- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Congrès de l’UGTA: Sidi Said ne briguera pas un nouveau mandat

Les travaux du 13ème congrès de l’Union générale des Travailleurs algériens (UGTA) ont débuté vendredi à Alger en vue de l’élection de la nouvelle direction de la Centrale syndicale.

Quelque 500 délégués de différentes wilayas, dont les responsables de près de 30 fédérations de différents secteurs professionnels, participent aux travaux de ce congrès de deux jours, qui verra l’élection de la nouvelle direction de l’UGTA et l’évaluation de son travail accompli.

Organisé sous le slogan « justice sociale-paix-solidarité », ce congrès sera sanctionné par une série de recommandations et de résolutions qui feront office de feuille de route pour l’activité de l’union pour le prochain mandat.

Les congressistes s’attèleront à l’étude des principales questions enregistrées entre les 12ème et 13ème mandats pour relever les points forts et faibles des activités de l’UGTA.

Les préparatifs du 13ème congrès de l’UGTA ont débuté en avril dernier, à travers la tenue de congrès régionaux des wilayas de l’Est, du Sud, de l’Ouest et du Centre du pays pour examiner le projet préliminaire relatif aux textes juridiques, notamment les statuts et le règlement intérieur de l’UGTA pour le soumettre au congrès pour débat, enrichissement et adoption.

Dans une allocution prononcée lors de l’ouverture des travaux, le secrétaire général de l’UGTA sortant, Abdelmadjid Sidi Saïd, a annoncé son intention de ne pas briguer un nouveau mandat à la tête de la Centrale syndicale.

« Le mandat actuel prendra fin le 10 janvier 2020, toutefois nous avons décidé d’avancer la date de l’organisation du 13ème congrès de l’UGTA », avait-il, par ailleurs, déclaré en marge d’une réunion de coordination regroupant les membres du comité exécutif national de l’UGTA.

Pour rappel, depuis le 22 février date début du mouvement de contestation populaire, des milliers de travailleurs et de cadres syndicaux exigent la démission de Sidi Said et de la direction actuelle. Ils refusent la légalité du congrès actuel qu’ils jugent « de préfabriqué, contraire à la volonté des travailleurs et aux statuts de l’UGTA ».

Synthèse M.B

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img