- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Procès en destitution : Donald Trump acquitté pour « incitation à l’insurréction »

Donald Trump, visé par un procès en destitution, s’est vu acquitté par le Sénat. L’enjeu de ce procès pour l’ex président des USA, était de se voir condamné à l’inéligibilité . Cette acquittement lui laisse ses chances intactes pour le « come-back » promis, en 2024.

source-agences/RT

L’ex-président américain Donald Trump a été acquitté par le Sénat, au terme de son second procès en destitution. Les agences Reuters et AFP ont rapporté, ce 13 février, que le Sénat avait acquitté Donald Trump au terme de son second procès en destitution. L’ex-chef d’Etat faisait l’objet d’un procès en destitution pour «incitation à l’insurrection» en conséquence des violences survenues le 6 janvier dans le Capitole de Washington. 

L’enjeu de ce procès pour Donald Trump, n’étant plus à la Maison Blanche, était de se voir condamné à l’inéligibilité – ce qui aurait tué dans l’œuf l’hypothèse d’une nouvelle candidature en 2024.

Trump, premier Président des États-Unis à être visé par deux procédures d’impeachment

alors qu’il était encore à la Maison-BlancheL’ancien Président avait été mis en accusation en janvier par la Chambre des représentants , pour incitation à l’insurrection en lien avec l’assaut du Capitole le 6 janvier.

Réagissant à l’énoncé du verdict, l’ancien chef d’État a estimé que ce procès était «une nouvelle étape de la vaste chasse aux sorcières» en cours dans l’histoire du pays.

Donald Trump, premier Président des États-Unis à être visé par deux procédures d’impeachment, avait déjà été acquitté au terme d’un premier procès il y a un an, qui portait sur les pressions présumées exercées sur l’Ukraine afin que Kiev ouvre une enquête sur Joe Biden et son fils, Hunter Biden.

A l’époque, et alors que le Sénat était contrôlé par les républicains, un seul élu du Grand Old Party, Mitt Romney, avait voté en faveur de la culpabilité du Président.

Cette fois, l’ex-Président américain était accusé d’avoir incité lors d’un discours ses partisans réunis à Washington le 6 janvier à marcher sur le Capitole et à s’en prendre aux parlementaires pour empêcher la certification par le Congrès de l’élection de Joe Biden.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img