- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Commémoration du Printemps amazigh

Marches, galas et conférence dans de nombreuses ville d’Algérie

De notre correspondante Sahra Achour

Le 39 ème anniversaire du  printemps Amazigh intervient cette année sur fond de contestation populaire qui a commencé le 22 février ars passée.

Ainsi donc la commémoration de ce double anniversaire du Printemps berbère d’avril 1980 et  du Printemps noir s’avril 2001 a eu lieu dans plusieurs villes à travers le pays. A Bejaia, Bouira et Tizi Ouzou, Batna et Khenchela, les citoyens ont encore marché, en souvenir du printemps berbère, de ses références historiques en rapport avec les événements du 20 avril 1980 et du 18 avril 2001, et des révoltes identitaires qui s’en sont suivies.

A Bejaia,  les marches composées de la communauté universitaire, des militants de la cause identitaire et autres nombreux citoyens se sont ébranlées depuis l’esplanade de la maison de la culture pour passer à travers plusieurs artères de la ville et aboutir à un rassemblement devant la Place de la liberté « Said Mekbel ». Les animateurs de ce rassemblement ont fait un tour d’horizon sur l’histoire du printemps berbère rappelant l’impact de ces deux événements sur l’évolution de la cause amazigh jusqu’à sa consécration constitutionnelle.

« Ulac smah ula »

Les sacrifices de générations entières de militants ayant subi la répression notamment en 1980 et lors du printemps noir où 128 jeunes ont laissé leur vie ont été mis en avant. Une minute de silence a été observée à leur mémoire. Des slogans ont été scandés « Ulac Smah Ulac » (pas de pardon)  rappelant la revendication de tout le peuple algérien qui consiste en un changement radical du système en place.

ulac smah ulac

Plusieurs conférences ont été données,  notamment celle d’Amazigh Kateb, filss du grand écrivain Kateb Yacine autour du combat amazigh. Des galas, des expositions de photos ont également été organisées à cette occasion. La région de Kherrata, toujours dans la wilaya de Bejaia, a vu des milliers de citoyens sortir dans la rue pour une marche populaire pacifique. En commémoration de ce double anniversaire du printemps berbère et du printemps noir.

La voie du rebelle inspire toujours

De nombreuses personnalités ont marché, aux côtés des citoyens  pour marquer cet événement parmi lesquelles figure Said Saadi, un des principaux animateurs de Tafsut imazighen en avril 1980. Un important dispositif sécuritaire a été mis en place pour encadrer cet important  évènement.

Cette marche pacifique s’est ébranlée  depuis le campus Hasnaoua de l’université Mouloud Mammeri. Les manifestants  affluaient de partout, parés, qui de l’emblème national, qui du drapeau amazigh tout fiers être Amazigh et de continuer sur les traces  de leurs ancêtres qui se sont sacrifiés pour la cause de tamazight. Au niveau du centre culturel, des expositions ont été organisées retraçant le combat juste des berbères pour leur identité, de même que la culture amazighe sous tous aspects. Beaucoup de monde était présent à ce rendez-vous culturel.

Les marcheurs dans la wilaya de Tizi ouzou, comme partout ailleurs ont exprimé « leur ras-le-bol du système en place et ont exigé avec insistance son départ immédiat.

L’icône de la chanson Amazigh et l’idole de générations entières de Kabyles, Matoub Lounes, tombée sous les balles assassines, était présent de par ses chansons engagées dont  plusieurs ont été reprises en chœur par les manifestants présents.

« Assa azekka tamazight thela thela »

Idem à Bouira où le centre ville a été inondé de monde venu commémorer cet événement et rendre hommage aux victimes tombées en martyrs pour que la langue amazigh survive et s’épanouisse.

Tebessa au rendez-vous

Une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes du Printemps noir. Des portraits de ces jeunes, ravis à la fleur de l’âge, ont été brandis en plus des drapeaux national et amazigh. Les marcheurs scandaient des slogans hostiles au système en place qu’ils veulent voir partir dans les plus brefs délais. Jeunes et moins jeunes, hommes et femmes et même les enfants étaient présents à cette manifestation qui s’est déroulée dans le calme.

Au centre d’Alger, plus exactement à la grande poste, des milliers de citoyens se sont rassemblés  pour commémorer cet anniversaire en scandant « Assa azekka tamazight thela thela » (Aujourd’hui et demain tamazight demeurera !).

Pour information, selon les déclarations du secrétaire général du Haut commissariat à l’Amazighite  (HCA, ) M. Hachemi Assad , les documents et oeuvres en Tamazight élaborés par le HCA seront prochainement disponibles sur Google traduction.

Ainsi donc, le printemps amazigh, et au delà de son caractère festif pour certains, demeure une longue histoire d’un combat mené par les berbères pour préserver leur culture et leur identité.

Pour rappel, les manifestations du 20 Avril 1980 ont été déclenchées après que les autorités de l’époque avaient interdit la conférence que devait donner  Mouloud Mameri à l’université de Tizi Ouzou.

S.A

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img