- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

La Commission des frontières Mauritano-Algériennes en quoi est-elle stratégique?

L’ambassadeur d’Algérie à Nouakchott, Noureddine Khandoudi, a déclaré que l’accord instituant le « comité bilatéral des frontières » mauritano-algérien sera signé prochainement.


PAR: HEEBA NAWEL


Dans un entretien avec Al-Akhbar, M. Khandoudi a déclaré que ce comité traitera de la coopération économique, culturelle et sécuritaire dans les zones frontalières communes.

L’ambassadeur d’Algérie à Nouakchott, Noureddine Khandoudi

Il a ajouté que cela se fera « en attendant l’étape décisive de l’achèvement de la route stratégique entre Tindouf et Zouerate (environ 900 km), qui changera les caractéristiques de toute la région par son développement et la sortira définitivement de son isolement, sans parler de la forte poussée pour l’activité commerciale, économique et culturelle et les contacts humains entre les deux peuples frères. « 

Il a souligné que l’ouverture des frontières communes et la mise en place des deux postes frontières «PK 75» du côté mauritanien et du «martyr Mustapha bin Boulaid» du côté algérien, ont permis à des centaines de camions commerciaux de traverser dans les deux sens, en plus de milliers de voyageurs de nationalités différentes.


La Mauritanie est un marché prometteur pour l’Algérie qui occupe la tête de la liste des partenaires commerciaux africains de la Mauritanie. Les exportations de l’Algérie vers la Mauritanie ont représenté 28%, du Maroc (23,9%), du Togo (14,6%) et du Mali (9,5%), a révélé l’Office national mauritanien des statistiques.


En dépit de ce classement beaucoup reste à faire car les deux partenaires sont arrivés à la conviction que tout le potentiel n’est pas encore exploité d’une manière optimale, d’autant plus que par sa position géographique la Mauritanie une porte pour l’Algérie vers les pays de l’Afrique de l’Ouest. que ce soit avec la Mauritanie ou les autres voisins, penser et réaliser ses propres infrastructures pour y commercer devient une nécessité stratégique…


Depuis l’annonce de la création de la zone de libre échange africaine et l’ouverture éminente de la route de l’unité Africaine, l’Algérie a revu toute sa politique économique et commerciale avec l’Afrique. Cette nouvelle approche repose d’abord par le renforcement des liens avec les pays limitrophes (Mali, Niger, Mauritanie, Tunisie, et la Libye en attendant la sortie du royaume du Makhzen du troupeau de la normalisation belliqueuse). A ce titre, le moyen incontournable pour sécuriser les zones frontalières et les sortir des griffes de la contrebande, est d’encourager l’economie transfrontalière, estiment les experts des pays concernés. Cette politique a toutes les chances de réussir vu les liens sociaux qui unissent les populations locales.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img