Mena News, Global Views

Désignation de Labatcha :  » Le coup de grâce de Sidi Said à l’UGTA »

Par Said Ourabah

Le congrès de l’UGTA, qui se tient depuis hier vendredi à aujourd’hui (le 21 et le 22 Juin à Alger), avec la participation de 500 délégués triés sur le volet, a vu le retrait de Abdelmadjid Sidi Saïd et la désignation de Salim Labatcha comme nouveau secrétaire général de la centrale syndicale pour un mandat de 5 ans.

Notons que Salim Labatcha avait été nommé en 2011, avant sa désignation à la tête de l’UGTA, comme  secrétaire générale de la Fédération nationale des travailleurs de l’agro-alimentaire sur décision de Sidi Saïd.

Le nouveau SG de l’UGTA est connu pour être très proche de certains membres de l’oligarchie notamment Baha Eddine Tliba. Son mandat à la tête de la Fédération de l’agro-alimentaire, un secteur privatisé à 100%, s’est distingué par la suspension de syndicalistes et la dissolution de ce qui restaient de sections syndicales. Il s’est également distingué lors de son passage au Parti des Travailleurs, comme l’instigateur d’un mouvement de redressement contre Louisa Hanoune en 2016.

Après la suspension des SG des unions des wilayas de Bejaia, Tizi Ouzou, Saida et Tlemcen, Abdelmadjid Sidi Said a procédé, à la veille du congrès, à la suspension du secrétaire générale de l’UW d’Alger, Amar Takjout pour avoir dénoncé les conditions de préparation du congrès.

Les observateurs avisés sont convaincus qu’avec cette désignation du très contesté Labatcha, Abdelmadjid Sidi Saïd est allé au bout de sa mission, à savoir «l’achèvement de ce qui reste de la maison UGTA ».

S.O

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Sommet africain sur les engrais et la santé des sols: adoption de la proposition de l’Algérie pour soutenir les producteurs de gaz

Pour l'Algérie qui, depuis 3 ans réalisé un band gigantesque vers la sécurité alimentaire à travers l'intensification de la production de produits stratégique et la réalisation de projets d'envergure tournés vers le continent, il est temps pour que l’Afrique se nourrisse elle-même. L'approche algérienne pour économie africaine intégré repose sur les ressources dont dispose le continent et gage de sa souveraineté. le sol, le gaz, l'eau et les minerais. cette approche semble avoir fait son chemin pour qu'aucune raison ne saurait justifier que l’Afrique soit une région importatrice nette de sa nourriture, avec une facture dépassant les 35 milliards de Dollar/an.

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci