- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Démonstration de force des Algériens en ce 15e vendredi

Un rejet catégorique du dialogue avec les hommes du système

De notre correspondante à Alger : Sahra Achour

15 eme vendredi. Des marées humaines à travers l’ensemble du territoire national avec toujours un caractère pacifique. L’ombre de feu Kamel Eddine Fekhar a régné sur ces marches ou une minute de silence a été observée en sa mémoire, sur appel des internautes à la veille de ces marches. Beaucoup d’entres les marcheurs hommes et femmes ont porté la calotte mozabite en souvenir de ce militant des droits de l’homme décédé en prison.
Comme d’ordinaire les algériens ont encore exprimé leur point de vue quand à cette crise profonde que vit l’Algérie depuis plus de deux mois. Ils rejettent le dialogue avec les 2B qui à leurs yeux incarnent le système en place. « Nous rejettons le dialogue avec les hommes de l’ancien système qui ont mené le pays à la dérive », souligne Fouzia cadre dans une entreprise étatique. Farouk, quant à lui, simple fonctionnaire nous confie qu’ «il est impossible de dialoguer avec les résidus du pouvoir. Une fois partis nous pourrons organiser un dialogue avec des hommes intègres issus du Hirak, et nous organiserons des élections propres». Pour sa part, Abdelkader retraité de son état n’est pas allé par mille chemins pour dire : «y’en a marre de ce pouvoir et de ces hommes qui l’incarne. Nous leur demandons s’ils ont encore un grain de dignité de se retirer pour laisser le peuple décider de son sort et de l’avenir de l’Algérie à travers une période de transition qui sera menée par des hommes intègres ».
Partout c’est la mobilisation citoyenne comme chaque vendredi depuis le 22 Février ou le peuple s’est levé comme un seul homme pour crier son ral bol de la situation de malaise que vit la population algérienne tout entière.  Encore une fois des slogans hostiles aux deux B (Bensalah et Bedoui), ont été crié haut et fort en ce dernier vendredi de Ramadan, avec sur les têtes et sous un ciel éclatant de soleil des drapeaux flottant en rouge, vert et blanc pour rappeler le sang des Martyrs versé pour que vive l’Algérie digne. Les manifestants ont également appelé à travers le rejet du dialogue à l’annulation des élections de juillet prochain.
Les marches se sont déroulées dans le calme et sans un incident majeur à signaler sauf quelques interpellations à Alger parmi les manifestants et des tentatives de disperser la foule par les services de l’ordre.
Alger plus précisément la place Audin, la grande poste, ou encore Sahat Chouhada (Place des Martyrs) étaient noires de monde. Des chants patriotiques sont encore entonnés tout comme l’hymne national Quassaman, ou encore Mawtini. De nombreuses pancartes sont brandies sur l’une d’elles, ou la carte géographique de l’Algérie  sous forme d’un puzzle est dessinée, nous pouvons lire : « El Bilad Fawka koul Aitibar, The country is above all » (l’Algérie est au-dessus de tout ).
A noter que les enfants du 3eme Martyrs du Hirak Nabil Asfirane décédé vendredi dernier en pleine marche, ont marché à Alger, à la mémoire de leur père. Le chanteur Ali Amrane, lui, aussi a marché aux côté du peuple à Alger.
Ainsi donc, la mobilisation se poursuit et rendez-vous est encore pris  vendredi prochain, soit après l’Aid El Fitr.
S.A

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img