- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Le mouvement révolutionnaire en Algérie et ses dimensions internationales Parti II

Le système mondial est il en décomposition ?

Par Sofiane Baroudi 

Une conjoncture internationale et régionale explosive :

 

La crise historique du système capitaliste mondiale dans sa mouture néolibéral ouverte en 2008 parait bien loin d’être résolus, au contraire la paupérisation et l’appauvrissement des masses laborieuses s’accélère dans les pays du Nord installant un contexte de grande instabilité dans la vieille Europe (crise de la dette, austérité, césarisme, Brexit, séparatisme, fascisme, crise humanitaire en méditerranée…) Ce qui semble donner le LA a la multiplication des révoltes et ouvrir un cycle long de conflit (Grèce,France ,Espagne, Ukraine..).

Les  guerres et les agressions se sont multipliés dans le but évident  de maintenir les équilibres « traditionnel » d’un système unipolaire sévèrement mis a mal par ces contradictions internes et par la résistance des masses populaires refusant l’ordre de l’exploitation social injuste et la logique impérial mondiale. Cette crise historique va en s’aggravant est en train de s’approfondir menaçant la cohésion libre-échangiste, La guerre commerciale bat son plein et oppose maintenant les vieux alliés; en témoigne dernièrement le naufrage de la compagnie aérienne Robin Cooke fleuron du capitalisme Britannique ou encore la banqueroute de la Deutshe-Bank plus grand argentier de l’UE montre l’inéluctable imminence d’un crash sans précédent risquant de couper définitivement les ailes du système-monde. Les sanctions Américaine contre la république islamique d’Iran ont privé le capital Européen d’une manne essentielle au renflouement de ces entreprises et accentué l’instabilité dans le golf arabo-persique véritable poudrière risquant une grosse déflagration entraînant l’embrasement à tout moment.

Dan le sud global les processus ouvert dès 2011 pour balayer des dictatures de marché aux bottes du FMI et de l’impérialisme incarné par les ex tyrans égyptien et Tunisien ont vite été refermé et la brèche exploité afin de sauver la face du « monde libre » en jouant la carte du fondamentalisme. Ce qui s’est clairement illustré par la multiplication des interventions militaires directs d’abord en Libye que l’OTAN a prétendu « démocratiser par les tapis de bombe ».

Ce pays frère cœur battant historique du continent Africain a été détruit injustement  afin d’être piller par les centres financiers internationaux (réserves d’or, capitaux souverain spolié) .Il ya eu en suite Mali et la république centrafricaine envahi pour maintenir a flot les intérêts transnationaux.  On a vu aussi le désastre en  Syrie ou le mouvement a été fortement militarisé pour répondre aux objectifs des forces coalisés soutien déclaré de forces fanatisées (Turquie, UE, USA, l’entité sioniste,

Monarchie du Golf) dans une guerre dont on ne pourrait même plus décrire l’extrême brutalité. Il y’a encore le Yémen ou l’atroce guerre que mène la coalition de toutes les  réactions contre un héroïque peuple qu’on veut priver des fruits de son mouvement politique et de sa souveraineté, victime des pires sévices dans le plus grand désastre humanitaire contemporain et faisant toujours  courageusement face aux raides criminelles  perpétré depuis plus de cinq ans a son encontre, dans l’indifférence général et avec la complicité internationale(Blocus, embargo, couverture diplomatique…) .

Ceci s’explique simplement, tellement la guerre pour le contrôle des ressources énergétiques et des routes commerciale (mers, détroits) fait rage afin de privé le « concurrent » chinois de ressources nécessaire à l’accomplissement de son plein développement. Les intérêts géopolitiques de l’empire et la logique du monopole transnational ignorent la souffrance des peuples et les droits fondamentaux. Pour autant loin d’abdiquer Le peuple combattant du Yemen a démontré que les forces les plus démunis peuvent néanmoins atteindre le cœur du système quand ils ont ébranlé la production pétrolière Saoudienne en frappant l’une des régions les mieux protégé au monde et en portant un coup a l’économie mondiale avec leur maigres ressources et en mettant ainsi a mal les calculs stratégiques sur les conflits asymétriques.

