- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Deux français arrêté dans un projet d’assasinat du président Malgache

Le président de la République Andry Rajoelina, vient d’échapper à une tentative d’assassinat. Parmi les individus personnes arrêtées figurent deux militaires en retraite Français, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques. C’est la deuxième tentative d’éliminer un chef d’Etat africain en moins de 72heures, qui aurait pu allongé la sinistre liste des présidents africains assassinés, après celle contre le chef de l’Etat malien Assimi Goïta.  


Par Heeba Nawel


« Plusieurs ressortissants étrangers et malgaches ont été interpellés mardi dans le cadre d’une enquête pour atteinte à la sûreté de l’État », a déclaré à la presse la procureure générale Berthine Razafiarivony.

« Selon les preuves matérielles en notre possession, ces individus ont échafaudé un plan d’élimination et de neutralisation des diverses personnalités malgaches dont le chef de l’État, M. Andry Rajoelina « , a ajouté la procureure, sans autre précision

« A ce stade de l’enquête qui se poursuit, le parquet général assure que toute la lumière sera faite sur cette affaire« , a-t-elle ajouté.

L’agence malgache Taratra, a révélé que les deux Français arrêtés, Philippe F. et Paul R., seraient d’anciens officiers à la retraite. Le premier serait un colonel retraité qui a dirigé un régiment militaire français au Tchad. Le second, un franco-malgache, ancien gendarme, devenu plus tard instructeur commando parachutiste. une autre source affirme également que Philippe. F est également à la tête d’un fond d’investissement


Selon une source proche du dossier, les deux hommes étaient toujours en garde à vue mercredi et jusqu’à 18 heures, les avocats n’ont pas pu voir leurs clients. Philippe.F et Paul.R sont tous les deux saint-cyriens. . D’après une source qui préfère rester anonyme, Paul.R a été interpellé par une dizaine d’hommes armés à son domicile mardi soir, tandis que Philippe.François l’a été dans la salle d’embarquement de l’aéroport d’Ivato alors qu’il qu’il s’apprêtait à partir pour la France.

L’opération réussie de déjouer la tentative d’assassinat du Président Andry Rajoelina intervient après un mois de celle qui a ciblé son homme de confiance le généal. Richard Ravalomanana, le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie. Des individus ont voulu profité de la célébration des festivités de l’indépendance de Madagascar célébrées les 26 juin. Six individus dont deux anciens gardes rapprochés de l’ancien président de la République, Hery Rajaonarimampianina, ont été arrêtées et placées en détention provisoire.

Aussi, Cette tentative d’assassinat du chef de l’Etat malgache a été annoncé par l’Exécutif quelques jours après la manifestation de la plateforme des partis de l’opposition installée à Paris et à moins de 48h de la tenue du congrès de la plateforme de l’opposition RMDM de l’ancien président Marc Ravalomanana.

Cette vague de tentative d’assassinats qui regagne l’Afrique fait vibré les réseaux sociaux. D’ailleurs à peine l’annonce de l’attentat déjoué à Madagascar que plusieurs influenceurs Malgaches et Panafricains se sont précipités à mettre en avant « des complicités au plus haut niveau qui auraient agi sur instigations de forces étrangères ».

Depuis son arrivée au pouvoir, Andry Rajoelina n’a cessé d’attirer l’attention par ses positions anti-colonialistes. la dernière en date était son volte face avec l’OMS lorsqu’il a retiré son pays de cette organisation « mondialiste » en déclarant: « L’Europe a créé des organisations avec le désir que les Africains restent dépendants d’elles ».


 pour ses ralations avec la France elle n’a jamais été des meilleurs jours, cela depuis Sarkozy qui a pratiquement ordonné un ambargo diplomatique Après la prise de pouvoir de Andry Rajoelina. Ces relations sont restées tumultueuse avec l’ancienne puissance coloniale en atteignant leurs plus bas niveau, notamment autour du conflit sur  « les îles Éparses », riches en réserves minières, que le président Malgache qui ne cache point sa volonté de se détacher de l’ancienne puissance coloniale, revendique la souveraineté. Lors du déplacement de l’actuel président français Emanuel Macron à ces îles fin d’octobre 2019. Andry Rajoelina avait farouchement réagi en indiquant que « la désignation sous le vocable d’îles Éparses a été répudiée, car il reflète une approche obsolète qui relève une vision coloniale de ces espaces ».

Suite à cette vive passe d’armes, fin novembre 2019, la France et Madagascar il était question de la mise en place de la commission mixte sur l’avenir de ces îles, mais rien de concret n’a été finalisé. Pour cause du Covid 19 le rendez-vous prévus, en mars 2020, ont été renvoyé aux calendes grecques.


Lire aussi:

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img