- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Chine-USA : Vous avez un Smartphone Huawei ? Voici ce qui vous attend !

Chine-USA : Vous avez un Smartphone Huawei ? Voici ce qui vous attend !

 

Par Ahmed Zakaria

C’est l’escalade dans la guerre commerciale que se livrent les Etats-Unis et la Chine. Google se plie aux injonctions de Trump et décide de restreindre l’accès de Huawei à Android. Objectif obtenir la reddition du dragon. Huawei est en effet, l’un des leaders dans le domaine de la 5G, la nouvelle génération d’Internet mobile en cours de déploiement. Il a récemment conquit l’Europe, notamment, la France et l’Angleterre ce qui n’a pas été du goût de l’Oncle Sam, soucieux de maintenir son emprise sur le vieux continent.    

Huawei est le deuxième fabricant mondial de smartphones, présent dans 170 pays et soupçonné d’espionnage au profit de Pékin, qui aurait largement contribué à son irrésistible expansion internationale. Le groupe figure nommément sur une liste d’entreprises établie par le ministère américain du Commerce avec lesquelles les sociétés américaines ne pourront faire affaire qu’après un feu vert des autorités. »Nous nous plions à ce décret et examinons ses implications », a indiqué Google dans un mail à l’AFP. « Pour les utilisateurs de nos services, Google Play (le magasin d’applications d’Android, ndlr) et le système de sécurité Google Play Protect continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants », a-t-il tempéré. Le décret présidentiel interdisant le partage de technologies, Google va toutefois devoir cesser de collaborer avec Huawei pour les futurs appareils. Il ne pourra plus offrir aux utilisateurs de Huawei que la version libre de droits (en « open source ») de son logiciel Android a expliqué à l’AFP une source proche du dossier. Ce qui signifie qu’ils ne pourront plus accéder aux applications et services propriétés de Google tels que la messagerie Gmail ou le service de géolocalisation Google Maps. Certes, ces dernières devraient rester actives au moins dans un premier temps, a indiqué à l’AFP une deuxième source proche du dossier, mais, tant que le décret sera en place, Huawei sera obligé de procéder en interne aux mises à jour depuis Android Open Source Projet – la version libre de droits – et ses clients devront faire de même. Il n’est donc pas certain que le groupe chinois puisse, à l’avenir, continuer à proposer Android et toutes les applications en découlant, à l’instar de la très populaire plateforme de vidéos YouTube, voir même Facebook.

«Les applications phares de Google, telles que Gmail, YouTube et le navigateur Chrome, disponibles via le Google Play Store, ne seront plus disponibles sur les futurs modèles de smartphones Huawei car ces services ne sont pas couverts par la licence en open source et nécessitent un accord commercial avec Google», précise l »agence. Sur les anciens modèles, les services continueront à fonctionner, a assuré Google via Twitter.

Première réaction du Gouvernement Chinois et de Huawei

Dans un communiqué lundi, Huawei a réagi en affirmant qu’il « continuerait à fournir des mises à jour de sécurité et des services après-vente » sur tous ses téléphones multifonctions et tablettes existantes, y compris ceux qui ne sont pas encore vendus. Le ministère chinois des affaires étrangères a, quant à lui, indiqué qu’il suivait activement la situation et que la Chine « soutient les entreprises chinoises pour prendre des mesures légales afin de défendre leurs droits légitimes . Compte tenu de la « dépendance » du leader chinois à l’égard du marché américain des semi-conducteurs, une telle suspension des livraisons pourrait « obliger la Chine à retarder la construction du réseau de la 5G jusqu’à ce que l’interdiction soit levée », estime Ryan Koontz, analyste chez Rosenblatt Securities. Or les Etats-Unis ont justement accru la pression sur leurs alliés pour qu’ils n’achètent pas la 5G à Huawei, pionnier de cette nouvelle génération d’internet mobile. Washington redoute que le groupe ne soit un cheval de Troie de la Chine. Au premier trimestre, Huawei a vendu 59,1 millions de smartphones, ce qui lui assure 19% de parts du marché, devant l’américain Apple mais toujours derrière le leader mondial, le sud-coréen Samsung.

Avec cette annonce qui ouvre une crise majeure dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine laisse aussi comprendre que la maison Blanche ne dispose plus de beaucoup de possibilités de manœuvrer, puisque elle a vite abattu ses meilleurs atouts. Le décret de Trump le mercredi était destiné directement aux GAFA, (Google, Amzone, Facebook, Apple). En effet, il a Interdit aux groupes américains de télécoms de commercer avec des sociétés étrangères jugées « à risque » pour la sécurité nationale.  Il mobilise ainsi, les géants américains dans cette guerre. Cela ne sera pas sans conséquences pour les deux parties. Puisque les GAFA, accuseront directement la riposte du dragon chinois qui constitue un immense marché.

« Huawei est contre la décision prise par le Bureau de l’industrie et de la sécurité (BRI) du Département du commerce des États-Unis. Cette décision n’est dans l’intérêt de personne. Cela causera un préjudice économique important aux entreprises américaines avec lesquelles Huawei fait affaire, affectera des dizaines de milliers d’emplois américains et perturbera la collaboration actuelle et la confiance mutuelle existant dans la chaîne d’approvisionnement mondiale. Huawei va immédiatement chercher des solutions et en trouver une à ce problème. Nous nous efforcerons également de manière proactive d’atténuer les impacts de cet incident .» a assurer Huawei.

Aujourd’hui Google et en dépit de la fermeté manifestée, demeure tiraillée entre le développement économique et les injonctions de Trump.  Avec 800 millions d’internautes, la plupart surfant sur mobile, le marché chinois fait saliver. Il est aussi gros que les marchés américain et indien réunis et offre encore de belles perspectives, puisque la moitié de la population n’est pas connectée.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img