Heureusement des lueurs d’espoir ont fleuri dans un monde en décomposition. On notera par exemple la révolution en 2015 du valeureux peuple Burkinabé intègre héritier du capitane Thomas Sankara contre le régime mis en place par son assassin déchu Blaise Compaoré. Évacué avec la complicité de ces amis français et dans un hélicoptère affrété par la Monarchie Marocaine.

Blaise  a été renversé par une jeunesse pleine d’entrain et de volonté qui dans la foulé a empêcher la restauration du régime par un coup d’état démontrant toute sa détermination a construire des perspectives meilleures sur le continent Africain .Dans l’extrême orient également, en Corée du sud pourtant « fleuron du système mondiale », les masses populaires après un fabuleux mouvement ont réussi a forcé l’incarcération de deux ex président a rendre efficiente la lutte contre la corruption « institutionnelle »,ainsi qu’a entamé un processus de démilitarisation de la péninsule avec en prime l’élection d’un ancien prisonnier politique qui a forcé la visite de Trump en Corée du Nord dans la perspective de la réunification tant appelé de leurs vœux par ces peuples frères séparé de force sur l’autel d’intérêt « étranger » a leur volonté.

 

Cette dernière année a également vu le sursaut a Gaza ,un camp de concentration a ciel ouvert d’un peuple emprisonné mais qui refuse d’abdiquer et qui continu le combat de façon exemplaire a travers les marches du retour inauguré  dans le sillage de la commémoration des 70 ans de la Neqba pour revendiquer le droit inaltérable des Palestiniens de disposer d’eux même et de revenir sur la terre de leurs ancêtres. Les manifestations hebdomadaires continuent malgré la furie de la répression colonialiste et l’indifférence de la « communauté internationale »  et surtout  de la complicité criminelle de la réaction arabe.

Enfin il y a le grand mouvement au Soudan qui a fait vaciller le trône tenu par le feu et par le sang depuis plus de 30 ans par un président qui en plus d’avoir conduit a la partition de son propre pays à enchaîner son peuple et l’a asservi suivant la bonne volonté de pétro- monarchie. Le grand peuple Soudanais a démontré si il le fallait sa capacité a lutter âprement pour recouvrir sa dignité et a ouvert un processus de reconstruction, de réconciliation et de recouvrement de son droit a édifier comme il le souhaite les horizons de son développement naturel et loin de la tentaculaire organisation des Frères musulmans.

C’est dans cette conjoncture délicate et pleine de complexité que les masses populaires en Algérie se sont mise en mouvement et ont mené a bien les premiers pas de leur révolution intelligente dont le cycle de lutte continu et ou le champ des possibilités parait irrémédiablement ouvert par la volonté combative d’aller vers un changement profond, horizon désigné  aujourd’hui communément sous l’appellation de seconde libération.

L’action des masses populaire au cœur du changement du rapport de force sociopolitique

L’un des phénomènes les plus important mis en exergue par le mouvement révolutionnaire inauguré en Algérie par les grandes marche du 22 Février est probablement le concept de « peuple ».Cette idée a la fois essentielle et brumeuse a longtemps eu un rôle centrale pour les tenants de la pensée spéculatives, des sciences humaines  comme pour stratèges et autre militants politiques de tout bords. «Le peuple» comme convention théorique vaporeuse a longtemps été au cœur de l’imaginaire romantique qui a longtemps chanté ces louanges et exagéré sa glorification. Le nationalisme conquérant d’exclusion a également souvent mis l’accent sur « les spécificités éternelles »« les valeurs intrinsèques » et les « facultés innées »pour justifier les campagnes coloniales, la ségrégation raciale, l’extermination et la domination sur  d’autres « peuples » considéré comme « non-civilisé » et exclu du domaine de l’être comme disait Frantz  Fanon. La philosophie de l’histoire et le matérialisme historique comme méthode d’analyse se basant sur les catégories socio-historique que sont les classes muent par des intérêts antagoniques, engagé dans une dynamique d’affrontement et d’oppositions permanentes sur l’arènes économico-politique ont elle jugée du caractère «mythologique» de l’idée de «peuple» en soulignant ainsi la faiblesse « scientifique » des lectures fondé sur cette dernière ,et  ainsi le caractère non-opérationnelle de cette catégorie pour se mouvoir sur le terrain de la « guerre de tous contre tous » dans la perspective de résoudre la question cruciale de la crise de la civilisation humaine.

