- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Algérie: Grande purge dans le corps des magistrats

Par: Nesma Adil

En pleine controverse sur le rôle de certains magistrats fossoyeurs, dans les divers scandales qui ont tant défrayé la chronique des Algériens, les derniers mouvements censés faire le ménage dans le secteur de la justice, passe enfin à une vitesse supérieure.

La présidence de la République a annoncé ce jeudi 9 Août, un vaste remaniement dans le corps de la magistrature. Pas moins de 35 présidents de Cours de justice ont été relevés où mis à la retraite.

« Conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution, le chef de l’Etat a procédé, ce jour, à un mouvement dans le corps des Présidents des Cours de justice ayant touché 35 présidents de Cours de justice »,  a indiqué le communiqué de la présidence.

Ce remaniement censé mettre fin à la justice des téléphones, instauré par l’ancien garde des sceaux Tayeb Louh, a été accompagné par la décision de Bensalah, le chef de l’Etat, de nommer la juge Farida Benyahia, au poste de présidente du Conseil d’Etat.

Mme Farida Benyahia est une magistrale, originaire de Batna, Epouse d’un médecin et mère de trois enfants. Elle est réputée pour son intégrité et pour être loin des cercles des clientèles du pouvoir qui l’a longtemps maintenue à l’écart.

Le 31 juillet dernier, le ministre de la Justice Slimane Brahmi  a été limogé et remplacé par Belkacem Zeghmati.  jusque-là procureur général près la Cour d’Alger.

Voici la liste complète des nouveaux présidents de cours :

1- Benyamina Menouar, en qualité de président de la Cour d’Adrar.

2- Meliani Djilali, en qualité de président de la Cour de Chlef.

3- Boucherit Mokhtar, en qualité de président de la Cour d’Oum El Bouaghi.

4- Chebira Mohamed Salah, en qualité de président de la Cour de Batna.

5- Bensedira Mohamed, en qualité de président de la Cour de Biskra.

6- Mohamed El Djilali, en qualité de président de la Cour de Bechar.

7- Bensalem Abderezzak, en qualité de président de la Cour de Blida.

8- El Agoune Brahim, en qualité de président de la Cour de Bouira.

9- Bekhouche Malek, en qualité de président de la Cour de Tébessa.

10- Boukhersa Youcef, en qualité de président de la Cour de Tlemcen.

11- Allane Rachid, en qualité de président de la Cour de Tiaret.

12- Kari Smail, en qualité de président de la Cour de Tizi Ouzou.

13- Ben Abderrahmane Youcef, en qualité de président de la Cour de Djelfa.

14- Benchikh Abdelkhalek, en qualité de président de la Cour de Jijel.

15- Guerouabi Mohamed, en qualité de président de la Cour de Sétif.

16- Boukrouh Abdelhak, en qualité de président de la Cour de Saïda.

17- Hamdi Bacha Omar, en qualité de président de la Cour de Skikda.

18-  Benchahida Azzeddine, en qualité de président de la Cour de Sidi BelAbbes.

19- Filali Bensakrane, en qualité de président de la Cour de Annaba.

20- Besbassi Aïssa, en qualité de président de la Cour de Guelma.

21- Chergui Abdelkader, en qualité de président de la Cour de Medéa.

22- Maarouf Tayeb, en qualité de président de la Cour de Mostaghanem.

23- Mansour Ahmed, en qualité de président de la Cour de M’sila.

24- Mansour Abdelkader, en qualité de président de la Cour de Mascara.

25- Reggad Mohamed, en qualité de président de la Cour de Ouargla.

26- Antar Menouar, en qualité de président de la Cour d’Oran.

27- Lalaoui Meftah, en qualité de président de la Cour de Bordj BouArreridj.

28- Chalabi Moncef, en qualité de président de la Cour de Boumerdès.

29- Latrouche Cherif, en qualité de président de la Cour de Tissemsilt.

30- Ouezane Abdelhamid, en qualité de président de la Cour d’El Oued.

31- Bouderbala Mohamed, en qualité de président de la Cour de Tipasa.

32- Hocine Rabah, en qualité de président de la Cour de Mila.

33- Bouamrane Farida épouse Abderrahim, en qualité de présidente de la Cour de Aïn Defla.

34- Abderrezak Mohamed, en qualité de président de la Cour de Aïn Tmouchent.

35- Bâali Mohamed, président de la Cour de Ghardaïa.

Rappelons qu’aux milieux du mois dernier 13 autres cours ont vu leur président changer. Aussi, Huit procureurs de la République ont également été nommés.

Les de Boumerdès, Sétif, Tarf, M’sila, Batna, Khanchela et Mascara ont, entre autres, connu leurs nouveau présidents. Certain sont été nommés ou muté mutés ailleurs.

C’est le cas du président de la Cour de Mascara qui est nommé président de la Cours de Jijel. L’ancien président de la cour de M’sila change de poste et occupera désormais les mêmes fonctions dans la wilaya de Tébessa. L’ancien président de la Cour de Khenchela est muté dans la wilaya voisine de Batna.

Le remaniement du 17 Juillet dernier a également promu certains autres magistrats. C’est le cas du président du Tribunal de Constantine, qui devient désormais président de la Cour de Illizi. Le président de la chambre administrative du Tribunal de Saïda est quant à lui désigné président de la Cour de Boumerdès.

Par ailleurs, les nominations dans les corps des procureurs généraux, a touché, entre autres, les Cours de Khenchela, Tipaza, Adrar, Ouargla, Ain-Defla et Ain-Temouchent. Il s’agit essentiellement des permutations entre les différentes cours concernées.

La justice algérienne mène plusieurs enquêtes dans des affaires de corruption. D’anciens dirigeants de haut rang dans le monde politique militaire et des affaires ont été placés en détention provisoire, sous le coup d’un mandat d’arrêt international ou en fuite. ils sont impliqués directement ou indirectement dans des affaires liées au détournement de fonds publics, conspiration ou trafic d’influence. D’autres hommes d’affaires ont connu le même sors depuis le début du mouvement populaire le 22 février.

Ces changements, estiment nos sources, sont sensé booster le processus des procès et des enquêtes en cours. Ainsi, Une vaste opération de «fouine» dans les tiroirs  «oubliés»  de la justice a été entamée. Après avoir scellé les grands dossiers qui touchent les gros bonnets de l’Etat parallèle, ministres, hauts gradés et autres, la purge concernera désormais les petites mains qui soutiennent les fondements de ce système politico-financier mafieux.  Un vaste programmes à voir le palmarès des scandales qui ont sapé le morale des algériens  et poussé des milliers de nos jeunes à se jeté dans la mer à la recherche d’un monde meilleur.

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img