- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Algérie-France: faut-il enquêter sur les agissements de l’ambassadeur Français en Algérie?

Deux jours à peine, après la mise en garde musclée de l’Armée Populaire Algérienne à l’égard des cercles qui « tentent de faire bouger leurs pions » en prévision de la célébration du 2e anniversaire du Hirak algérien, afin de déstabiliser le pays, le député algérien Kamel Belarbi fait encore une fois, une fracassante sortie médiatique via un autre brulot. Il a éxhorté les autorité du pays à enquêter sur ses fréquants déplacements et exiger à toutes les personnalités l’ayant rencontré, de rendre publics le contenu de leurs réunions.    

Par: HEEBA NAwel

«Tous ceux qui ont reçu l’ambassadeur de France [seront] complices, d’une manière ou d’une autre, de toute action française qui serait menée, à l’avenir, contre l’Algérie», écrit sur Facebook le député Kamel Belarbi. Il appelle les autorités à enquêter «sur les activités suspectes et continues» de l’ambassadeur de France à Alger, François Gouyette.

Le député Belarbi a appelé les services compétents ainsi que le ministère des Affaires étrangères, à «enquêter sur les activités suspectes» de l’ambassadeur de France M.François Gouyette, également ex-ambassadeur de France en Libye (2008-2011) lors de l’intervention de l’Otan à l’instigation de la France qui a conduit à la chute et à l’assassinat du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, d’orchestrer une tentative « de déstabilisation » du pays. M. Belarbi n’en est pas à sa première attaque frontale en direction du diplomate français. Auparavant, il l’avait déjà accusé de vouloir « profité de l’absence du Président Abdelmadjid Tebboune pour entamer des discussions avec les partis politiques qui étaient opposés à l’élection présidentielle de décembre 2019 et qui souhaitent une période de transition« 

Cette fois-ci le député a rappelé également, que les fréquents déplacements de M. Gouyette dans les quatre coins du pays rappellent étrangement, ceux de l’ex ambassadeur des USA à Damas, M. Rebert Stephan Ford quelques mois avant la guerre destructrice contre la Syrie. Son déplacement remarqué dans ville assiégée de Hama dans le centre de la Syrie en juillet 2011, où les rebelles dits « modérés » l’avaient accueilli avec des fleurs, avait fait coulé beaucoup d’encre.    

 

Tout en rappelant que M.Gouyette a rencontré des personnalités politiques et publiques et a visité plusieurs villes, le député exhorte les «autorités compétentes à exiger aux partis politiques, ainsi qu’aux ministres et aux opérateurs économiques qui ont récemment rencontré l’ambassadeur de France de rendre public et dans le détail, le contenu de leurs réunions».

 «Je rappelle à tous ceux qui ont reçu l’ambassadeur de France que vous serez complices, d’une manière ou d’une autre, de toute action française qui serait menée, à l’avenir, contre l’Algérie».

Le porte-parole du gouvernement algérien M. Belhimer avait déjà tracé les lignes rouges


Commentant cette sortie médiatique, le site d’information russe à travers la plume du journaliste Kamal Louadj, a rappelé les déclarations du ministre de la communication et porte parole du gouvernement Algérien qui a souligné « l’agacement des autorités algériennes quant aux activités de l’ambassadeur français». Toute en précisant que «dans le respect de ces règles et conformément à celles-ci, tout diplomate peut rencontrer des responsables officiels ou des partis d’opposition autorisés, le porte-parole du gouvernement algérien a toutefois, souligné qu’«aucun diplomate ne peut ignorer les règles de base de la pratique diplomatique, sinon il subira les mesures souveraines pertinentes prises par le pays hôte».

Ces déclarations coïncident avec celle du président Marcon qui dans un dmessage plein d’euphémisme bien propre au langage diplomatique française, a salué le président Tebboune tout en lui souhaitant que « la transition réussisse ». ce qui n’a pas été du goût des algériens. 

M.Belhimer a rappelé la célèbre phrase du général vietnamien Giap, l’architecte de la défaite de l’armée française à Diên Biên Phu, qui avait déclaré en 1976 lors de sa visite à Alger: «L’impérialisme est un mauvais élève qui ne retient pas ses leçons». «Ce propos s’applique au comportement actuel de la France envers l’Algérie», a conclu Ammar Belhimer.

À quelque semaine de la commémoration du deuxième anniversaire sur Hirak , l’Armée Populaire met en garde.  


Tout en rappelant qu’elle a dès le début accompagné les revendications des algériens en se tenant aux cotés du peuple, l’ANP réitéré son attachement à continuer son alignement sur le choix des algériens et que nulle partie ne pourrait défaire les liens entre l’institution et les algériens. ces derniers sont conscients des manoeuvres ourdies par des forces étrangères qui parient sur ses bras à l’interieur du pays.

L’éditorial d’El Djeich pointe avec un doigt accusateur sur «certaines parties ennemies» qui ont commencé à «agiter leurs pions et instruit certaines voix malintentionnées, servant des agendas extérieurs connus de tous, à s’élever dans le but de s’approprier les revendications légitimes du peuple et de distiller leur venin dans une tentative de plonger le pays dans le chaos et de brouiller les cartes».

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img