Mena News, Global Views

Les étudiants ne décolèrent pas

Pour le départ de tout le système

Comme chaque mardi, des  milliers d’étudiants manifestent à Alger et d’autres villes du pays, malgré un important dispositif  policier, en particulier dans la capitale, qui tente de les empêcher.

Aux cris de « Libérez l’Algérie! », « Le peuple veut qu’ils partent tous », ainsi qu’une immense pancarte « étudiants armée du peuple », les étudiants sont déterminés à aller jusqu’au bout de la protestation commencée le 22 février jusqu’au départ des figures décriées du système et le changement des pratiques politiques dans le pays.

Les étudiants, fer de lance du mouvement populaire, observent des grèves dans plus d’une dizaine  d’universités afin d’exiger le départ de l’ensemble du système bouteflikien.

Les étudiants refusent, par ailleurs, que la période ouverte par la démission de Bouteflika soit dirigée par les 3 B en référence au chef d’Etat intérimaire Abdelkader Bensalah, le chef du Gouvernement Nourredine Bedoui et le président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaiz qui vient de déposer sa démissionner.

Pour la rue algérienne, l’élection présidentielle prévue le 4 juillet prochain, dans le cadre du système mis en place par M. Bouteflika durant les 20 ans de pouvoir ne permettent pas de garantir un scrutin libre et équitable, de même que les trois mois ne suffisent pas au peuple de se préparer à ce rendez-vous électoral.

Mourad Bentahar

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci