- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Affaire du groupe pétrolier algérien Sonatrach: Le Bal des loups

Par Ahmed zakaria

L’ex-ministre de l’Énergie et ex-P-DG de la compagnie pétrolière algérienne Sonatrach Chakib Khalil a été convoqué hier, à comparaître devant le juge d’instruction près la Cour suprême d’Alger dans les affaires Sonatrach 1 et  2. Un dossier époustouflant qui ne manquera pas d’entraîner pendant toute la semaine une valse d’anciens hauts responsable, au palais de justice.

L’ancien premier ministre Ouyahia, l’ex ministre de l’énergie Yousef Yousfi,  l’ancien ministre de l’industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb, sous le coup d’un mandat d’arrêt international, en seront les principaux animateurs, en compagnie de dizaines de hauts cadres du groupe Sonatrach.,

Chakib Khalil longuement critiqué par les médias et cité dans les scandales liés à la Sonatrach, devra répondre à autant de chefs d’inculpations que le nombre des ses diplômes. L’on retient essentiellement «l’infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l’étranger, la perception de pots-de-vin, la dilapidation de deniers publics» C’est la deuxième fois que Chakib Khelil est convoqué par la Cour suprême. Etant hors le territoire national, le mis en cause ne donne pas des signes de volonté d’obtempérer avec la justice. Estiment certaines sources judiciaires.

Le puzzle de l’épineux dossier du groupe pétrolier algérien semble commencer à se préciser. Les principaux acteurs, mis en cause et témoins sont déjà connus. Certains ont déjà été convoqués par la justice ou incarcérés. Pas plus tard que la semaine dernière Abdelhafid Feghouli, ex-P-DG par intérim de Sonatrach, ainsi que Youcef Yousfi ont comparu devant la justice. Abdelhafid Feghouli, a été placé sous mandat de dépôt pour « conclusion de marchés contraires à la législation en vigueur dans le but d’octroyer d’indus avantages à autrui, dilapidation de deniers publics et abus de fonction

En 2010, plusieurs enquêtes l’ont mis en cause pour des contrats conclus, entre 2007 et 2008, entre Sonatrach et une société mixte algéro-française alors que Chakib Khelil était en charge de ce secteur.

Youcef Youcefi, l’ancien ministre de l’énergie est quant à lui, placés sous contrôle judiciaire avec retrait de ses passeports ordinaire et diplomatique. Il doit répondre aux affaires  d’octroi «d’indus d’avantages, au titre de l’octroi de marchés publics et de contrats en violation des dispositions législatives, dilapidation de deniers publics et d’abus de pouvoir et de fonction »

Tout porte à croire que la justice algérienne sera obligée de recourir à l’émission de mandat d’arrêt international à l’encontre de Chakib Khelil, par le billet l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol)

En fuite depuis plusieurs mois aux États-Unis d’Amérique avec lesquels l’Algérie est signataire d’accords de coopération judiciaires, Chakib Khalil serait sur les traces de l’ancien ministre de l’industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb et se serait réfugié au Liban. Un pays non signataire avec l’Algérie des accords de coopération judiciaire et d’extradition.

Pour rappel, Chakib Khali a pu bénéficier de la protection du clan Bouteflika suite à un mandat d’arrêt international émis contre lui en 2013. Quelques mois après il a pu rentrer en Algérie après la levée d’une levée de la procédure judicaire à son encontre.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img