- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

« C’est par la Kabylie, que nous ferons exploser l’Algérie »

Lorsque je dissertais sur la guerre de quatrième génération, engagée contre l’Algérie et son peuple, notamment au moyen d’une cinquième colonne riche et bien formée dans les laboratoires coloniaux, certains camarades et amis me faisaient remarquer que j’étais trop pessimiste et que je voyais trop l’avenir en noir.


Par: B. Snaoui, Militant écologiste Ile de Franc


Certains me demandaient même si j’étais vraiment sérieux, au regard de mes dissertations de dérision sur certains personnages évoqués ; jusqu’au moment où ils ont observé les derniers événements chaotiques qui ont secoué l’Algérie, pour voir avec leurs propres yeux l’expédition  du peuple vers l’abattoir par les  Frankenstein de la politique coloniale, élevés au rang de démocrates et de défenseurs de la liberté et des « Droits de l’Homme« .

Après le « Hirak à la banane », les voilà arrivés à leur « faim » : celui du « Hirak de la terre brulée », comme au temps de l’OAS. Près d’une centaine de morts, des centaines de milliers d’hectares partis en fumée, des maisons brulées, des routes et des villages détruits, des entreprises cramées, une atmosphère suffocante, …etc. Un décor apocalyptique, qui rappelle « la politique de la terre brulée » de l’OAS à l’aube de l’indépendance.

Est-ce que cela qui a inspiré KD (le premier et pas le second), qui vient de publier un article fort utile dans le journal Le Point du 13/08/2021, où il déclare qu’il fait partie des « derniers Pieds-noirs » ? On le savait déjà, mais là au moins il l’écrit sans aucune ambigüité. Y a-t-il un lien entre l’article de KD et la politique de la terre brulée de l’OAS ? Il faut peut-être le demander à Benjamin Stora, qui, dans son rapport remis au commandeur Macron le 20 janvier 2021,  sur les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie,  a convoqué André Rossfelder, intime ami d’Albert Camus, partisan de l’Algérie française, dont l’engagement auprès des chefs de l’OAS n’est plus un secret pour personne.  André Rossfelder fut  condamné à mort par contumace pour sa participation à la tentative d’assassinat du président de la République, Charles De Gaulle, au Mont Faron, à Toulon, le 15 août 1964.

Combien l’histoire est un éternel recommencement !!!


Avant tout, je voudrais m’associer à la douleur des familles et des proches de la centaine de victimes des incendies criminels, déclenchés « par hasard », pour au moins 60 d’entre-eux,  la nuit,  en ligne droite sur et sur une longueur de plusieurs centaines de mètres, voire un kilomètre comme le rapporte un villageois témoin oculaire de ce désastre.

Je voudrais aussi m’associer à la douleur des proches et de la famille du jeune Djamel Bensmail, lynché et transformé en torche vivante sur la place publique, par des Frankenstein fabriqués  dans les laboratoires coloniaux.  Ces derniers ont été envoyés pour nous exposer et exposer aux yeux du monde entier, les produits finis des révolutions sataniques, colorées faussement avec l’encre de la liberté, de la démocratie et des Droits de l’Homme.

Dans l’une des vidéos qui m’est parvenue, j’ai vu ces barbares, devant le corps fumant du martyr,  revendiquant fièrement leur ascendance à Nicolas Bibesco, celui qui a écrit «La France y a étudié de près la race kabyle pure, elle l’a étudiée à sa source ; elle y a découvert la vraie manière de la prendre et de la gouverner». Le père du défunt martyr de la politique coloniale, avec une attitude humble et digne, a eu des mots qui vous nouent les tripes. Dans la douleur qui l’inonde et qui inonde son foyer, après l’horrible mise à mort de sa progéniture,  il a appelé à la fraternité entre les citoyens algériens.  Au passage, il a tagué la gueule des horribles personnages de la presse de caniveau, des charognards de la politique du chaos et des manipulateurs des réseaux sociaux qui se font passer pour ses frères, ses sœurs ou encore sa mère. 

Le Martyre brûlé vif par les horde de terrorisme Makisite

Djamel Bensmail  est déjà le martyr et le symbole de l’unité du peuple algérien, face au vent de fascisme fabriqué par les colons et leurs filiales politiques en Algérie.

