Mena News, Global Views

Tunisie : de nouvelles enquêtes contre des personnalités soupçonnées de « complot contre la sûreté de l’Etat »

La justice tunisienne a ouvert de nouvelles enquêtes contre des personnalités politiques de premier plan soupçonnées de « complot contre la sûreté de l’Etat ». Comme attendu, la liste comprend les noms de principaux acteurs politiques, économiques et médiatiques qui ont marqué la décennie poste « révolution du Jasmin » qui a abouti à une crise économique inédite. Le pays était à deux doigts d’être livré en pâture aux institutions financières internationales et l’alliance et les lobbies politico-financiers qui ont mis la mais sur les centres du décisions du pays

Mf

Par | Aïda Farouk


L’avocate Nadia Al-Chaouachi a déclaré que la liste des suspects dans l’affaire comprend Ghannouchi, l’ancien Premier ministre Chahed, déjà emprisonné, et Nadia Okacha, l’ancienne directrice du cabinet de Kaies Saied.

Mardi, le juge a rendu une décision d’emprisonner al-Hamzawy et le militaire à la retraite, selon Chouachi.

Me Me Al-Chaouachi a ajouté que la liste comprend également Muhammad Rayan Al-Hamzawi, l’ancien chef de la municipalité de Zahraa dans la capitale, Tunis, un militaire à la retraite, et la journaliste Shahrazad Okasha.

Al-Shawashi, l’avocate d’Al-Hamzawy, a déclaré que la décision d’emprisonner son client est injuste et ne repose sur aucune preuve.

Elle a déclaré qu’il n’avait été emprisonné que sous prétexte qu’il était en contact avec Nadia Okasha, l’ancienne directrice de du cabinet du président Saied, qui avait démissionné de son poste, soulignant que son client Al-Hamzawi et Okasha étaient pourtant de fervents adversaires politique et n’avaient aucun contact, entre eux.

Rached El-Ghannouchi (81 ans), ancien président du Parlement, et chef de fil du parti Ennahda (fillial tunisienne de l’Organisation mondiale des Freères Musulmans), était parmi les personnalités politiques les plus en vue, car son parti a joué un rôle décisif dans les gouvernements successifs après 2011, a été condamné à un an de prison pour incitation à l’encontre contre les forces de l’ordre. les locaux du parti ont été fermé par la police. son parti qui a régné durant les dix dernières années est pointé du doigt par la justice et des organisations de la société civile, dans plusieurs affaires liées aux blanchiments d’argent de terrorisme et d’assassinats politique.

Youcef Chahed, Premier ministre de 2016 à 2020, choisi soigneusement par le président du Parlement El Ghannouchi, a été l’un des rivaux de Kaies Saied élu à la majorité écrasante aux présidentielles de 2019.

quant Nadia Okasha, elle était considérée comme une confidente la plus proche de Saïed jusqu’à un moment et dans retournement abrupte elle démissionne de son poste et quitte la Tunisie pour la France, juste avant les fuite d’enregistrements audio divulgués contre de Saïed.

Des groupes de défense des droits l’ont également accusé de porter atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire en remplaçant des personnalités clés de l’organe judiciaire suprême tunisien.

Jouissant d’un important soutien populaire, le Président Saïed qui subi des pressions aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur extrêmement puissant, nie avoir organisé un coup d’État, soulignant que les mesures qu’il avait prises étaient légales et nécessaires pour sauver le pays, affirmant qu’il ne fera pas marche arrière.

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Conflit culturel Algéro-marocain : Maroc Israël ou la quête compulsive d’identité meurtrière…

Depuis plusieurs décennies maintenant, l'Algérie et le Maroc entretiennent une relation pour le moins tendue, soulignée par des rivalités...

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci