- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

OPEP+ : unanimité pour réduire de 9.7M b/j la production, qui tiendra sa promesse?

MaghrebFacts/ agences 

Les pays de l’Opep+ sont unanimement convenus de prolonger la réduction actuelle de la production de pétrole afin de permettre d’absorption des surplus disponibles encore sur le marché, qui a connu une chute vertigineuse qui traduit les tensions entre les grandes puissances autour de l’or noir.

Tenant compte des fondamentaux actuels et des récentes perspectives du marché pétrolier international, les pays participants aux travaux de la 11ème réunion ministérielle des pays Opep et non-Opep et de la 179ème Conférence ministérielle de l’Opep, présidée par le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab en tant que président en exercice, ont décidé de prendre plusieurs décisions visant à assurer la stabilité des cours du pétrole.

Il s’agit notamment de la réduction de la production pétrolière de l’ordre de 9.7 millions de barils par jour (mb/ j) durant le mois de juin 2020, d’une baisse de 9,6 mb / j durant juillet 2020 ainsi que d’une coupe de 7,7 mb / j du devant intervenir du 1er août à fin décembre 2020.Cette décision est toutefois, prise en croisant les doigts pour que les 10 pays producteurs de pétrole qui ne sont pas membres de l’Opep, respectent leur promesse de contribuer à la stabilité.

En effet, Les pays de l’Opep et les pays hors Opep sont unanimement convenus de prolonger la réduction actuelle jusqu’à la fin du mois de juillet et de s’engager pleinement dès le début de l’accord en compensant tout volume qui n’a pas été réduit par certains pays en mai».

Les participants à ces deux visioconférences ministérielles ont convenu aussi de réduire la production de 5,8 mb/j du 1er janvier 2021 à avril 2022, fait savoir un communiqué du ministère de l’Energie algérien.

A l’issue des travaux de ces réunions, il a été décidé également d’adopter le mécanisme de la compensation pour les pays qui n’ont pas pu atteindre pleinement la conformité en mai et juin de l’accord du 12 avril dernier.

A ce titre, L’organisation a décidé que les pays qui ne respectent pas leurs engagements de réduction de la production de pétrole (en particulier l’Irak, le Nigeria et le Kazakhstan) compenseraient leur décalage entre juillet et septembre, précise l’agence d’information russe,RIA Novosti, se référant à ses sources.

Il a été également, souligné que les ajustements de la production pétrolière en mai, ainsi que l’assouplissement progressif de nombreuses mesures de confinement à la suite de la pandémie de COVID-19 à travers le monde avaient contribué à une reprise « prudente » de la demande et à une « stabilité » sur le marché pétrolier.

Néanmoins, la consolidation de cette reprise progressive nécessitera un engagement continu et des efforts intensifiés de la part des pays participants signataires de la Déclaration de coopération et de tous les principaux pays producteurs, ont souligné les participants aux deux réunions ministérielles.

Annonçant que la prochaine réunion du Comité ministériel mixte de suivi (JMMC) est fixée au 18 juin, les pays de l’Opep et non Opep se sont mis d’accord sur la tenue d’une réunion ministérielle à Vienne le 1er décembre 2020.

Un comité de surveillance de l’Opep se réunira chaque mois jusqu’en décembre. De plus, comme l’a précisé le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdel Aziz ben Salmane lors de la réunion, il a y une probabilité que ce comité continuera de se réunir régulièrement aussi en 2021.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img