L’espace Algériens des grandes villes dans les centres urbains au petits villages de campagne, du Nord Telien-méditerranéen au sud Sahelo-Saharien, d’est en ouest et notamment lors du pic de mobilisation entre Mars et Juin ou des chiffres hallucinant ont été atteint(plus de 20 millions de manifestants le Vendredi )ont permis l’observation concrète moyennant photo aérienne de l’entité jadis « contesté » et ont démontré la matérialisation incontestable d’un peuple Algérien unis dans l’aspiration commune a aller de l’avant  dans ce vaste pays aux multiples territoires unis dans la recherche collective de perspectives nouvelles.

Ce mouvement  grandiose a redoré le blason du concept Khaldounien de « assabia » conçu comme faculté centrale nécessaire a la fondation de corps-organisme  historico-politique homogène et a la résolution de la problématique des antagonismes d’intérêts inhérent a l’architecture des sociétés humaine ;il a également permis de mettre de la lumière sur ce que Marx appelé « le parti historique »en opposition au « parti éphémère » et désignant « le mouvement propre des masses exploités vers le ciel de leur émancipation ».

La conscience aiguisé au diapason des combats historiques

Ainsi le mouvement révolutionnaire en Algérie a démontré une très haute conscience socio-historique prenant en compte les défis intérieurs et la conjoncture internationale explosive  pour ainsi faire éclaté tout les clichés sur « le chaos » intrinsèque a tout mouvement de masses et aussi faire volé en éclat tout les vieux  postulats définitivement erroné de l’anthropologie coloniale relayé par les laquais locaux  autoproclamé « élites » déconnecté mais  au service de l’ordre établi injuste du système de domination mondiale.

La conscience collective a grandit de semaine en semaines pour atteindre un très haut niveaux illustré par l’importance des mouvements de grève généralisé a tout les secteurs et mené souvent de manière auto-organisé et très réfléchi, prenant en compte de multiples dimensions allant de l’organisation de la production a la gestion de la répression sous toutes ces formes .La jeunesse laborieuse et précarisé dont une certaine opinion « bienpensante » n’a cessé de critiquer « la violence » et l’inconscience a démontré de la manière la plus éloquente sa capacité a prendre en charge son destin et a tiré la nation et la région vers l’avant. Le rôle central dans toute les dimensions relatives au mouvement (slogans, marches, protestations..) a en effet été dévolue a la jeunesse populaire souvent laborieuse et précarisé par les politique économique ultralibéral (contractuel, travailleurs au noirs, chômeurs, étudiants…)  et opprimé  par l’ordre policier et carcéral dans l’indifférence général. Cette jeunesse souvent blessé et meurtri dans sa chaire a démontré sa grande capacité combative et démonté pièce par pièce tout les jugement de valeur vomis pendant des décennies par les « élites » autoproclamé souvent décérébré incapable de comprendre la situation, recopiant sans discernement les modèles importé d’orient et d’occident qui ont montré leurs limites. L’élitisme est  en plein effondrement à l’échelle mondiale à l’image de l’establishment Américain de loin le mieux structuré et le plus puissant tombé en désuétude sous la botte de Trump le « populiste ».

Un aspect très important  doit être examiné a savoir le sens aigu de l’histoire collective forgé par la mémoires encore vivaces des combats passés, par exemple l’idée de nouvelle libération et de poursuite du cheminement historique a travers la rappropriation par la jeunesse des symboles de la révolution anticolonialiste avec une créativité sans borne a démontré une conception structuré fondé sur la poursuite des luttes commencées jadis et systématiquement perpétué ici et ailleurs, en défendant les acquis de l’indépendance, la soif de justice et la dignité exaspéré non négociable , perpétuant ainsi les luttes pour leur approfondissement au bénéfice de toutes et de tous .

