affirmé la position de son pays qui exhorte les deux parties du conflit, le Sahara Occidentale et le Maroc, à retourner à la table des négociations dans le cadre des Nations Unis. Cela signifie la réactivation et la revitalisation du plan de règlement conjoint de 1991 (ONU-OUA), en tant que seul accord accepté par les deux parties au conflit et endossé, à deux reprises, par le Conseil de Sécurité et que le Maroc tente de contourner.

Pour rappel, Blinken avait joué un rôle déterminant dans la nomination d’un successeur au démissionnaire, Horst Köhler, en mai 2019. Il a défendu la réactivation de ce dossier dès les premiers mois de sa prise de fonction à la tête de la diplomatie des Etats-Unis. Blinken a également contraint le Maroc à lever ses réserves à la candidature de De Misutra à ce poste.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img