Mena News, Global Views

Des groupes juifs recherchent des pays pour négocier des terres pour un nouvel Israël

« Mon idée est de rassembler autant de partisans que possible et d’aller dans d’autres pays pour demander des terres pour un « deuxième Israël ». Ce n’est pas la première tentative dans laquelle des groupes juifs racistes veulent quitter ou faire sécession de Tel-Aviv. En 2014, en Galilée occupée, un autre groupe dirigé par le militant de gauche Anat Rimon, un chercheur en éducation qui n’a pas caché sa sympathie pour « Daech », a tenté d’établir une colonie indépendante dans le nord des territoires palestiniens occupés.

Mf

Par | Feriel Laouini


A peine un mois la désente musclée la police israélienne sur les bureaux d’un groupe appelé « Yeser aël » (un je de mot en Hebreu), la chaîne « I24 » a rapporté l’incident concernant les tentatives de construction d’un nouvel Israël.

Cela intervient après que les médias israéliens ont fait circuler, en février dernier, la nouvelle d’un incident étrange, selon lequel la police d’occupation aurait fait une descente dans la ville côtière occupée de Khadera contre les bureaux d’un groupe appelé « Yusr aël », où le groupe avait déclaré un État indépendant d’Israël. le raid a fini par l’arrestation du chef du groupe

Dans une déclarations à la chaîne « i24NEWS », Shaked, qui est membre du groupe séparatiste, a expliqué : « Je pense que nous devrions nous retirer d’Israël. Nous devons servir l’État, mais il est très clair pour moi que l’État Au service des grandes entreprises, les élections ne sont qu’une supercherie » , a-t-elle déclaré, ajoutant que: son groupe « comprend des centaines de personnes et de nombreux Israéliens sont intéressés à y adhérer ».

Image Getty
Image Getty

Shaked a considéré qu' »Israël est l’un des pays les plus cruels au monde », notant que la pandémie du virus Corona était un tournant, car elle a réalisé que le pays « nous obligeait à rester chez nous et à injecter des produits chimiques dans nos veines ».

« Malgré l’arrestation de Carmosta, le groupe continue de se réunir et de planifier ses prochaines étapes », a-t-elle ajouté.

« Depuis que la vague massive de protestations a éclaté contre le gouvernement Netanyahu plus tôt cette année, de plus en plus de voix se font entendre pour discuter d’États alternatifs pour Israël », a rapporté i24.

La chaîne a mis en lumière une idée lancée par le réalisateur et activiste Itamar Rose, qui est « Alt neu land 2″ (The Old New Land 2), une idée inspirée du livre de du fameux Theodore Herzl « The Old New Land« , qui à la fin du 19e siècle, dépeint le futur état d’Israël.

Rose a déclaré : « Mon idée est de rassembler autant de partisans que possible, puis d’aller dans d’autres pays et de négocier avec eux afin d’obtenir des terres pour un deuxième État israélien. » Rose n’exclut pas la création d’un autre État israélien, mais en sa vision que l’État sera démocratique, laïc et libéral.

Rose a ajouté : « C’est un processus inévitable. Israël est déjà divisé. D’un côté, nous avons la région médiane riche, démocratique et occidentale, tandis que de l’autre, il y a un deuxième État d’Israël, comme les villes orthodoxes et des bédouins qui ressemblent à un pays du tiers-monde. »

L’idée est née bien avant qu’on trouve l’impénetrabale voie du « notaire divin »


Il convient de rappeler que l’idée de déclarer un nouvel État juif n’est pas une première dans l’histoire. Elle est née bien avant même la déclaration de la création de l’entité sioniste en 1948, puisque Herzl présenta le « Plan Ouganda » en 1903, bien avant le 6e congrès, qui est un plan visant à établir un État juif -n’importe où sauf en Europe où les juifs était méthotiquement persécutés.

Dans les années 1950, Eli Avivi, un Juif célibataire, a fondé un petit État appelé Ahziv dans un ancien village côtier près de la frontière le Liban.

En 1989, l’activiste d’extrême droite Michael Ben-Horen a proclamé le « Royaume de Juda« , peut-être en l’honneur du royaume biblique cité dans les récits hebreux. Il l’a également annoncé pour protester contre les projets d’octroi de l’autonomie aux Palestiniens de Cisjordanie.

En 2014, en Galilée occupée, un autre groupe dirigé par le militant de gauche Anat Rimon, un chercheur en éducation qui a exprimé sa sympathie pour « Daech« , a tenté d’établir une colonie indépendante dans le nord des territoires palestiniens occupés.

De son côté, Tamar Hoffman, un des fondateurs de ce groupe, a indiqué que le groupe s’oppose au nouveau gouvernement, mais accepte le vote majoritaire, ajoutant que « La plupart des Israéliens ont voté pour le gouvernement de Natanyahu, afin qu’ils puissent faire ce qu’ils veulent, y compris transformer Israël en une tyranie. Il a exprimé son regret en disant : « J’ai dépensé beaucoup d’efforts et d’argent pour cela, sans que cela puisse ne se réaliser.

Source | « I24 »

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Dernières nouvelles

Conflit culturel Algéro-marocain : Maroc Israël ou la quête compulsive d’identité meurtrière…

Depuis plusieurs décennies maintenant, l'Algérie et le Maroc entretiennent une relation pour le moins tendue, soulignée par des rivalités...

incontournable

Plus d'articles comme celui-ci