Mena News, Global Views

Géopolitique Nord Africaine – Rien ne va plus au sahel

 

               En dépit d’un blackout sur l’information et la censure militaire française, la situation sécuritaire au centre du Mali, au Niger et au Nord du Burkina Faso ne cesse de se détériorer.

Une église a été ce dimanche la cible d’une attaque armée menée par deux douzaines d’assaillants au Nord du Burkina Faso.

Hier, une vingtaine de soldats nigériens tombaient dans une embuscade tandis que des dizaines de personnes trouvaient la mort au centre du Mali.

Les groupes armés se multiplient et certains de ces groupes imposent leur diktat sur d’immenses territoires qu’aucune force militaire au monde ne peut contrôler.

Au Mali, la situation dans le bassin de la Macina demeure fort préoccupante et volatile. Des groupes armés s’y forment selon l’appartenance ethnique suivant une stratégie adoptée par les services de renseignement français. L’objectif étant de lutter contre les groupes islamistes au moyen de groupes armés rivaux. Une stratégie déjà utilisée par Washington en Irak (Surge/Sahwat) et en Afghanistan. Si cette stratégie a donné quelques résultats en Irak, notamment dans la province sunnite d’Al-Anbar, elle servira plus tard à créer les conditions idéales à l’émergence de groupes ultra-violents comme ceux d’Al-Zarqawi puis les premiers noyaux de Daech. En Afghanistan, cette stratégie n’a jamais fonctionné.

Dans le cas de l’Irak, l’exploitation des clivages interconfessionnels et ethniques a mené à une affreuse guerre civile.

Qu’en sera t-il dans les pays du Sahel ?

Le Mali, à l’instar du Niger et du Burkina Faso voisins sont des pays pacifiques et leurs sociétés ne sont pas connues pour être particulièrement réceptives à l’intolérance, le sectarisme ou la violence.

Les interventions exogènes d’acteurs étrangers risquent de modifier cet état des choses et d’y créer un chaos “durable” pour la sauvegarde d’un statu quo favorable à leurs intérêts.

Des analystes évoquent souvent les velléités hégémoniques de l’empire US et son déclin patent mais oublient la lutte désespérée d’un autre empire mineur au Sahel : la Françafrique et son système d’exploitation anachronique et archaïque légué par celui des colonies.

Paris n’est toutefois plus en mesure d’agir comme avant et massacrer dans le plus grand silence puisqu’il est sous la tutelle de Washington. Un grand allié qui paradoxalement ne verrait pas d’un mauvais œil la fin de l’escroquerie du Franc CFA ou le retrait de l’influence française en Afrique francophone pour y substituer la sienne.

publié par strategika51

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci