- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Comment ont-ils convaincu le monde que l’invasion russe de l’Ukraine est imminente ?

Le professeur Fyodor Lukyanov, du Conseil russe des affaires internationales, écrit sur l’impossibilité d’une confrontation militaire directe entre la Russie et l’Amérique et son remplacement par d’autres formes de confrontation, dans lesquelles les deux parties utilisent leurs avantages compétitifs respectifs.
Author

Par | Pr Fyodor Lukyanov Traduit par Ahmed. Zakaria


L’heure l’attaque russe a été annoncée, le mercredi 16 février. Le président américain Joe Biden a déclaré à ses alliés que la Russie lancerait une attaque contre l’Ukraine. Puis, la date a été ensuite diluée jusqu’aux aveux du conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan qui a admis qu’ils ne pouvaient pas déterminer le jour exact où la guerre commencerait. Mais le fait de « l’invasion imminente », en soi, est indiscutable, et pourrait arriver « à tout moment ». a-t-il affirmé.

Ce sont toutes des déclarations publiques de responsables américains et britanniques, et il n’y a pas de fuites ni de références à des « sources ». Mais comment ont-ils convaincu le monde qu’une invasion russe de l’Ukraine était imminente ? 

Si nous parlons de guerre, il vaut mieux ne pas essayer d’entrer dans les détails militaires, les sources en Amérique offrent autre chose; une riche variété de scénarios pour l’opération militaire russe, l’un plus hilarant que l’autre. 

L’un d’eux est qu’un chroniqueur influent du Washington Post très proche de la communauté du renseignement. Il décrit non seulement cette guerre en détail, mais ce qui se passerait ensuite: lorsque la Russie occupera l’Ukraine, elle aura a affronter une guérilla féroce.  at-il affirmé sans expliquer comment l’important est que l’idée même de la guerre soit soit gravée dans l’esprit de l’opinion public. Le monde était convaincu que les bottes militaires russes étaient sur le point de traverser le territoire ukrainien. Cette idée peut irriter une personne, en inspirer une autre et une troisième peut être indifférente. Mais, en général, la machine de l’information a fonctionné en plein régime et sans relâche, et à juste titre.

Ce qui était, ne le sera plus à l’avenir.

Il s’agit d’un changement du système de sécurité en Europe, qui a été établi après la guerre froide.

À la fin de l’année dernière, la Russie a présenté des strictes revendications formulées à ce qui s’apparentent à un ultimatum final. c’est du changement du système de sécurité en Europe, qui a été établi après la guerre froide, qu’il s’agit est pas des moindres. Ce système n’a jamais convenu à la Russie, même aux débuts relativement courts des années 1990, lorsqu’elle ne s’y est pas publiquement opposée. Maintenant, la question se pose explicitement :  La manière dont cet argument est formulé affirme que la question n’est pas circonstancielle, mais plutôt essentielle. En outre, dans les deux décennies qui ont suivi les années 90, le pays a retrouvé ces capacités potentiel d’influence et il est bien prêt à l’utiliser.

Mais la question n’est pas moins importante pour les occidentaux également. Le système en place jusqu’à présent, est très utile, et pratique pour lui. C’est le résultat de la victoire dans la guerre froide qui a conduit à la chute de l’Union Soviétique. Et les européens ne ressentent pas le besoin de le changer sur le terrain, ce qui le rend plus adapté à la nouvelle Russie. Ainsi, les positions des deux parties demeurent immuables. Par un accord à l’amiable, ils n’ont malheureusement pas pu résoudre leur conflit. La problématique de la sécurité de l’Europe n’a finalement pas été résolu. Dans l’Antiquité, ces questions finissent par être réglées par des guerres, d’où résultait l’établissement d’un nouveau rapport de force. Mais maintenant, la guerre entre deux parties dotées d’armes nucléaires (dans ce cas, la Russie et les États-Unis) est pratiquement impossible en raison des enjeux extrêmement élevés auxquels tout le monde sera exposé.

Kennedy-Khrouchtchev… Biden – Poutine
A chaque époque, sa guerre…

En conséquence, d’autres formes de confrontation sont utilisées, dans lesquelles chaque partie utilise ses avantages concurrentiels.


L’avantage de la Russie est que les capacités militaires des USA et de l’OTAN sont bien plus inférieures dans le terrain du conflit à celles de la Russie. Aussi, la Russie, en cas d’évolution grave des événements. Elle l’a déjà prouvé, contrairement aux pays occidentaux, qui affirment, sans équivoque, qu’ils ne participeront pas directement au conflit. En général, lorsque l’OTAN s’est élargie pour couvrir de nouvelles régions par vagues qui établissent une expansion future (par exemple, l’Ukraine et la Géorgie), personne ne pensait sérieusement que les pays qui ont rejoint l’alliance, ou même les pays désignés pour cette adhésion, exigeraient la mise en œuvre des garanties dans le cadre de la sécurité collective. Personne n’a pressenti qu’une chose pareille, arriverait. Mais, quand cela s’est produit soudainement, il est devenu clair que les drapeaux des alliés flottant harmonieusement sous la lueur des feux d’artifice impliqueraient également la possibilité d’une confrontation directe avec une superpuissance militaire située à un jet de pierre, la Russie.

L’avantage américain est la main mise quasi totale jusqu’à présent, de l’espace mondial de l’information, et la capacité de créer un récit mondial qui lui est bénéfique et désavantageux pour les autres (en particulier la Russie).

Ce récit est que Moscou est un agresseur, injuste et impitoyable, et que chacun doit sauver sa tête avant qu’il ne soit trop tard. Grâce à l’outil médiatique américain, une sorte de folie peut être induite, et cette folie peut avoir une réelle signification mondiale. Les États-Unis ont utilisé cet outil au maximum. Il est ironique qu’en même temps, elle n’ait même pas prêté attention à l’objet même de son souci, à savoir l’Ukraine, qui tentait de s’opposer faiblement à une telle pression, puisqu’elle était sa première victime.

Il y a beaucoup de points de ressemblance entre la crise ukrainienne et celle de la crise des missiles à Cuba en 1962. La parallèle a bien des raisons d’être, de manière très déformée, bien sûr. Comme il n’y a pas de menace directe entre deux puissances nucléaires l’une contre l’autre, les ressources des deux parties sont ici asymétriques, et la frontière entre les dangers réels et hypothétiques s’est estompée.

Il n’y a pas de menace directe entre deux puissances nucléaires l’une contre l’autre, les ressources des deux camps sont inégales dans ce cas, ainsi, la limite entre les dangers réels et les dangers virtuels a finalement été estompée.

Il s’agit donc d’une véritable sortie de crise, tout comme cela été pour la crise des missiles à Cuba. A cette époque John Kennedy et Nikita Khrouchtchev ont reconnu le grand danger d’une nouvelle escalade, et les deux parties ont commencé à discuter des principes de garanties mutuelles. En 1962 1962, ça a marché, ce qui a permis de développer un possible système de relations qui a épargné à l’Union soviétique et les États-Unis toute confrontation directe.

Quelque chose de similaire se produit maintenant, mais modifié néanmoins, pour un contexte radicalement différent, et cela deviendra également, le scénario optimal. Cependant, il est bon, une fois de plus, de rappeler que l’ampleur du problème, que la Russie soulève, est telle que personne ne devrait s’étonner de sa gravité.

“How did they convince the world that the Russian invasion of Ukraine was imminent?”, Fyodor Lukyanov, « Rossiyskaya Gazeta » newspaper, February 16

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img