La volonté tenace pour la construction de lendemains meilleures sous l’ombre clément de la diversité culturelle et idéelle, la transversalité et l’horizontalité voir l’anti-autoritariste raisonné ont paru gravé dans l’action révolutionnaire des masses illustré par le rejet de toute chapelle politique, partisane ou idéologique mais aussi par le refus de toute personnalité providentielle, de leader ou de représentant pour le mouvement populaire. Le temps des grands leaders et des « Zaim » parait ainsi mort et enterré par l’aspiration révolutionnaire des masses a l’édification mutualistes et  par la responsabilisation générale dans l’effort de refondation institutionnelle concentré dans le mot d’ordre de changement profond du système.

La dimension internationaliste du mouvement populaire

L’un des aspect les plus claire est la haute prudence qu’ ont montré les masses afin de sanctuariser la jeune nation Algérienne contre toute les tentatives probables de déstabilisation ,des plans de division du mouvement ou d’utilisation des brèches pour justifier l’ingérence étrangère, dont toute a clairement été refusé par le peuple en mouvement .Cette aspect important est illustré par le fameux slogan qu’a entendu sans doute l’ancien premier Ministre aujourd’hui incarcéré « l’Algérie ne sera pas la Syrie ».

En effet le peuple Algérien a démontré sa haute assimilation et compréhension de la conjoncture régionale complexe et pleine e danger potentiel pour l’unité territoriale et l’avenir du pays. Les agressions de l’ Irak en 2003,de la Libye en 2011 et du Mali en 2013 ,la prise d’otage de Tiguentourine la même année ou encore l’atroce guerre contre le peuple du  Yémen depuis 2014 ont suscité une vrai indignation populaire puisé dans les valeurs anticolonialiste renforce par le souvenir de la lutte anti-intégriste et ont aussi permis l’éveil d’une compréhension largement diffusé sur  les ambitions des tenants de l’impérialisme sous ces différents masques afin de dépouiller les peuples et d’utiliser leur revendication légitime pour perpétuer le système de contrôle et  répondre a la crise du capitalisme mondiale au profit de ces centres qui ont besoin :d’ouvrir des marchés par la force, de soumettre la main d’œuvre, de contrôler les routes commerciales et de s’assurer des sources d’énergie a bas cout ou d’en privé les puissances rivales entre autres considérations.

Le mouvement révolutionnaire du peuple Algérien peut entrainer une vraie renaissance du pays comme locomotive du panafricanisme de lutte sur lequel souffle un vent de revivification qui peut  permettre enfin de dégager le continent de l’étreinte mortelle dans laquelle l’impérialisme veut toujours le maintenir et ainsi continuer l’œuvre commencer après les guerres de libération (Algérie, Angola, Congo, Mozambique, Zimbabwe ,Afrique du sud.. ;). pour célébrer les augures d’une vrai décolonisation ponctué par l’union des peuples de notre grand continent  contre toutes les puissances impériales et pour jouir enfin de nos potentialités commune dans la paix et l’entente fraternelle.

L’omniprésence du drapeau Palestinien montre l’inconditionnel soutien du peuple Algérien aux peuples frères  encore sous le joug du colonialisme en Palestine et au Sahara occidentale et l’inébranlable attachement au principe de solidarité internationale avec les peuples du monde entier résistant contre les forces de prédation, de rapine et de destruction, a l’image du Niger et du Mali voisins pillé sans ménagement et réduit a l’extrême pauvreté par le dispositif néocoloniale(bases militaires étrangères ,accaparement, pillage) au service des firmes transnationales. Il y a aussi l’image du Liban toujours debout résistant face  a la tyrannie de la réaction sioniste e de ces alliés pétro- monarchique. Il y’a encore le chavisme ou l’expression de  l’essor patriotique du Venezuela Bolivarien et de son peuple digne bravant le Blocus injuste imposé par les yankees ces dernières années, comme l’embargo sans fin qui enserre  leur voisin Cubain ami historique de l’état et du peuple Algérien qui fait  face depuis plus de 50 ans a la prétention criminelle de l’ordre impérial . Ce lien est  Symbolisé par la figure de Ché Guevara lui qui a prononcé son dernier discours public a Alger et qui est aujourd’hui iconisé sous le ciel éclairé par le soleil ardent de la Mecque des révolutionnaires plus que jamais en mouvement.

 

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img