- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Fête du 1er mai: Les travailleurs déterminés à se réapproprier leur syndicat

Des centaines de travailleurs ont organisé, mercredi, des sit-in de protestation, devant le siège de l’UGTA et à la place de la Grande poste à Alger, pour soutenir les revendications  populaires  et exiger le départ de Sidi Said et sa clique qui ont sapé tous les acquis du monde du travail, et fait de l’UGTA un appareil fantoche au service des pouvoirs successifs.

De notre correspondante Sahra Achour

Des centaines de travailleurs et syndicalistes ont observé aujourd’hui un sit in de protestation devant la maison du peuple UGTA exigant le départ de son patron Abdelmadjid Sidi Said.

Les nombreux protestataires, venus des différentes régions du pays, ont tenu à marquer à leur manière la fête des travailleurs en affichant leur colère contre Sidi Said qui  a mené « la maison UGTA vers la dérive » estiment-ils.

Scandant des slogans hostiles au numéro un de l’UGTA, ces travailleurs sont déterminés à aller jusqu’au bout de leur revendication à savoir la fin du règne de Sidi Said. « Silmiya Silmiya nharou l’UGTA » (Pacifique, Pacifique nous allons libérer l’UGTA) reprenaient en chœur les protestataires  entrecoupés de l’hymne national « Kassaman » a été entonné qui n’ont pas cessé d’affirmer que Sidi Said  « ne les représentent plus, mais il représente sa propre personne ».

Les frondeurs n’ont pas manqué de revenir sur l’importance de « se réapproprier le syndicat des travailleurs pour le remettre sur rail et sur les traces de Aissat Idir et de Abdelhak Benhamouda », disent-ils. Deux grands militants syndicalistes qui ont de tout temps défendu la cause des travailleurs jusqu’à leur dernier souffle.

Pour un syndicat fort et représentatif des travailleurs algériens 

Faut-il souligner comme l’ont soulevé les opposants à la ligne collaborationniste avec les oligarques de Sidi Said que « cela fait des années que l’UGTA n’évoque plus les augmentations de salaires ni encore la question des la retraite ».

Par ailleurs, une grande marche a été organisée à l’appel des syndicats autonomes qui se sont donnés rendez vous à la place du 1er Mai.

Praticiens de la santé, cheminots, travailleurs de l’éducation et même de la culture pour ne citer que ces corps de métiers étaient présents pour marcher jusqu’à la grande poste.

Ces syndicalistes soutiennent les revendications du hirak populaire et demandent le départ de tous le système et les deux B  » Bedoui et Bensalah », comme exigé par le peuple.

« Nous voulons une nouvelle Algérie qui avance et orientée vers un avenir meilleur »

Le rassemblement, devant la centrale Syndicale UGTA, a été encadré par les services de sécurité qui ont fermé tout le boulevard Aissat Idir. Le portail de l’UGTA a été également fermé en cette journée commémorative des luttes et combats ouvriers de par le monde. Les travailleurs ont tenté à deux reprises de négocier avec les services de sécurité pour déposer des gerbes de fleurs à la mémoire des travailleurs mais en vain.

Les services de sécurité ont également tenté d’empêcher les syndicalistes de marcher en usant même des bombes lacrymogènes, mais cela ne les a pas dissuadés et ils ont réussi à rallier la grande poste.

Après plusieurs années de léthargie due aux dérives et à l’inaction de la direction UGTA, les travailleurs reviennent aux devants de la scène pour marquer par leur résolution leur désir de reprendre leur outil de lutte syndical et à chasser Sidi Said et sa clique qui ont mis à bas tous les acquis du monde du travail et qui ont fait de l’UGTA un appareil fantoche au service des pouvoirs successifs.

S.A

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img