- Publicité -spot_img

Toute l'Actualité  Nord-Africaine

Rapport l’ONU: les circonstances d’une opération secrète en Méditerranée contre des navires d’armes turcs

Source: Deutsche Welle/ Taduction Ahmed Zakaria

L’agence de presse allemande DPA a rendu compte d’un rapport confidentiel d’experts de l’ONU, qui affirme  détenir les détails d’une mission étrangère secrète apportant le soutien à Haftar en interceptant des navires de ravitaillement turcs transportant des armes vers le gouvernement de Tripoli.

Le rapport classifié, qui comprendrait 80 pages, aurait affirme que huit pays avaient planifié et exécuté cette opération au cours de laquelle des hélicoptères et des bateaux militaires étaient utilisés.

Ce plan « était conçu principalement par des sociétés de sécurité établies aux Emirats », notant également la participation « d’au moins 20 personnes originaires d’Australie, de France, de Malte, d’Afrique du Sud, de Grande-Bretagne et des Etats-Unis, qui ont été transférées en Libye depuis la Jordanie sous prétexte de mener des recherches scientifiques ».

Selon le rapport confidentiel, les détails indiquent que la planification de l’opération clandestine a été principalement effectuée par des sociétés de sécurité basées aux Émirats arabes unis (Lancaster6) et Opus Capital Asset, qui, selon des experts des Nations Unies, « ont fait passer en contrebande six hélicoptères d’Afrique du Sud et deux bateaux militaires de Malte à la Libye en Juin 2019. « 

Les experts ont estimé dans leur rapport et selon les mêmes sources, que l’un des objectifs de la mission était de « donner à Haftar la possibilité de couper la route maritime pour les armes que la Turquie fournit au gouvernement de réconciliation à Tripoli ».

Ce fait, indique le rapport a été confirmé par « une conversation entre les parties concernées qui affirme que la mission implique l’entrée et l’inspection de navires ravitailleurs ennemis, un groupe d’attaque maritime aurait également été évoqué dans la même conversation interceptée ».

Par ailleurs, il paraîtrait que tout cela ne semble pas avoir eu lieu, comme le note le rapport, « La mission d’infiltration s’est soudainement arrêtée pour des raisons inconnues moins d’une semaine après l’arrivée des hélicoptères et des bateaux militaires à Benghazi. Il n’y avait aucune indication immédiate d’attaques réellement menées. »

Toute porte à croire que tout a été fait pour que les experts du rapport ne soient pas en mesure de déterminer la raison de l’arrêt du processus et de l’évacuation de ses membres. Néanmoins, un avocat de individus ayant participé à l’opération, mais seraient rentrés de Benghazi à Malte, a confirmé que ses clients étaient des « travailleurs du pétrole et devaient quitter la Libye en raison des troubles », ce qui n’a pas convaincu les experts qui ont jugé l’argument « comme une couverture » sur les activités de ce groupe.

Lopération « Opus » implique selon le rapport au moins, huit nationalités, à savoir «les Émirats arabes unis, la Jordanie, Malte, la Libye, l’Angola, le Botswana, l’Afrique du Sud et les États-Unis». Aussi, les informations fournies dans le rapport n’étaient ne donne aucune information si  l’opération était portée à la connaissance des gouvernements de pays en question.

Source: Deutsche Welle/ Taduction Ahmed Zakaria

- Publicité -spot_img

Articles Populaires

- Publicité -spot_img