- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

« How The Ukraine Crisis end »? voilà ce que disait Henry Kissinger en 2014 à propos de l’Ukraine

Henry Kissinger a écrit dans le « Washington Post » du 5 mars 2014, environ deux semaines après l’annexion de la Crimée ukrainienne par la Russie, un article dans lequel il passe en revue la nature du conflit dans le pays, qui actuellement en plein de calcules géopolitiques qui traînent le monde vers les pires scénarios. Alors que certains hommes politiques se donnent aux discours péremptoires et guerrier, Henry Kissinger, l’un des principaux architectes de la géopolitiques du 20e siècle, semblait avoir anticiper avec une sens de détail et un détachement effarants, la crise actuelle à travers les événements antérieurs. « vous pouvez détester Henry ou penser qu’il est mauvais, mais ce que vous ne pouvez pas faire, c’est l’ignorer, surtout dans ces circonstances ». Ainsi argumente Barry Gwen, dans sa recherche en histoire intellectuelle sur Kissinger et son époque : l’inévitabilité de la tragédie. Un homme d’État démodé, peut-être, mais vu le personnel politique qui règne en Occident, force est de s’interroger, si les occidentaux n’avaient-ils pas désespérément besoin d’un diplomates de son genre. Des Homme qui savent surpasser les chaos qu’ils peuvent parfois eux-mêmes, produire , mais capable de garder toues leurs chances aux équilibres, lorsque le destin de l’humanité atteint les bords du précipice.
MF

Henry Kissinger | Traduit par Maghreb Facts


Le débat public sur l’Ukraine est une question de confrontation. Mais avons-nous où nous allons? Dans ma vie, j’ai vu quatre guerres commencées avec beaucoup d’enthousiasme et de soutien populaire, toutes nous n’avons pas su comment mettre dont trois, nous nous sommes unilatéralement retirés. Le critère de la politique est de savoir comment elle se termine, pas comment elle commence.

Bien trop souvent, la question ukrainienne est posée comme une épreuve de force : si l’Ukraine rejoint l’Est ou l’Ouest. Mais si l’Ukraine veut survivre et prospérer, elle ne doit pas être l’avant-poste de l’un contre l’autre – elle doit fonctionner comme un pont entre les deux.

La Russie doit accepter que tenter de forcer l’Ukraine à devenir un satellite, et ainsi déplacer à nouveau les frontières de la Russie, condamnerait Moscou à répéter son histoire de cycles auto-réalisateurs de pressions réciproques avec l’Europe et les États-Unis.

L’Occident doit comprendre que, pour la Russie, l’Ukraine ne peut jamais être simplement un pays étranger. L’histoire russe a commencé dans ce qu’on appelait Kievan-Rus. La religion russe s’est répandue à partir de là. 

Henry A. Kissinger

L’Ukraine fait partie de la Russie depuis des siècles et leurs histoires étaient entrelacées auparavant. Certaines des batailles les plus importantes pour la liberté russe, à commencer par la bataille de Poltava en 1709, se sont déroulées sur le sol ukrainien. La Flotte de la mer Noire — moyen de projection de la puissance de la Russie en Méditerranée — est basée par bail à long terme à Sébastopol, en Crimée. Même des dissidents célèbres comme Alexandre Soljenitsyne et Joseph Brodsky ont insisté sur le fait que l’Ukraine faisait partie intégrante de l’histoire russe et, en fait, de la Russie.

L’Union européenne doit reconnaître que sa lenteur bureaucratique et la subordination de l’élément stratégique à la politique intérieure dans la négociation des relations de l’Ukraine avec l’Europe ont contribué à transformer une négociation en crise. La politique étrangère est l’art d’établir des priorités.

Les Ukrainiens sont l’élément décisif. Ils vivent dans un pays à l’histoire complexe et à la composition polyglotte. La partie occidentale a été incorporée à l’Union soviétique en 1939, lorsque Staline et Hitler se sont partagé le butin. 