Il est la victime du terrorisme ethnique injecté dans la société algérienne avec la seringue de la cinquième colonne,  pour bien affirmer et démontrer par cet exemple leur théorème de la génétique des populations berbère-nazi, au moyen du pont héréditaire dénommé Halogroupe E1b1b (Y-ADN), comme l’a rapporté Jean-Paul Mudlers, associé à Marc Vermeeren

J’ai vu ces fossoyeurs, ces menteurs, ces reptiles de la politique du chaos, ces charognards verser des larmes de crocodile, après avoir organisé activement l’ensauvagement des jeunes et de la société algérienne; j’ai vu leurs embuscades politiques,  notamment dans leurs déambulations mortifères, en instrumentalisant la religion et les ethnies pour détruire le peuple algérien. Ils ont même théorisé leur plan satanique en « régression féconde ». Tu as apprécies leur fécondité ? Après leur printemps berbère, leur printemps arabe, leur printemps noir, le Hirak à la banane, voilà le coup du « hirak de la terre brulée » Les lapidations démocratiques des citoyens, et les chaos dans la société, ça les connaît, il n y a qu’à voir leurs maîtres. 

J’ai déjà disserté sur les deux bras armés de fauchage du peuple algérien : le bras berbériste et le bras islamiste. Les uns veulent berbériser les berbères, les autres veulent islamiser les musulmans. Du coup, l’envie de faire plaisir à l’oncle d’un pote habitant dans un village perché sur les montagnes du Djurdjura, m’a pris. Ce médecin de métier, qui combat le Covid 19 dans ma région natale, mais aussi les feux de forêts et les feux politiques allumés dans son environnement, a souvent hésité à me lire dans un premier temps ; mais il finit toujours par retrouver ses neurones paumés dans le « coran berbérisme ».

A la lecture de chaque contribution, il me rangeait dans une case préfabriquée : islamiste, berbériste, régime, pouvoir, ….etc. Mais à chaque fois, il me déplaçait sur l’échiquier politique qu’on lui a confectionné artificiellement.  Je crois que depuis qu’il a découvert que la fontaine (pas Jacques, le détenteur de la vérité avec fermeté contre l’Algérie, mon camarade du groupe politique –Front de Gauche- France) de son village perché dans les montagnes du Djurdjura, a été construite par des Turcs, il ne dit plus « fontaine, je ne boirai plus de ton eau ». Du coup, je me suis dévoué pour  lui proposer une explication du texte politique du Tweet de notre commandeur Macron, en date du 11 août 2021, en espérant qu’il lui parviendra. Que l’on soit bien clair, je ne parle pas ici des problèmes matériels ou humains, mais des sujets politiques. Au passage, il faut rendre hommage à ces pompiers français du ciel qui éteignent, les feux y compris politiques.  

Voici donc le tweet de notre commandeur :


Sur la première phrase, le commandeur de la France ne précise ni les drames ni les amis de la France auxquels  il envoie ce message codé de solidarité sans réserve, alors que le peuple de France attend impatiemment sa solidarité, même avec beaucoup de réserve, depuis son intronisation. Ensuite, il s’adresse directement au peuple algérien, à qui il apporte tout son soutien, en ignorant les responsables institutionnels et les dirigeants du pays. C’est un peu comme si les Algériens étaient ce peuple errant décrit par Salluste, sans direction. Ensuite, il décide, comme à l’époque, d’envoyer des canadairs et un avion de commandement en Kabylie pour éteindre les incendies, alors que d’autres régions d’Algérie sont aussi concernées par cette vague incendiaire, bien-sur spontanée. Notre Chef a adopté le label Kabyle AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

Notre commandeur évoque donc  la France (et pas les Français), les Algériens (et pas l’Algérie) et la Kabylie (et pas les Kabyles).

Les amis de la France sont-ils les amis des Français ? La Kabylie est détachée de l’Algérie, comme si elle ne faisait pas partie de cette nation. Les amis de la France ne sont pas les amis des français, Monsieur le commandeur.

