Mena News, Global Views

Les oligarques dans le viseur de la justice

Après Ali Hadad, plusieurs hommes d’affaires interdits de sortie du territoire national

Le Parquet général près de la cour d’Alger a annoncée, l’ouverture d’enquêtes sur la corruption et les transferts illicites de fonds vers l’étranger, ce lunid. Dans un communiqué de presse, l’institution judiciaire affirmé que « conformément à l’art 11 alinéa 3 du code de procédure pénale, le parquet général auprès de la cour d’Alger porte à la connaissance de l’opinion public que des enquêtes préliminaires sont mis en œuvres pour des faits de corruption et de transfert illicite de capitaux vers l’étranger ».

Le parquet confirme aussi avoir émis des interdictions de sortie de territoire (ISTN). C’est en sens et pour les « nécessités des enquêtes », explique le parquet, que le procureur de la République près du tribunal de Sidi M’hamed a procédé à l’application des dispositions de l’article 36 bis 1 du code de procédure pénal en prenant des mesures conservatoires à l’encontre de certaines personnes leur l’interdiction de sortie du territoire national.

Ainsi, dans la nuit d samedi à dimanche, l’ex-patron des patrons et ex-président du FCE, Ali Hadad, a été intercepté aux frontières terrestres avec la Tunisie alors qu’il s’apprêtait à quitter l’Algérie.

D’autres oligarques sont également dans le viseur de la justice algérienne comme le milliardaire et patron de l’usine de montage de marque sud-coréenne Hyundai, Mahieddine Tahkout. Ce dernier a été empêché de quitter le territoire national, selon la Police des frontières (PAF).

Les noms de  Bairi Mohamed, Ould Boussif Mohamed et Boudina Brahim et de Reda Kouninef figurent sur cette liste diffusé par le parquet.

M.T.  At Said

 

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci