- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Après l’effondrement de la bâtisse près la mosquée Ketchawa

300 familles de la casbah relogées

Par Sahra Achour

Nous sommes à la Rue Boualem Bouchlaghem dans la haute casbah côté Bab Jdid. Aux premières lueurs du matin, les familles sont déjà nombreuses à se presser pour sortir leurs dernières affaires pour aller vers leur nouvelle destination, leurs nouveaux logements sur le site d’Ouled Fayet. Au total ce sont 300 familles qui sont concernées par cette opération de relogement. Aujourd’hui, 81 familles ont été transférées en cette veille du mois sacré du ramadhan. 21 bâtisses réparties en 5 zones sont concernées par cette opération de relogement

Des bâtisses vétustes menaçant ruine et mettant en péril la vie des habitants. Cette opération intervient une semaine après l’effondrement d’un immeuble non loin de la mosquée Ketchawa faisant 5 morts et plusieurs blessés.

Les bénéficiaires étaient très heureux et joyeux de changer leur situation, une joie diminuée car ils laissent derrière eux des voisins de longue date. Aami Mohamed octogénaire avait vraiment l’air triste de devoir quitter la maison et le quartier qui l’ont vu naitre. Plus encore, il laisse sa soeur qui, elle, n’a pas bénéficié de logement.

A 84 ans, diminué Aami Mohamed nous confie » je n’ai même plus envie de partir, mais je le fais pour mes enfants ».

La maison est vétuste et regroupe de nombreuses familles depuis des années. Le risque d’effondrement pèse sur elles. Et c’est la même chose pour les habitants des bâtisses non loin de Bir Jebah. « Nous ne dormons pas de la nuit. Dès que nous entendons un bruit nous passons la nuit éveillés », nous confie khalti Zhour que nous avons trouvé seule dans sa Douera vidée de tous ses meubles. Ses enfants ont transporté tous les meubles et les affaires. Elle nous raconte le cauchemar qu’elle a vécu dans cet endroit ou les murs sont lézardés. En effet, dans la cuisine le toit est recouvert de nylon pour éviter la pluie qui s’infiltre et qui cause d’énormes désagréments à khalti zhour. Nous laissons cette dernière attendre le retour de ses enfants pour l’emmener dans son nouveau logement.

Dans une autre bâtisse non loin de la mosquée Ketchaoua et de la bâtisse qui s’est effondrée la semaine prochaine, faisant des victimes.

Cette douera R+1 est un véritable bijou architectural. Véritable maison authentique de la casbah avec des chambres qui donnent toutes sur une cour commune. Dommage que le temps l’a usé et a eu raison de sa beauté.

El hadja bahia et ses filles nous ont accueillis avec le sourire malgré qu’elles soient très occupées à emballer leurs dernières affaires. Ses fils avec l’aide des agents de la mairie sortaient et rentraient pour transporter les meubles restants

Lors de notre reportage, nous avons rencontré Nora, la cinquantaine. Elle pleurait à chaude larmes car elle n’a pas bénéficié d’un logement. Elle dit qu' »ils lui ont jeté ses affaires dehors ». Interrogée pour nous donner plus d’informations elle nous fait savoir entre deux sanglots qu’elle essaye de retenir que « c’est le propriétaire qui l’a expulsée ».

Comme Nora, beaucoup des habitants de la Casbah sont en colère, car ils n’ont pas encore bénéficié de logements. « Les autorités concernées leur ont promis de statuer sur leurs cas », nous fait savoir Toufik la trentaine.

En route vers Ouled Fayet pour accompagner les familles dans leurs nouvelles demeures. Les cités 1200 et 1420 logements sont construites avec toutes les commodités nécessaires.

Des bâtiments avec des petits espaces verts se dressent vers le ciel

Nous rencontrons beaucoup des bénéficiaires entretenus à la casbah comme aami Omar soulevé par les bras de ses enfants et ses voisins.

Un nouveau jour se lèvera demain pour les familles ayant bénéficié de leurs logements. Ils passeront le ramadan dans des conditions décentes mais retrouveront ils toute lq chaleur de la casbah et ses fameuses nuits ramadanesque

Sans doute qu’au début ce sera difficile mais le fait de déménager dans un logement décent loin de toute peur d’un éventuel effondrement des « douerates » vétustes de la casbah est en soi un soulagement.

S.A

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img