Sur le même fil conducteur, Valérie Pécresse, la cheftaine de la région Ile de France, s’est précipitée pour annoncer sur la chaîne télévisuelle génétiquement identifiée berbère déjà par Salluste, qu’elle va consacrer 100 000 € à la Kabylie. Il faut comprendre que les autres régions du pays touchées par les incendies en Algérie, en Grèce, ou même en France, ne sont pas titulaires du label « Kabyle AOC ».

Remarque, en France : même l’officielle agence de information, l’AFP, dans une publication en date du 26/04/2021, présente ce mouvement classé terroriste en Algérie, comme un groupe pacifiste. Ils ont juste oublié à l’AFP et dans la presse française, de relayer l’avis de Patrick Le Hyaric, directeur de la Fête de l’Humanité :

Ferhat Mehenni félicite le sioniste Dany Danone, élu vice-président de la 72è AG de l’ONU

  « Le MAK est un mouvement séparatiste de droite extrême soutenu par la droite israélienne dans son combat contre le gouvernement algérien. Nous n’avons en aucune façon accordé la possibilité à ce mouvement de disposer d’un stand à la Fête de l’Humanité.Il a trompé nos services en s’inscrivant sous le nom d’une banale association sans connotation politique. Cette supercherie n’a été découverte que plusieurs heures après l’ouverture de la Fête. Nous veillerons à ce que de tels dysfonctionnements et tromperies ne puissent se reproduire. ».


Dans le cadre de cette tentative d’infiltration, Bernard Deschamps, ancien député du Gard, dans son courrier en date du 25 septembre 2017 adressé à Patrick Lehyaric, à propos de la présence du MAK à la fête de l’Humanité, écrit : « C’est une organisation séparatiste qui  complote pour déstabiliser l’Algérie avec l’aide de pays étrangers. Son fondateur Ferhat Mehenni (présent à la fête de l’Huma), avait été reçu officiellement le 20 mai 2012 en Israël et par la suite, au Québec, devant le Centre consultatif des relations juives et israéliennes, il avait appelé Israël à soutenir les droits du peuple kabyle ». Et il ajoute : « Tu n’ignores pas que ce fut à l’époque coloniale une constante de la France de susciter des mouvements séparatistes kabyles ».

Cette presse officielle n’a pas vu non plus que cette catégorie politique du chaos voulait « prendre en otage » la journée de la femme du 10 mars 2018 à Harfleur (en Normandie). Ces Berbéristes  ont été chassés de la ville d’Harfleur,  avec « les honneurs ». Dans sa lettre, Madame Christine MOREL, maire de la ville d’Harfleur, précise : « maintenir cet événement reviendrait à soutenir un projet contraire à toutes les valeurs républicaines et démocratiques…. « .

En 2015, Le journaliste algérien, Mohand Biri, ancien journaliste à La Tribune, ancien responsable du bureau d’Alger du Quotidien d’Oran,  qui a décliné l’invitation pour participer à une conférence organisée par la mairie socialiste de Quimperlé, et dénoncé la présence à cette manifestation de l’organisation MAK, classée terroriste en Algérie , écrit: « Je ne peux, en aucun cas, cautionner la promotion d’un projet clairement ethniciste dont le racisme anti arabe et anti musulman est à peine déguisé. En encourageant une telle initiative, vous encouragez, Monsieur le Maire, et je tiens à vous le dire franchement, un projet absolument contraire à toutes les valeurs républicaines et démocratiques, valeurs qui  constituent le fondement même des droits de l’Homme dans leur acception universelle». En s’adressant au maire de Quimperlé, pour dénoncer ces Kabyles génétiquement identifiés du MAK,  il précise : « …  j’affirme que vous participez, à votre échelle évidemment, à un projet de déstabilisation de mon pays et, conséquemment, de la région ». Mohamed Biri n’est pas titulaire du label « kabyle AOC » (Appellation d’Origine Contrôlée).