La Crimée, dont 60 % de la population est russe, n’est devenue une partie de l’Ukraine qu’en 1954, lorsque Nikita Khrouchtchev, un Ukrainien de naissance, l’a décernée dans le cadre de la célébration du 300e anniversaire d’un accord entre la Russie et les Cosaques. L’ouest est en grande partie catholique; l’est en grande partie orthodoxe russe. L’ouest parle ukrainien ; l’est parle surtout le russe. Toute tentative d’une aile de l’Ukraine de dominer l’autre – comme cela a été le cas – conduirait finalement à une guerre civile ou à une rupture.

L’Ukraine n’est indépendante que depuis 23 ans ; il avait déjà été sous une sorte de domination étrangère depuis le 14ème siècle. Sans surprise, ses dirigeants n’ont pas appris l’art du compromis, encore moins de la perspective historique. La politique de l’Ukraine postindépendance démontre clairement que la racine du problème réside dans les efforts des politiciens ukrainiens pour imposer leur volonté aux parties récalcitrantes du pays, d’abord par une faction, puis par l’autre. C’est l’essence du conflit entre Viktor Ianoukovitch et sa principale rivale politique, Ioulia Timochenko. Ils représentent les deux ailes de l’Ukraine et n’ont pas voulu partager le pouvoir. Une sage politique américaine envers l’Ukraine chercherait un moyen pour les deux parties du pays de coopérer l’une avec l’autre. Nous devons rechercher la réconciliation, pas la domination d’une faction.

La Russie et l’Occident, et encore moins les diverses factions en Ukraine, n’ont pas agi selon ce principe. Chacun a aggravé la situation. La Russie ne pourrait pas imposer une solution militaire sans s’isoler à un moment où nombre de ses frontières sont déjà précaires. Pour l’Occident, la diabolisation de Vladimir Poutine n’est pas une politique ; c’est un alibi pour l’absence d’un.

Poutine devrait se rendre compte que, quels que soient ses griefs, une politique d’impositions militaires produirait une autre guerre froide

De leur côté, les Etats-Unis doivent éviter de traiter la Russie d’aberrant pour se faire patiemment enseigner les règles de conduite établies par Washington. Poutine est un stratège sérieux – sur les prémisses de l’histoire russe. Comprendre les valeurs américaines et la psychologie n’est pas son fort. La compréhension de l’histoire et de la psychologie russes n’a pas non plus été un point fort des décideurs américains.

Les dirigeants de toutes les parties devraient revenir à l’examen des résultats, et non rivaliser de postures. Voici ma conception d’un résultat compatible avec les valeurs et les intérêts de sécurité de toutes les parties :

1. L’Ukraine devrait avoir le droit de choisir librement ses associations économiques et politiques, y compris avec l’Europe.

2. L’Ukraine ne devrait pas adhérer à l’OTAN, une position que j’ai prise il y a sept ans, la dernière fois qu’elle s’est présentée.

3. L’Ukraine devrait être libre de créer tout gouvernement compatible avec la volonté exprimée de son peuple. Les sages dirigeants ukrainiens opteraient alors pour une politique de réconciliation entre les différentes parties de leur pays. Sur le plan international, ils devraient poursuivre une posture comparable à celle de la Finlande. Cette nation ne laisse aucun doute sur sa farouche indépendance et coopère avec l’Occident dans la plupart des domaines mais évite soigneusement l’hostilité institutionnelle envers la Russie.

4. Il est incompatible avec les règles de l’ordre mondial existant que la Russie annexe la Crimée. Mais il devrait être possible d’assouplir les relations entre la Crimée et l’Ukraine. À cette fin, la Russie reconnaîtrait la souveraineté de l’Ukraine sur la Crimée. L’Ukraine devrait renforcer l’autonomie de la Crimée lors d’élections tenues en présence d’observateurs internationaux. Le processus comprendrait la suppression de toute ambiguïté sur le statut de la flotte de la mer Noire à Sébastopol.

Ce sont des principes, pas des prescriptions. Les personnes familières avec la région sauront que toutes ne seront pas acceptables pour toutes les parties. Le critère n’est pas la satisfaction absolue mais l’insatisfaction pondérée. Si une solution basée sur ces éléments ou des éléments comparables n’est pas atteinte, la dérive vers la confrontation s’accélérera. Le moment pour cela viendra bien assez tôt.

Henry A. Kissinger a été secrétaire d’État de 1973 à 1977. | WASHINGTON POST

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img