- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

L’opérateur public de téléphonie Mobilis remporte la licence d’exploitation au Mali

Par: hiba Nawel

L’opérateur public de téléphonie mobile Mobilis, a remporté haut la main, la course pour la 4ème licence de téléphonie mobile au Mali pour l’obtention d’une licence de télécommunications avec ce pays voisin. le choix est finalement tombé sur Mobilis, qui a mené une guerre sans merci contre les réseaux des concurrents d’un conglomérat français-marocain qui a influé même certains milieux algériens.

Houda-imane faraoun Ministre algérienne de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique

L’annonce a été faite ce lundi, par la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Faraoun: « L’opérateur Mobilis vient de recevoir un écrit officiel des autorités maliennes lui notifiant que son offre technico-financière a obtenu un accord pour l’obtention d’une licence globale », a précisé la ministre sur les ondes de la chaîné 3 de la Radio algérienne. Mobilis a passé aisément le cap de la phase technique en étant placé en tête de liste des concurrents, alors que beaucoup de réserves ont été émises sur le concurrents. ce dernier n’aurait proposé aucun réseau à déployer.

 

Ce premier pas vers l’Afrique qui essaie de recoller ses morceaux, il faut dire que l’opérateur algérien qui pocède un réseau national de 20 millions d’abonnés, (pratiquement la totalité de la population Malienne),  a avancé des arguments solides : 4 câbles internationaux, pouvant générer 10 Terras pour Oraval/alval, 4,4 Terras pour le MEDEX et 1 Terra pour Seweme4. Dès le lancement du câble Orval, l’Algérie aura une capacité de 15,4 Terrra bit/seconde qu’elle proposera avec des tarifs 4 fois moins cher que pratiqués par ces concurrents, le malien et le conglomérat franco-marocains.

 

Le journal spécialisé Echomedia explique que l’Algérie a les capacités d’alimenter tous les pays du Sahel avec des prix, 4 fois moins cher que ceux pratiqués sur les marches de cette région. L’offre algérienne comporte en ce sens, la connexion à travers un câble qui va relier le réseau national à Nouakchott (Mauritanie) sur 800 kilomètres et une autre connexion sur 400 kilomètres pour atteindre la capitale malienne, Bamako. Un projet de 1200 km, réalisable sur une durée de QUELQUES mois seulement.  Or,  les concurrents maliens proposent un câble  de plus de 8700 KM, en provenance de Marseille qui va traverser le Maroc, puis le Sénégal pour atterrir enfin à Bamako.

Mme Faraoun, a expliqué que l’opérateur avait, d’abord, présenté au Conseil des participations d’Etat, un business plan pour obtenir une licence d’opérateur de télécommunications au Mali, ajoutant que l’opérateur avait fait « le nécessaire en déposant un dossier auprès de l’Autorité de régulation malienne et qui a été étudié et examiné au même titre que d’autres soumissionnaires ».

Mobilis a fait une offre de 57 millions de dollars pour l’achat de la licence et un investissement de 250 millions de dollars sur les 5 premières années. Une offre qui dépasse de loin celle des concurrents. Les cautions de soumission ont été approuvées par la Banque d’Algérie.

Il s’agit d’un accord préliminaire d’attribution provisoire de la licence à l’opérateur algérien qui devra négocier les termes qui seront conclus durant les prochaines semaines afin d’ouvrir une nouvelle filiale du Groupe Télécom Algérie au Mali, a relevé la ministre, ajoutant que l’opérateur « doit se déplacer (au Mali) pour signer les documents et concrétiser les dernières démarches, notamment financières, et démarrer des travaux ».

 

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img