- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Baghdad: des milliers de manifestants prennent d’assaut l’ambassade des Etats-Unis

Des milliers de manifestants irakiens ont pris d’assaut l’ambassade américaine à Bagdad ce 31 décembre,deux jours après des raids américains meurtriers contre le groupe Kataëb Hezbollah (le Hezbollah irakien). Certains sont parvenus à franchir la première enceinte de la plus grande ambassade US dans le monde, brûlant des drapeaux, arrachant des caméras de surveillance et criant «Mort à l’Amérique», ont constaté des journalistes de l’AFP. un accord a été conclue avec les manifestants pour un couloir aérien pour évacuer le personnel de l’ambassade. 

Les participants au cortège funéraire des 25 combattants tués dans les raids le 29 décembre en Irak sont parvenus à traverser sans encombre l’ensemble des check-points de l’ultra sécurisée Zone verte de Bagdad, où siège l’ambassade. Les forces de sécurité irakiennes se sont ensuite interposées aux portes de l’ambassade, alors que les manifestants devenaient violents.

Des manifestants sont parvenus à pénétrer dans l’enceinte de l’ambassade, et les forces américaines tentent à présent de les disperser. Les forces de l’ambassade américaine ont fait usage de grenades lacrymogènes et assourdissantes. Des manifestants sont parvenus à franchir la première enceinte du gigantesque complexe ultra-sécurisé.

Dans une tentative d’accompagner la colère des manifestants qui voit dans les frappes régulières une confiscation de la souveraineté du pays ,le gouvernement irakien a annoncé qu’il étudie la possibilité de reconsidérer les accords de coopération militaire avec la coalition américaine.

Les forces américaines ont alors tiré des grenades lacrymogènes et assourdissantes depuis l’intérieur de la chancellerie. L’Amérique est le grand Satan Les manifestants sont des hommes en uniforme de combattants du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires dominée par des factions chiites pro-iraniennes à laquelle appartiennent les brigades du Hezbollah, la faction visée par les raids, mais aussi des femmes brandissant des drapeaux irakiens et du Hachd. Portant des banderoles proclamant «Le Parlement doit dégager les troupes américaines, sinon c’est nous qui allons les dégager» ou «Fermez l’ambassade américaine à Bagdad», ils ont notamment crié : «L’Amérique est le grand Satan». Dans l’après-midi, le président américain Donald Trump a accusé, dans un tweet, l’Iran d’avoir «orchestré» l’attaque de l’ambassade américaine à Bagdad.

Les Etats-Unis ont dépêché des renforts militaires à Bagdad pour protéger leur ambassade, a annoncé le ministre américain de la Défense Mark Esper ce 31 décembre. «Nous avons pris des mesures de protection appropriées pour assurer la sécurité des ressortissants, militaires et diplomates américains dans le pays, et pour assurer notre droit à l’autodéfense. Nous envoyons des forces supplémentaires pour soutenir notre personnel à l’ambassade», a-t-il déclaré dans un communiqué. Selon une source militaire, il s’agit d’un petit nombre de Marines. Des frappes américaines en Irak ayant attisé le sentiment anti-américain Le sentiment anti-américain en Irak a été ravivé le 29 décembre par les raids menés en représailles à la mort d’un sous-traitant américain dans une attaque à la roquette contre une base en Irak, non revendiquée mais attribuée par Washington à la faction chiite des brigades du Hezbollah. Le Hachd al-Chaabi, qui a aidé le pouvoir irakien dans la lutte antidjihadistes, a été intégré aux forces régulières.

L’Iran a immédiatement condamné le 30 décembre les frappes de l’armée américaine contre des combattants du Kataëb Hezbollah (KH) en Irak et en Syrie, qui ont fait au moins 25 morts. «Avec ces attaques, l’Amérique a montré son ferme soutien au terrorisme et son dédain pour l’indépendance et la souveraineté des pays, et elle doit assumer les conséquences de son acte illégal», a déclaré le porte-parole de la diplomatie  iranienne, Abbas Moussavi.

Depuis l’invasion en 2003, censée apporter la démocratie et la prospérité, l’Irak a plongé dans une ère de chaos et de conflits armés. Le Pays est pratiquement imputé du kurdistran, privé par la Turquie qui détiens la source du tigre et de l’Euphrate; de sa part d’eau et les institutions de l’Etat infestées par la corruption et le clientélisme confessionnel. La présence des forces de la coalition n’a pas empêché les hordes de Daech d’investir et de semer le Chaos dans le pays.  Même après la Chute d’EI, on estieme le nombre de terroriste de Daech sur les frontières irako-syrienne à près de 30.000 terroristes.

Sources/ RT/ infosud.be

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img