- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

La candidature de l’Algérie au poste de membre non permanent au Conseil de sécurité approuvée

« Les travaux de la 38e session du Conseil exécutif de l’UA ont été clôturés par la validation de la candidature de l’Algérie au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2024-2025 »

M: Boukadoum ministre algérien des affaires étrangères

L’Union africaine (UA) a approuvé la candidature de l’Algérie au poste de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2024-2025, a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

Le Conseil exécutif a mis l’accent sur « l’impératif attachement aux principes fondateurs de l’UA », a ajouté M. Boukadoum dans son tweet.

Dans son intervention lors des travaux du Conseil exécutif de l’UA, M. Boukadoum a affirmé que « l’Algérie, fermement convaincue du principe de solidarité et du partage équitable des charges et soucieuse de la concrétisation des objectifs du continent africain, sur tous les plans, tient à s’acquitter, à temps, de ses contributions financières au budget de l’UA et au Fonds pour la paix« , indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Cette session a été consacrée à l’examen d’une série de rapports, dont celui relatif à la mise en œuvre de la stratégie continentale commune de lutte contre la Covid-19, et d’exposés sur les activités de différents organes de l’UA au titre de l’exercice écoulé. Le Conseil exécutif s’est également penché sur le progrès réalisé dans la mise en œuvre des réformes structurelles de l’UA. La 38ème session du Conseil exécutif de l’UA a été tenue, rappelle-t-on, en préparation des travaux de la 34e session ordinaire du Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’UA, qui se déroule les 6 et 7 février courant par visioconférence et placée sous le thème: « Arts, Culture et Patrimoine: des leviers pour construire l’Afrique que nous voulons ».

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a pris part en qualité de représentant du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, ces travaux de la 34e session ordinaire du sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de (UA), qui se tiennent par visio-conférence.

M. Djerad a appelé à la nécessaire consolidation de la solidarité continentale et mondiale et « à unifier nos efforts communs, tout en mobilisant aussi bien nos potentiels et nos moyens, pour faire face à cette pandémie et limiter ses effets ».

« Nous nous réunissons aujourd’hui avec l’espoir que la crise de la Covid-19, qui a touché l’humanité entière, soit surmontée à la faveur du début des vaccinations contre cette pandémie dans de nombreux pays du monde. Notre souhait est que notre continent puisse assurer à nos pays des vaccins de manière équitable pour endiguer sa propagation et mettre en place une stratégie pour la phase de reprise économique post-épidémie », a ajouté le Premier ministre.

Il a, à cet égard, insisté sur « la nécessité de renforcer la solidarité internationale dans la distribution des vaccins et d’éviter que ces processus n’obéissent à des considérations nationalistes qui empêcheraient les pays pauvres d’accéder aux vaccins et éterniseraient ainsi la crise ».

Dans ce contexte, M. Djerad a mis en avant l’initiative de « Plateforme africaine de fournitures médicales », lancée en mai 2020 comme mécanisme de mise en commun des achats au profit de tous les Etats membres pour assurer l’acquisition des fournitures médicales essentielles, ainsi que le Fonds de l’Union Africaine créé pour le financement des efforts de lutte contre l’épidémie, auquel l’Algérie s’est empressé de contribuer à hauteur de deux (2) millions de dollars, en plus des aides alimentaires et des équipements médicaux fournis au niveau bilatéral.

Il sera procédé, lors du Sommet, à l’élection de nouveaux membres de nombre d’organes de l’organisation continentale, à leur tête les six commissaires du Conseil exécutif de l’UA.

De même qu’il est prévu, lors de cette élection et pour la première fois, la fusion des deux Départements Affaires politiques (DAP) et Paix et Sécurité (DPS), le but étant de conférer plus de poids au poste de Président du Conseil de paix et sécurité (CPS), de manière à permettre au Commissaire de gérer les différends politiques et les questions relatives à l’instabilité dans le continent, telles que les protestations contre les résultats des élections.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img