Je ne veux pas te citer toute cette classe politique, associative et même syndicale, touchée par la pandémie du label « Kabyles AOC « , car tu risquerais d’avoir le tournis colonial. Les Basques, les Alsaciens, les Corses, les Bretons et les pauvres Français : wallou ! Ce ne sont pas des populations pacifiques. D’ailleurs, c’est quand même un peu de leur faute, ils n’ont qu’à être comme tout le monde : des Berbères ou encore mieux des « Kabyles AOC », et ils auront même alors le droit à des subventions, des aides, des reconnaissances, des noms de rue, des statuts, et même des promesses  d’académies à Paris et à Champigny-sur-marne (dans le département du Val de Marne). Même le Conseil Constitutionnel n’aurait pas censuré, en mai 2011, la loi sur la reconnaissance des langues régionales.

A  vrai dire, cela me rappelle cette citation «c’est par la Kabylie que nous ferons exploser cet Etat »,  attribuée à Yossi Cohen, chef du Mossad jusqu’en juin 2021, et rapportée par Youcef Benzatat dans sa contribution en date du 14 décembre 2017 dans le journal Algériepatriotique. 


Au fait, tu peux dire à Youcef Benzatat qu’il ne risque plus d’être censuré par Médiapart, la Grande Mosquée de Paris ayant signé une fatwa LICRA le 19 mai 2021. En revanche les militants de Mulhouse du mouvement BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanction) contre l’état d’Israël, les camarades antiracistes de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix) de Bordeaux, et la FASTI (Fédération des associations de solidarité avec tous·te·s les immigré·e·s), eux,  vont avoir droit à un tribunal islamique, dirigé par l’imam-recteur  Chems-Eddine Hafiz. Ah ! le coquin, il ne nous a pas tout dit sur l’organisation du voyage, en février 2014, par « le barreau de Paris qui montre l’exemple »,  à Jérusalem-Est sous occupation israélienne, lorsqu’il était avocat-conseil de la Mosquée de Paris. L’avocat Hacen Boukhelifa l’avait dénoncé publiquement.

Si nos dirigeants voulaient vraiment éteindre « le feu en Algérie », comme ils veulent nous le faire croire, et nous épargner la politique de la terre brulée, ils commenceraient d’abord par ne pas l’allumer et cesser de souffler sur les braises, se détachant des missions des pompiers-pyromanes auxquelles ils nous ont trop habitué jusqu’à maintenant. Comment peuvent-ils voilé en démocrates des organisations classées terroristes en Algérie ??? C’est la démocratisation du terrorisme ???

Tu te poses maintenant la question du pourquoi l’état de l’armée française a-t-il publié la photo « pour garder le cap »,le 27 avril 2020, où l’on voit un soldat en train de clouer des panneaux directionnels, portant le nom de villes et de pays, dont l’un mentionne « DZ « –Algérie– et Tizi-Ouzou-Bylka (Kabyle en verlan), et sur lequel ont été insérés le drapeau algérien et le drapeau de Jacques Bénet, appelé communément « la Fourcheta » par les Algériens ?

Nedjma de Kateb Yacine,  est en guerre : ils ont attaqué le cœur de sa nation, ils ont égorgé l’un de ses citoyens sur son sol et l’ont calciné sur la place publique ; ils ont brulé ses terres et ses forêts. Ils se sont attaqués à ses citoyens, avec la complicité d’une cinquième colonne qui n’a pas hésité à appeler l’OTAN pour venir la bombarder.

« Un peuple averti en vaut deux ».

La prochaine fois, je vous expliquerai le théorème : «Qui brule qui ?»,  inventé par le même laboratoire de guerre, des génies, qui a accouché du « Qui tue qui ? », vendu au peuple d’en bas, à la criée,  sans enchères aussi par  Louise Demitrakis.

En lien avec le sujet, du même auteur :

Lettre à Patrick Le Hyaric : http://www.bernard-deschamps.net/2017/10/le-soutien-de-m.boualem-snaoui.html

Le label « Kabyle-AOC » : Une appellation d’Origine Contrôlée

Le « Coran » berbériste.

Le « Coran berbériste » une suite sans fin

« Berbériser » la France

Rapport de Benjamin Stora : « Le conte n’est pas bon ». 

Said Saadi, l’ami de BHL : Cachiriste et Hirakiste : https://libnanews.com/said-saadi-lami-de-bhl-cachiriste-et-hirakiste-par-boualem-snaoui/

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img