- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Algérie Tunisie: les deux chefs de diplomatie évoquent le Covid et l’intrustion improvisée d’Israël au sein de l’OUA

ALGER – Le ministre des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger, M. Ramtane Lamamra a évoqué samedi lors d’un entretien téléphonique avec son homologue tunisien Othman Jerandi, l’évolution de la situation épidémiologique et les efforts pour la contenir et se sont consultés sur les sujets d’actualité au niveau de l’Union Africaine.


Par: Rasheed Ghezali


M. Lamamra a écrit sur son compte personnel tweeter : « Jai discuté aujourd’hui avec mon frère Othman Jerandi, ministre tunisien des affaires étrangères et nous avons examiner l’évolution de la situation épidémiologique et les efforts de la contenir dans les deux pays. Nous nous sommes également consultés sur les sujets d’actualité au niveau de l’Union Africaine ».

Le voisin algérien n’a cessé de fournir de l’aide médicale à la Tunisie où la crise épidémique est accentuée par l’impasse politique provoqué par l’instabilité des rapports entre le parlement dominé par le mouvement islamiste Ennahda et la présidence. Des centaines de milliers de doses de vaccin, du matériel médicale et de l’oxygène sont régulièrement acheminés par voie aérienne et terrestres.

L’ Algérie et la Tunisie font face depuis quelques semaines d’un sévère rebond des variant du Covid-19. Le nombre de morts et de personnes contaminées ne cessent d’augmenté et enregistré dans les deux pays des records jamais atteints depuis le début de l’épedémie. Les entretiens réguliers entre les deux chef d’Etats, MM. Abdelmadjid Tebboune et Kaeis Saed ont abouti vers des accords pour coordonner les efforts pour contenir l’épedémie.

Le ministre algérien fait-il allusion à l’entrée improvisée de l’entité sioniste en tant que membre observateur au sein de l’organisation Africaine OUA.?


Les positions des deux voisins quant aux droits du peuple Palestinien face à l’occupation sioniste restent immuables. La Tunisie compte même introduire une loi incriminant la normalisation avec l’entité sioniste longtemps ajournée sous la pression du parti de la majorité Ennahda.

l’Algérie pour sa part a réagit à cette décision prise de façon « unilatérale et sans concertation », par un sévère communiqué du ministère des affaires étrangères. affirmant que: « la récente décision du Président de la Commission de l’Union Africaine d’accueillir un nouvel observateur qui relève de ses prérogatives administratives n’est pas de nature à altérer le soutien constant et actif de l’organisation continentale à la juste cause palestinienne et son engagement envers la réalisation des droits nationaux inaliénables du peuple palestinien, y compris son droit à l’établissement de son Etat indépendant avec Al-Qods pour capitale », mettant en avant ainsi, la totale incompatibilité de la politique israélienne avec les valeurs, principes et objectifs tracés par l’Acte Constitutif de l’Union Africaine.

Par ailleurs, des consultations ont dores et déjà été lancées au niveau des ambassadeurs des pays défendant la cause palestinienne. Ces consultations sont conduites par notamment, les ambassadeurs d’Algérie, de Palestine et de Tunisie auprès de l’Union Africaine Les ambassadeurs d’autres pays de l’Union africaine ont décidé de se joindre à l’action


Pour les questions régionales et internationales, le niveau des relations entre l’Algérie et la Tunisie, revêtent un caractère particulier et exceptionnel, comme l’on affirmé à plusieurs occasion les dirigeants des deux pays.

Les entretiens réguliers entre les dirigeants des deux pays ont été concrétisé par des actions coordonnées sur les questions régionales et internationales, notamment le conflit en Libye et le travail au sein de l’Oraganisation de l’Union Africaine. quant à la lutte antiterroriste, la coopération a atteint son apogée. Depuis la naissance d’une zone ou activent les terroriste à la frontière algéro-tunisienne (965 kilomètres), notamment dans la région du mont Châambi, et l’extension sous les coups de l’ANP, de l’Aqmi vers le voisin de l’Est depuis 2011, les armées des deux pays ont décidé de multiplier les opérations communes, intensifier les échanges de renseignements. Des réunions mixtes des deux états-majors ont eu lieu à la 5e Région militaire (Constantine, Est algérien) : une première dans les anales de la coopération militaire.  

Lire aussi:

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img