- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Beijin demande à Biden de publier des données sur les laboratoires biologiques militaires à Kiev

La Chine demande des éclaircissements aux États-Unis sur ses programmes biologiques, après que la Russie a présenté des documents prouvant l’existence d’un projet de fabrication d’armes biologiques en Ukraine. La bioindustrie américaine inquiète la Chine et la Russie. Les révélations russes sont passées sous les radars de beaucoup de médias européens !
MF

Amsterdam | Par Ilyès Merchiche


« La Chine a exhorté la Maison Blanche à clarifier leurs activités biologiques à des fins militaires dans le pays et à l’étranger, y compris en Ukraine« , a déclaré mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

Les commentaires du ministère chinois des Affaires étrangères interviennent deux jours après que des « preuves d’un programme biologique militaire financé par les États-Unis développé en Ukraine » aient été révélées lors de l’opération spéciale de la Russie dans ce pays, a annoncé dimanche 6 mars le porte-parole du ministère russe de la Défense.

Dimanche dernier, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major – général Igor Konashenkov, a déclaré que « Kiev a dissimulé les traces d’un programme biologique militaire mis en œuvre en Ukraine et financé par le Pentagone« . 

Le diplomate chinois a poursuivi : « Des documents et des preuves ont été révélés lors d’un examen minutieux des traces d’un programme biologique militaire mis en œuvre en Ukraine, avec un financement du département américain de la Défense« , ajoutant : « La partie russe a également reçu des documents d’employés de laboratoire biologique ukrainiens. confirmant le développement d’armes biologiques dans le pays. »

Cité par l’agence de presse TASS, le porte-parole du ministère de la Défense russe précise : « Nous avons reçu des informations d’employés de bio-laboratoires ukrainiens selon lesquelles des agents pathogènes particulièrement dangereux, capables d’engendrer la peste, l’anthrax, le choléra, la tularémie, ainsi que les agents infectieux d’autres maladies mortelles avaient été détruits d’urgence le 24 février. »

Par ailleurs, le ministère russe de la Défense a également, accusé Kiev de préparer une provocation par « une contamination radioactive potentielle des régions près de Kharkiv. »

« Des nationalistes ont miné un réacteur dans un site nucléaire expérimental situé au [Centre national de recherche de] l’Institut de physique et de technologie de Kharkiv. L’armée ukrainienne et les militants du controversé bataillon Azov prévoient de faire sauter le réacteur pour accuser ensuite les forces armées russes d’avoir lancé une prétendue frappe au missile sur un système nucléaire expérimental », a déclaré le ministère russe de la Défense cité par TASS.

Pour rappel, Ce n’est pas la première fois que Russes et chinois critiquent des activités biologiques des États-Unis en dehors de son territoire et ont exigé des informations sur ses laboratoires répartis dans de nombreux pays du monde notamment en Europe de l’est .

En octobre dernier, la Beijing a accusé les États-Unis d’installer 16 laboratoires sur le sol ukrainien qui mènent des recherches scientifiques « non transparentes et dangereuses », appelant Washington à apporter des éclaircissements à cet égard.

À l’époque, le représentant adjoint chinois aux Nations Unies, Geng Shuang, avait souligné que « l’activité biologique de l’Amérique et de ses alliés dans plus de 200 laboratoires hors du sol américain pose de sérieux risques pour la sécurité de la Russie et de la Chine ». 

Le secrétaire russe du Conseil de sécurité, Nikolai Patrushev, a déclaré en 2019 que les États-Unis avaient établi plus de 200 laboratoires biologiques dans divers pays du monde, y compris certains pays voisins de la Russie, dirigés par la Géorgie et l’Ukraine.

Après un silence prudent les déclarations de la Chine quant au conflit en Ukraine prennent des tons de plus en plus explicites.

Lors d’une conférence de presse en marge de la réunion annuelle du Parlement chinois; le ministre des affaires étrangères a affirmé Wang Yi a déclaré : « Peu importe à quel point le paysage international est périlleux, nous maintiendrons notre orientation stratégique et favoriserons le développement d’un partenariat global sino-russe dans la nouvelle ère ». Wang a affirmé que les relations de la Chine avec Moscou constituaient « l’une des relations bilatérales les plus cruciales au monde ».

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img