Mena News, Global Views

l’Union Européenne veut-t-elle forcer la main à la tunisie pour signer avec le FMI?

Le bras de fer entre le president tunisien et l’Union européenne prend de plus en plus de l’empleur. Alors que Bruxelles maintien la pression dénonçant des « atteintes aux droits humains ». Le président Kaïs Saïed persiste est signe que la politique interieure tunisienne est une question de souverainté nationale qui « peut se passer de l’ingérence condéscendantes des politiques européens ». l’UE décident tout bonnement décider d’une mission pour évaluer la situation sur place

Mf

Par | Rasheed Ghezali


En effet, les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’UE ont discuté, lors d’une réunion ce lundi 20 mars, du « dossier tunisien », notamment des questions relatives au FMI, aux droits de l’Homme, et la série de poursuites judicaires visant des hommes d’affaires, hommes politiques et certains membres de médias pour des faits de « malversations » et « complot contre la sûreté de l’Etat ». Le dossier des récentes mesures visant les migrants subsahariens en Tunisie, a également pris une bonne part de l’ordre du jour.

Josep Borrell, le haut représentant des Affaires étrangères de l’Union européenne a considéré que « La situation en Tunisie est très dangereuse ».


Le chef de la diplomatie européenne a affirmé que « Si la Tunisie s’effondre, cela risque de provoquer des flux migratoires vers l’UE et entraîner une instabilité dans la région MENA. Nous voulons éviter cette situation ».


Face à cette inquiétude, les ministres réunis ont demandé à la Belgique et au Portugal d’envoyer des représentants en mission à Tunis afin de mener « une évaluation de la situation pour permettre à l’UE d’orienter ses mesures », précise-t-on.
Pour Josep Borrell, « L’Union européenne ne peut pas aider un pays incapable de signer un accord avec le Fonds Monétaire International (FMI). C’est pourquoi, « Le président Kaïs Saïed doit signer avec le FMI et mettre en œuvre l’accord, sinon la situation sera très grave pour la Tunisie », a-t-il insisté

« s’il veulent nous aider, qu’ils nous rendent nos fonds spoliés »

Le président tunisien qui jusque là ne semble pas impressioné par les pressions et la compagne médiatique contre lui, ne manque aucune occasion pour rappeler qu’il peut bien se passer des services du fond monétaire international FMI, jugeant que la Tunisie est tout à fait en mesure de passer la crise.

En effetn lors d’un entretien le 16 février 2023, avec la cheffe du gouvernement Najla Bouden au sujet des questions économiques et sociales, SaÏed a profité de l’occasion pour lancer un pique à l’egard de l’Europe et aux institutions internationales. il dans ce sens, exhorter tous ceux qui « veulent aider la Tunisie à restituer son argent spolié et à annuler ses dettes cumulées ces dernières années ». 

 » Si les parties étrangères veulent vraiment aider la Tunisie, qu’elles nous rendent l’argent spolié » a-t-il dit.

« Nous sommes capables de dépasser toutes les crises. Nous avons toutes les ressources humaines, économiques et sociales », a-t-il encore estimé. 

Lire également :


La Tunisie exhorte les européens à restituer les fonds spoliés et bloqués par les banques européennes

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

La visite d’État de Vladimir Poutine en Chine aura lieu en 2024, annonce Moscou

Face à cette alliance sino-russe de plus en plus solide, les États-Unis sont confrontés à un défi majeur dans leur quête de maintien de leur domination mondiale. Cette triangulation des relations internationales promet des bouleversements majeurs dans les années à venir, avec la Russie et la Chine déterminées à remodeler l'ordre mondial à leur avantage.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci